Saint Nazaire Infos

Volley-ball, Ligue A : Dure fut la chute pour les Nazairiens

L’un est dernier. Il est breton, c’est Rennes. L’autre est avant-dernier. Pour certains, il est breton aussi, pour d’autres, il appartient au Pays de la Loire. C’est le club nazairien. Mais là n’est pas l’essentiel. Ce soir, Rennais et Nazairiens sont relégables. À trois journées de la fin, c’est très inquiétant.
Malgré Andréi, le SNVBA ne l’a pas emporté
Malgré Andréi, le SNVBA ne l’a pas emporté

Il était 22 h 45 quand l’arbitre leva le bras pour signaler la fin de la rencontre entre Nazairiens et cette étonnante équipe de Beauvais qui, pourtant, aurait pu abréger les affaires. Car, les Nordistes menèrent 2 sets à 0 puis 20-18 dans la 3e manche. La victoire ample et parfaitement méritée en cet instant leur tendait les bras. Qualité et variété de service, efficacité au block, attaques percutantes, rien n’avait été épargné à des Nazairiens empruntés malgré leur solidarité. Il y avait en cet instant un niveau d’écart. Et l’instant dura longtemps. Et puis, il y eut un block sur Gendrey et un service gagnant de Nenchev. Et, derrière, toujours l’omni présence de Cabral, le bras de Troy. Alors le bateau qui était parti pour sombrer se redressa. Yordanov, Cabral encore, reculèrent l’échéance. Ils chipèrent la manche, puis, dans la foulée, une autre. Le public était debout à la fin du 4e set. Rare.



 

Fatal tie-break

Le problème, c’est, qu’en cas d’égalité, il y en a un 5e. Le fameux tie-break. Sorte de loterie. Elle ne l’est pas quand on gagne, on lui donne cette appellation quand on perd. Et le SNVBA qui était revenu de très loin, s’enlisa d’emblée, 1-5. Un tie-break, c’est 15 points. Les Nazairiens revinrent à 10-13 à la force du poignet puis ils laissèrent une méritante équipe de Beauvais l’emporter.
On peut recommencer les comptes. Cela ne fait qu’un point alors que les Rhodaniens sont allés, à la surprise générale, vaincre à Ajaccio, le leader. Et c’est justement à Ajaccio que le SNVBA devra se rendre le 22 mars pour espérer sauver sa tête. Il y a deux décennies, il avait perdu à l’aller et était devenu champion de France en battant les Corses au match retour à la différence de sets. Là, il n’y aura plus de match retour. Il faudra gagner. Sinon…

Y croire

Gilles Gosselin y croira jusqu’au bout. « Ce soir, je retiens l’ensemble. Bien sûr, on perd 3-2 face à une équipe dynamique, dangereuse, qui possède des joueurs de qualité. Il est dommage que nous ayons été un peu en dedans lors de la première partie du match. Au 2e set, on est très loin derrière à cause, entre autres, d’un niveau de service insuffisant. Et puis on est revenu. Il ne faut pas oublier que l’on jouait le 6e du championnat. On sait que nous allons devoir batailler jusqu’au bout. Moi, je veux regarder le positif, des gars qui ne baissent pas les bras.  À nous d’aller prendre des points à Ajaccio ».

La fiche technique

Saint-Nazaire VBA-Beauvais 
: 2-3. 20-25 en 26’, 19-25 en 27’, 25-23 en 30’, 25-19 en 28’, 10-15 en 21’. 1000 spectateurs.
 

Auteur : P.M | 16/03/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Course hors stade : La passe de trois pour El Fadil »
Article suivant : « Athlétisme : Le gros exploit d’Evelina Mendes »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter