Saint Nazaire Infos

Une maison conteneur à l’Immaculée

C’est une maison pas vraiment comme les autres. Un prototype de 80 m2 entièrement réalisé avec des conteneurs par la société Eloa basée à Pornichet. Elle a été déposée sur son terrain route de la pierre à l’Immaculée lundi matin. Visite guidée.

Le résultat est assez bluffant. Il est même à première vue difficile de croire que cette maison a été construite en assemblant cinq conteneurs et demi. Elle ressemble à une habitation classique avec son salon séjour, sa cuisine équipée, ses deux chambres et sa buanderie. Le tout à la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation) qui sera obligatoire pour toutes les constructions à partir de 2013. La paroi du conteneur est isolée à l’extérieur par de la mousse projetée et un bardage bois, à l’intérieur par de la laine de verre sous le placo. Pour le chauffage, la norme BBC impose soit le gaz de ville, soit la pompe à chaleur.

Le directeur de cette jeune société basée à Pornichet, Ghislain Lemarié a passé une vingtaine d’années dans la navale, dont 11 dans les cabines de paquebots à Saint -Nazaire. Et il a en quelque sorte adapté le modèle de la fabrication des cabines aux habitations. «Tout est construit en atelier » explique Nathalie Lemarié, sa femme et cogérante d’Eloa. «Un serrurier réalise toutes les ouvertures et les découpes intérieures pour agrandir les pièces. Ensuite on fait le montage : le carrelage, la pose de la cuisine, de la salle de bains, l’isolation et le bardage extérieur puis le toit. » Ensuite les conteneurs sont amenés par camion sur le terrain, et assemblés les uns aux autres. Ne restent alors plus que les finitions. De A à Z la construction d’un pavillon prend seulement 4 mois et demi, contre au moins 1 an pour une maison traditionnelle. « Les voisins étaient très surpris » continue-t-elle. «Le matin il n’y avait rien et le soir il y avait une maison ! Ça a fait beaucoup parler. »

Construire en série pour abaisser les coûts

Le prix est encore assez élevé, autour de 1 500 euros le m2 pour cette maison témoin car il s‘agit d’un premier modèle. Mais le but est d’arriver à avoir assez de commandes pour construire en série et ainsi rationaliser les coûts, pour finalement arriver à facturer aux clients environ 1 000 euros le m2. « On peut moduler la construction presque à l’infini selon le désir du client, notamment faire un ou même plusieurs étages quand nous aurons la certification pour ça après des essais feu, mais évidemment ce sera plus cher qu’un type de structure destinée à être fabriquée en série. »

Le logement étudiant est une des pistes pour sérialiser les constructions et attirer les investisseurs. D’ailleurs au mois de mai Eloa a livré quatre appartements étudiants à Vendôme dans le Loir-et-Cher et des discussions sont en cours avec des institutionnels pour une dizaine supplémentaire. La commande de deux maisons individuelles est aussi en bonne voie. Eloa démarche également les communes pour leur proposer des logements sociaux sur ce modèle. Les patrons de la société pornichétine espèrent développer leur activité, pour d’ici trois ans construire jusqu’à une quarantaine d’habitations par an.

Auteur : GG | 09/11/2011 | 8 commentaires
Article précédent : « Un tremplin pour l’emploi »
Article suivant : « Bourse aux vélos, ça roule »

Vos commentaires

#1 - Le 09 novembre 2011 à 19h39 par PLANCHENAULT, St Nazaire
Je trouve que c'est une très bonne idée .
Elle permet d'utiliser d'anciens contenaires et donnera la possibilité de se loger à un prix plus accessible .
Reste à trouver les terrains disponibles?
#2 - Le 09 novembre 2011 à 19h46 par isabelle, Batz Sur Mer
C'est tout à fait ce que j'aimerai mais en 2 fois plus grand (4 chambres).Il est temps de se mettre à notre époque en ce qui concerne la construction d'habitat !!!! Les projets devraient être acceptés d'office par TOUTES les communes. Cordialement une petite artiste peintre maman d'une grande tribue.
#3 - Le 13 novembre 2011 à 11h01 par Lemere
Tout simplement génial.
Et d' une telle efficacité , et même efficience pour construire des logements sociaux.
L' étude a t elle été faite pour un modèle a étages ?
Et encore bravo et tous mes vœux de reussite.
#4 - Le 13 janvier 2012 à 00h33 par diaf , Bobigny
(Une petite question) la hauteur un container 40 hc est elle suffisamment haute pour une habitation car je suis très intéressé par ce type d'habitation
#5 - Le 19 mai 2012 à 17h12 par masson, Saint Nazaire
extra c est cela le futur je suis très interessé par un projet du meme style en plein pied j ai aussi des amis qui modifient la structure des EVP je travaille sur le port de montoir et je pense que votre entreprise va prospérée cordialement
#6 - Le 22 mai 2012 à 18h26 par Denigot, Saint Nazaire
Oui, bien sur le modulable permet des étages. Les étudiants utilisent ce type d'habitat à Amsterdam, au Havre, partout ou les ports sont présents.
#7 - Le 12 août 2012 à 21h59 par francinepity, Nantes
Je trouve cette idee hallucinante innovante et hyper realiste j'aimerai vraiment me lancer dans ce projet avec ma famille j'ai toutefois deux questions les villes ne sont elles pas frileuse par rapport a cette nouvelle forme d'habitat et pour l'implantation quelle surface min de terrain faudrait il? merci grande idee et courage a cette société . En france on a des idées mais malheureusement on est peu aidées !
#8 - Le 11 juin 2017 à 17h44 par michel, Chemille Melay
serait il possible d'avoir le site ou les coordonné de cette entreprise car je n'arrive pas a les trouvé.
merci d'avance

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter