Saint Nazaire Infos

Volley-ball, Ligue A : Une vision carénienne pour le SNVBA

C’était une première, mais très symbolique de l’évolution du club nazairien. Le SNVBA a invité jeudi soir ses partenaires à l’hippodrome de Pornichet autour d’un cocktail dînatoire mais, aussi, pour leur présenter ce que sera le projet 2014-2015.
De très nombreux partenaires attentifs à la lecture du projet du club
De très nombreux partenaires attentifs à la lecture du projet du club

Tout d’abord, le site choisi  aura comblé Jean-Claude Pelleteur, le nouveau maire de Pornichet. « Cet hippodrome était parfaitement sous-utilisé. Bien sûr, il doit être dédié au cheval, mais il le sera aussi à l’événementiel ».
Justement, en parlant d’événement, devant une grande partie des 100 partenaires du club de volley-ball nazairien, Dominique Hamon, le président, a rappelé que le SNVBA qui évolue au plus haut niveau chez les professionnels, en Ligue A, « drainait des gens de tout le département », ajoutant que le souhait était « qu’il s’ouvre à la CARENE ».
Dès lors, la réception à Pornichet prenait tout son sens. D’ailleurs, Gaëlle Bénizé, la toute récente adjointe aux sports à Saint-Nazaire, première femme à occuper cette fonction dans l’histoire de la ville, a retenu les mots et les intentions, parlant « pour développer le club », de « vision carénienne », même si elle avoua ne pas aimer ce mot.
 

Voir plus loin

C’est vrai, le SNVBA est devenu l’ambassadeur sportif de tout l’ouest de la Loire-Atlantique.
Il a considérablement évolué. « Il s’agit de l’affaire d’un très grand nombre de personnes. Nous sommes capables de construire de gros projets. On a structuré le club et nous ne nous sommes pratiquement jamais plantés », ajoutera le président, minimisant quand même le passage éphémère de Ligue B en Nationale 1 avant une remontée dans la foulée. Bien sûr, à l’image de Christian Thébault, le vice-président chargé du secteur professionnel et qui parlera des « contacts chaleureux » avec les partenaires dont certains sont « devenus des amis ou des copains », Dominique Hamon remerciera ces derniers pour leur soutien. Mais il va falloir encore plus car, l’objectif, pour cette deuxième saison en Ligue A, sera « d’aller voir plus loin en visant une place en play-off ». Autrement dit, le SNVBA aura pour objectif de terminer parmi les huit premiers sachant qu’il y aura non plus deux descentes mais trois. Le but est de ramener cette poule unique à 12 équipes pour la saison 2015-2016 au lieu de 14.

Budget en hausse

Il va donc falloir recruter très fort et augmenter le budget. « Nous avons réussi notre challenge sportif. Cette année, le club va aussi finir dans les clous financièrement alors que nous étions passés de 800.000 € à 1,2 million d’€. La marche était pourtant très haute. Mais, pour faire face à notre niveau d’évolution, nous devons viser 1,5 million », dira Dominique Hamon. Voilà encore un vaste chantier. Mais la ville de Saint-Nazaire est derrière le club. « Même si les institutions ne peuvent pas tout faire, nous serons bien sûr avec vous. Il faut que le SNVBA dispute une meilleure saison que la précédente pour qu’il rayonne encore plus loin. Moi, j’ai envie de voir un jour des matchs internationaux sur Saint-Nazaire », ajoutera Gaëlle Bénizé. Et toute la région aussi. « Le fait que vous soyez en élite améliore aussi le rayonnement de notre ville », terminera Jean-Claude Pelleteur.

Qualités humaines

Il reste le pur sportif. Là, rien ou presque n'a filtré. Seule certitude, Gilles Gosselin qui a été nommé par la direction technique nationale pour s’occuper de l’équipe de France junior dans le cadre de son tournoi préparatif au Portugal, qualificatif pour les championnats d’Europe, sera à nouveau à la tête de la formation nazairienne. « Nous avons à cœur de poursuivre l’aventure en allant voir un cran au-dessus tout en évoluant étape par étape ».
À quoi ressemblera l’équipe dans quelques mois ? Des joueurs sont sollicités. « C’est normal et c’est positif car cela montre qu’ils sont performants comme nos structures. C’est le jeu des départs et arrivées. Pour l’instant, il n’y a aucun départ acté. Seul Robin Tosatto doit arrêter sa carrière pro ». Exception fait pour Morillon, 12 des 13 joueurs sont aussi en fin de contrat. Forcément, cela va bouger un peu. « On a  rencontré la totalité d’entre eux. Mais on ne change pas un joueur pour seulement renouveler un joueur. Ce qu’il faudra, c’est que tous ceux qui arriveront aient avec ceux qui resteront un dénominateur commun, des grandes valeurs humaines, de solidarité, de combativité ». Ce fut cette saison la marque de fabrique de l’équipe.

Mi-août

Le SNVBA dont les principaux acteurs œuvrent beaucoup pour parvenir à monter la meilleure formation possible tout en cherchant à optimiser le budget ont jusqu’à la mi-août, voire un peu plus, pour constituer ce collectif, sachant quand même que, dans le cadre de la préparation, avoir constitué le groupe durant la première quinzaine d’août serait l’idéal.

 

Auteur : P.M | 18/04/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Volley-ball, Nationale 2 : Revers de fin de saison pour le SNVBA »
Article suivant : « Course Nature : L’EAC nazairienne retrouve son site de Porcé »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter