Saint Nazaire Infos

Volley-ball, Ligue A : Un grand pas vers le maintien

A cinq rencontres de la fin ce n'était pas le match de la survie. Mais cela y ressemblait un peu entre un relégable en puissance (Saint-Nazaire) qui recevait un menacé (Narbonne) qui pouvait prendre sa place en cas de défaite. Le SNVBA a fait un grand pas pour sauver sa tête en s’imposant 3-1.
Cabral fut déterminant en début de partie
Cabral fut déterminant en début de partie

Ballottés par Toulouse, les Nazairiens n'avaient qu'un objectif fixé avant la rencontre par leur coach, Gilles Gosselin: "être agressifs du début à la fin".

C'est sans Yordanov, son joker médical, que le SNVBA avait entamé les hostilités (seuls 12 joueurs sont autorisés)  et, côté narbonnais, il manquait Ruiz. Par contre, au niveau des intentions, on se demanda un instant si l'engagement exigé par l'entraîneur était bien au rendez-vous. A 0-5 on pouvait se poser la question. Troy, le pointu, ne mettait pas une balle par terre. En face, Falasca se régalait. On servait bien, on défendait et le block nazairien était des plus discrets. C'est Cabral qui sonnait le réveil et Andréi commençait enfin à s'exprimer au centre. Le SNVBA était sur orbite. A 8-13, alors que les affaires étaient mal parties, il alignait un 4-0 puis, dans la foulée, égalisait à 15 sur une attaque non franchie de Falasca. Narbonne faisait de la résistance, mais le block du SNVBA veillait que ce soit sur Cuk ou Falasca et, après une ultime attaque out de Delgado, Andréi, le géant allemand, en terminait au centre.

On croyait, dès lors, qua la suite serait encore plus confortable. D'ailleurs, à 16-13, c'était bien engagé. En effet, les Audois, suite à une erreur sur un changement, avaient été pénalisés. Énervés, ils avaient excédé l'arbitre qui, après un carton jaune, avait adressé un rouge. Le SNVBA avait accumulé les points sans jouer.

Seulement, tout ceci n'avait pas détruit une équipe de Narbonne aussi solide dans sa tête que dans son jeu retrouvé. Troy était toujours aussi inefficace et il offrait l'égalisation à 22. Le SNVBA partait alors en vrille et Sevillano, piégé au filet, permettait à Narbonne d'égaliser.

Les vertus du vestiaire

Le vestiaire a parfois des vertus. Les Nazairiens en sortirent aussi vexés que déterminés s'élevant avec leur block pour malmener un adversaire qui s'enlisait sur ses propres fautes directes. Mais le SNVBA n'est ni Tours, ni Paris. A 13-6, l'équipe partait nouveau à la dérive. L'ace de Delgado sonnait le retour et à 14-12, on ne plaisantait plus côté nazairien. C'est à cet instant que Troy sortait de sa torpeur, alignant trois attaques, le block nazairien poursuivant son œuvre autour d'Andréi, le set s'achevant sur une faute de fil narbonnaise.

Le SNVBA avait un point en poche. Il en voulait plus. C'est encore le block qui allait s'avérer déterminant. la réception aussi avec un excellent Sevillano. A 13-8, malgré les efforts de Falasca, on sentait Narbonne non pas résigné mais dans l'incapacité de faire face et ce d'autant plus qu'il y avait une grosse pression du public. A 16-13, sur une attaque en poste 4 de Cabral, les spectateurs se levèrent. La fin était proche, service out de Petreas (23-20), attaque out de Cuk (24-20). Malgré le point désespéré de Sol, Narbonne coulait, 25-21 sur une attaque de Troy, le revenant.

Monstrueux

Gilles Gosselin était soulagé en fin de rencontre. « Il faut être positif. Ce soir, on jouait notre vie. On a battu une équipe qui restait sur trois victoires. Le groupe a fait preuve de beaucoup de caractère face à une formation qui a tout fait pour nous déstabiliser ». Le SNVBA a t-il douté à 1 partout ? « Non, car si on doute, c’est fini ». Et il ne faudra pas évoquer le Troy un peu trop discret de la première partie du match. « Non, on n’a pas vu la même chose. Au contraire, je dirai qu’il a été monstrueux autour des deux centraux qui ont fait leur match ». On veut bien…L’absence de Yordanov. « Il y a des choix difficiles. Il y a des gars qui se mettent minables au quotidien pour aller chercher leur place. Les joueurs, sur le banc, ont été remarquables aussi. C’est une équipe qui a fait preuve d’orgueil. Moi, je retiens le 0-5 du début de match. Et pourtant on gagne le set ».

Alors, rendez-vous samedi prochain 15 mars, à 20 h 00, à Coubertin à nouveau. Ce sera face à Beauvais pour bonifier la victoire devant Narbonne et confirmer un maintien qui, depuis ce samedi soir, tend les bras au SNVBA.

La fiche technique

Saint-Nazaire VBA-Narbonne-Volley : 3-1. 25-23 en 28', 24-26 en 30', 25-22 en 33', 25-21 en 33’.

750 spectateurs

Auteur : M.P. | 09/03/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Course hors stade : Le semi-marathon de la Brière a 20 ans »
Article suivant : « Athlétisme : Contrat rempli pour l’ACL 44 »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter