Saint Nazaire Infos

Volley-ball : Rennes en amuse-gueule du XXe anniversaire du SNVBA

C’est reparti pour un tour. Le Saint-Nazaire Volley Ball Atlantique (SNVBA) entamera son championnat le mardi 8 octobre, à 20 h 00, salle Pierre de Coubertin avec la venue de Rennes.
L’équipe du SNVBA a été présentée officiellement jeudi soir
L’équipe du SNVBA a été présentée officiellement jeudi soir

Rennes, les Nazairiens connaissent. Ils ont rencontré cette équipe à plusieurs reprises lors de leur préparation. L’ancien REC, toutefois, évolue en Ligue A depuis plusieurs saisons. Le SNVBA de l’entraîneur Gilles Gosselin, lui, la redécouvre 20 ans après l’épopée à l’issue fatale (liquidation judiciaire) vécue par la grande équipe des Zagorski, Lewicki, Fortunik, Chubilleau, Gendron, Dillenbourg etc…
Auteur d’une saison superbe il y a quelques mois qui lui valut le titre de champion de France en Ligue B, financièrement sauvé récemment grâce à une subvention exceptionnelle de 200.000 euros qui lui permet d’affronter ce championnat dans des conditions normales faute d’être vraiment confortables si on compare avec les budgets des équipes de la première moitié de la poule, le SNVBA s’est aussi renforcé. Six joueurs sont restés ou ont été conservés et six ont été recrutés. Il s’agit, pour ces derniers de :
- Martin Repak, passeur de talent et international slovaque
- Jean Oriol, autre passeur en provenance de Calais
- Manuel Sevillano, international espagnol
- Lévi Cabral, un Brésilien
- Théo Morillon, un Mayennais de Laval qui a fréquenté le centre national de volley à Montpellier
- l’Américain Murphy Edward Troy. Le pointu des USA est arrivé seulement en début de semaine après avoir évolué en sélection avec son pays qui vient de remporter le championnat Norceca en disposant du Canada. Murphy Troy, après 12 heures d’avion, a découvert ses équipiers mardi après-midi lors du premier entraînement au complet du SNVBA.

 

Un énorme challenge

Il est évident que le challenge qui attend le collectif nazairien sera difficile à relever à raison de deux matchs par semaine le plus souvent, Ligue A oblige.
Dominique Hamon, le président du SNVBA, accueillait hier soir, salle Pierre de Coubertin, l’ensemble des partenaires du club et institutionnels qu’il a tenu à remercier. « Sans les institutionnels, sans les partenaires privés du club, nous ne serions rien. On est devenu un club entreprise ».
Le président a abordé, bien sûr, le sportif avec un discours à la fois volontaire et optimiste. « Nous ne disons pas au revoir à la Ligue B, mais adieu. Bien sûr, ce sera dur de se maintenir la première année. Mais nous avons tout fait pour construire une équipe qui tient la route et pour proposer quelques-uns des plus beaux spectacles de volley en France ». Il y a 20 ans que le SNVBA attendait de prendre la relève du SNVB. « C’est symbolique et une coïncidence de célébrer notre XXe anniversaire par une montée. Mais nous avons toujours eu des projets et nous continuons à évoluer pour nous structurer et faire encore mieux. Nous fédérons de plus en plus de gens. On va poursuivre pour croître et, pourquoi pas, envisager le haut niveau national ».

 

Entame déterminante

Gilles Gosselin, l’entraîneur, restait, lui, plus attaché au présent. Mardi, ce sera Rennes et, samedi, Chaumont. Deux réceptions coup sur coup à Coubertin pour une entame, forcément déterminante. « C’est simple, on reçoit l’équipe qui a remporté la Coupe de France il y a un an et Chaumont qui vient de terminer 6e du championnat de Ligue A ».
Gilles Gosselin se veut autant mesuré que lucide. « Nous avons disputé une dizaine de rencontres de préparation. Il y eut de très bonnes intentions de notre part. Ce qu’il faudra, c’est éviter le relâchement dans l’investissement, dans l’agressivité, les attitudes, le plaisir de jouer, autant de domaines où il nous faudra être irréprochables. En fait, tout ceci dépend uniquement de nous. Nous avons eu des prestations encourageantes. Par contre, dès que nous nous mettons en retrait, nous sommes défaillants ».
Le SNVBA va devoir rester au sommet de son art durant toute une saison. Pas simple. « C’est complètement différent de la Ligue B. Nous allons avoir des matchs difficiles en affrontant des groupes de grande qualité ».
Mardi soir, ce sera Rennes à Coubertin. La salle sera pleine. C’est plus qu’un derby, c’est la première, depuis 20 ans, en Ligue A. Rennes fut l’adversaire le plus commun pour les Nazairiens lors de leur préparation. « Avoir déjà affronté à plusieurs reprises cette équipe n’est pas un inconvénient. On sait que c’est physique avec une grosse qualité de service, des atouts offensifs aussi. On a pu rivaliser lors de notre préparation avec les Rennais, donc nous avons une carte à jouer. Les deux premiers matchs chez nous seront importants. Mais notre seul objectif est le maintien et celui d’accumuler le plus de points possibles », conclut Gilles Gosselin qui, toutefois, aura une certitude, l’absence de Tosatto (entorse de la cheville), et deux incertitudes, les présences de Moulinier et de l’Espagnol Sevillano, eux aussi souffrants.

 

Auteur : P.M. | 03/10/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « Handball : Les Nazairiens éliminés mais rassurés »
Article suivant : « Volley : pour avoir un e-ticket avec le SNVBA »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter