Saint Nazaire Infos

Voile : Saint-Nazaire comme solidarité maritime

Le 23 juin, à 17 h 00, sera donné, face aux jetées nazairiennes, le départ de la course la plus originale qui existe le long des côtes françaises, le Record SNSM. Le 9e du nom succèdera à un 8e qui n’eut jamais lieu suite à un mouvement social qui contraignit les organisateurs à annuler l’épreuve.
Le départ sera superbe face aux jetées nazairienne
Le départ sera superbe face aux jetées nazairienne

Dire que la relancer comme s’il ne s’était rien passé fut facile, serait erroné. Damien Grimont, le père du Record SNSM, en convient. « Ce fut très dur de survivre à l’échec de 2012 ». D’ailleurs, l’édition 2013 qui se déroulera à Saint-Nazaire du 21 au 25 juin avec de multiples animations sur les quais et dans les bassins du port, s’en ressentira encore. « À ce jour, nous avons 35 pré-inscrits. C’est un peu moins que lors des éditions précédentes, mais nous savons pourquoi » remarque Bernard Duval, le directeur de course.
Lancé par Damien Grimont, marin reconnu mais aussi créateur d’événements via sa société Profil Grand Large puisqu’il fut à l’origine de la Solidaire du Chocolat, autre épreuve chère à Saint-Nazaire, le Record SNSM est un savant mélange de sport et de solidarité. Son objectif est de mettre en valeur les sauveteurs en mer par le biais d’une course qui est devenue la plateforme de communication de la SNSM qui a besoin de ce type d’éclairage car elle est financée à plus de 70% par des fonds privés.
 

Professionnels et amateurs

C’est avant tout une course très particulière entre Saint-Nazaire et la commune finistérienne de Sainte-Maxime dont les initiales forment le mot SNSM. C’est la seule qui permet de rassembler sur une même ligne de départ des professionnels et des amateurs. Elle est aussi unique dans la mesure où il n’y a rien à gagner.
Cette année, elle montera encore en puissance en matière d’innovations comme s’en félicite Éric Provost, adjoint au maire chargé de l’attractivité. « L’équipe du Record a toujours cherché à anticiper les choses, à relancer la dynamique ».
C’est ainsi, qu’en plus des trois parcours classiques, respectivement de 360 milles, 230 milles et 180 milles entre Saint-Nazaire et Sainte-Maxime, le Record SNSM s’agrandira avec deux autres courses, une de 7 milles entre Saint-Nazaire et Saint-Marc et une plus petite à…Saint-Nazaire-sur-Mer. Toujours le jeu de lettres entre SN et SM pour former SNSM.
 

Voile légère et rameurs

Le parcours de 7 milles le long des plages sera dédié à la voile légère et aux rameurs. Ce sera l’occasion de mettre en valeur les nouveaux pratiquants de la voile, le kayak, l’aviron, le dériveur en double ou en solitaire, le catamaran, la planche à voile, le paddle. « A ce jour, nous sommes certains d’avoir entre 150 et 170 participants », ajoute Bernard Duval. Enfin, il y aura une course pour les plus jeunes, un parcours entre trois bouées dessiné dans la baie de Saint-Nazaire, face au nouveau remblai. « La baie est devenue aujourd’hui un véritable stade nautique », apprécie Damien Grimont qui veut une nouvelle fois que les initiales de la ville riment avec l’association de deux mots : solidarité maritime.
Le départ de ces trois courses sera donné à 17 h 00, donc, ce qui fait que pour la première fois dans une régate monstre, le plus petit des engins flottants partira avec le plus gros.
Car, au départ (nous y reviendrons en détail prochainement), il y aura des monuments de la voile avec les fidèles, Bertrand Pacé sur le Maxi Banque Populaire VII et Thomas Coville qui mènera Sodebo. Mais, la grande attraction, ce sera la présence de MACIF, l’Imoca de 60 pieds de François Gabart qui, quelques mois à peine après avoir remporté le Vendée Globe, sera à la barre de son monocoque qui disputera ainsi sa première course après son périple autour de la planète. Pour la petite histoire, François Gabart est un des élèves surdoués de Michel Desjoyeaux qui n’est autre que le parrain du Record SNSM.

Un record hors de portée

Il restera à battre les records du Record. Mais le toutes catégories établi par Loïck Peyron et son équipage, en 2011, avec Banque Populaire V, sera difficilement accessible. Le Baulois avait parcouru les 360 milles en 11 heures et 48 minutes à plus de 30 nœuds de moyenne ! Ce record doit pouvoir tenir de nombreuses années. D’ailleurs, il faudra vraiment des conditions météorologiques exceptionnelles pour que les temps de référence dans les différentes classes et sur les trois parcours soient effacés des tablettes. Tous avaient été battus en 2011 grâce, justement, à un vent de force idéale et, surtout, qui soufflait dans le bon sens permettant aux voiliers d’exprimer toutes leurs possibilités.
 

Auteur : P.M. | 16/05/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « Natation: Le centre aquatique fait des vagues »
Article suivant : « Record SNSM : les navires restent au port »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter