Saint Nazaire Infos

Un été mitigé à Saint-Nazaire

Entre pluie, travaux et baisse du pouvoir d’achat, l’été n’a pas toujours été facile à Saint-Nazaire. Petit tour d’horizon des commerçants, restaurateurs et hôteliers de la ville.

Manteaux et parapluies ont été de sortie plus qu’à leur tour cet été. Entre journées automnales et canicule, nous n’avons pas su à quel saint nous vouer cet été. Dans l’ensemble, le mauvais temps n’a pas été qu’un mal car si les plages et les lieux en plein air ont été parfois désertés, ce sont les musées et les magasins qui ont récupéré les vacanciers. L’ouverture de l’autoroute de la mer qui relie Nantes/Saint-Nazaire à Gijon se fait déjà sentir avec une augmentation des touristes Espagnols et Portugais.

Office de Tourisme, Espadon et Cinéville

Depuis le 1er juillet, l’Office de Tourisme a enregistré environ 8 000 demandeurs, dont 75 % accueillis dans les locaux (de la base sous-marine et annexe de Saint-Marc-sur-Mer). Ce chiffre est à peu près stable par rapport à 2010. La demande de renseignements sur l’hébergement, s’est déplacée sur Internet. La destination touristique de Saint-Nazaire (Escal’Atlantic, le sous-marin Espadon, l’Ecomusée, les visites d’entreprises, la croisière « Saint-Nazaire sur mer » et les visites estivales du tumulus de Dissignac et de la base sous-marine) est en hausse par rapport à l’été 2010. Le mois de juillet est nettement meilleur que celui de 2010 (+ 35 %), août est pour l’instant similaire à l’an passé, avec quelques pics de fréquentation les jours très pluvieux. Du 1er juillet au 19 août 2011, la fréquentation de l’ensemble de la destination se situe à environ 80 000 visiteurs payants, dont 46 % à Escal’Atlantic et 35 % à l’Espadon. Pour Cinéville aussi la saison a été bonne : « l’été 2011 a été meilleur que celui de 2010. Dans la mesure où depuis 2009 le temps est pourri, nous faisons de bons étés ! »

Hébergement
Malgré quelques éclaircies, la saison a été loin d’être brillante pour les hôtels de Saint-Nazaire. Dans l’ensemble « ça, c’est passé ». Une expression qui veut tout dire car entre la météo peu clémente, les travaux qui handicapent l’accès à certains coins de la ville et la crise, l’été s’est avéré très moyen. Au Bon Accueil, particulièrement mal situé avec les travaux qui l’encadrent, ça a été « le plus vilain été depuis 40 ans ». Même l’Hôtel de la Plage, très bien situé à Saint-Marc-sur-Mer, a des chiffres en baisse, surtout dès la mi-juillet. « Nous nous en sortons grâce à notre clientèle étrangère qui a réservé. Il y a aussi beaucoup de gens qui raccourcissent leur séjour ». Le local rejoint le national avec une augmentation des réservations sur Internet et, surtout, des réservations de dernière minute suivant la météo du week-end. Certains s’en sortent pourtant plutôt bien comme Park et Suites Elegance ou l’hôtel Le Bretagne qui a fait « une belle avant saison et un été normal. Ça a été tout à fait correct ». Pour les chambres d’hôtes, la saison s’est bien passée : « les réservations étaient faites à l’avance et nous avons eu très peu d’annulations », explique Rémy Guimard. De même, pour le camping de l’Eve, l’été s’est bien passé avec peu d’annulations et des clients satisfaits.

Restauration
La saison a été plutôt bonne pour les bars et les restaurants de Saint-Nazaire. Le Ponton, particulièrement bien situé dans la base sous-marine a fait de très bons chiffres en juillet et août est plutôt bien parti, grâce à la proximité de l’Office de Tourisme, d’Escal’Atlantic et de l’Espadon. A la crêperie Les Blés d’Or, ça a été « très bien. Nous avons profité des touristes qui sont allés à Escal’Atlantique et qui ont remonté la rue après ». Le bord de mer, rendu plus attractif par les travaux effectués par la mairie n’a pas été totalement déserté les jours de pluie, Emmanuelle qui tient la Barak’A explique n’avoir pas été très souvent fermé, « mais il y avait toujours des gens, qui restaient malgré la pluie. L’été a été moins bon que l’avant saison, mais nous n’avons pas à nous plaindre ». D’autres ont moins de raisons de se réjouir, tel Fabrice, propriétaire de la pizzeria la Riviera pour qui l’été a été catastrophique à cause de la fermeture de la rue pour les travaux d’Helyce. Le restaurant de l’Hôtel de la Plage a « pas mal fonctionné grâce à notre clientèle locale, mais il y a une baisse par rapport à 2010. Avec la baisse du pouvoir d’achat, les plats qui ont le mieux marché sont les moins chers ».

Les magasins
Pour Cyril Allanic, président de l’association des commerçants de Saint-Nazaire centre, « la tendance générale c’est un mois de juillet positif malgré la météo et un mois d’août tristounet, sans qu’on sache pourquoi exactement. Je ne suis pas sûr que s’il avait fait plus beau nous aurions travaillé plus ». Lui-même a eu un excellent mois de juillet et un mois d’août qu’il préfère oublier. L’été s’est aussi bien passé pour Céline à Breizh Boutik, « malgré le mauvais temps, il y a eu du monde, j’étais étonnée. Pour moi, ça a été un bon été qui a fonctionné quand il ne faisait pas beau ! » Des retours positifs, mais aussi certains assez négatifs comme à la librairie Gweladenn qui profite pourtant d’un fort afflux touristique grâce à la proximité de l’Office de Tourisme et d’Escal’Atlantique a fait un chiffre inférieur aux années précédentes. « Avec le mauvais temps, il y a eu beaucoup de monde sur le site, mais les gens n’ont pas été acheteurs. J’ai plus eu l’impression qu’ils traînaient dans la boutique pour passer le temps… C’est très frustrant ! »
 

Auteur : AP | 29/08/2011 | 1 commentaire
Article précédent : « Travaux HélYce : ça roule ! »
Article suivant : « Touche pas à ma zone humide »

Vos commentaires

#1 - Le 30 septembre 2011 à 13h02 par PAUL, Saint Nazaire
Baisse du pouvoir d'achat! Mais c'est la gauche qui, je vous le rappelle, dirige : la commune, la communauté de commune, le département et la région. Elle nous lamine encore un fois de plus d'une hausse d'impôt locaux. Et oui, Mr Maréchal avec tout le mépris des travailleurs qu'il a, dénié par ses électeurs, nous expliquait que la hausse d'impôt liée à sa mauvaise gestion ne serait que de 37€ par foyer fiscal. Associé à ses petits copains pour qui la crise n'existe pas, nous sommes davantage sur une augmentation d'une centaine d'Euro pour la seule taxe foncière. Et comme la dit Mme AUBRY, ils géreront la France comme ils gèrent les régions et les départements. Donc maintenant vous savez. Ils vont faire exploser les impôts. Regardez combien vous payiez avant qu'ils n'arrivent à la région et au département et faites la différence. Le pouvoir d'achat ruiner depuis dix ans. Oui mais grâce aux 35H, grâce à une politique démagogique sortie de toutes réalités financières. Je suis désolé, mais les socialistes nous montrent années après années à la tête de nos collectivités locales, qu'ils sont incapable de gérer quoi que ce soit sans saigner à blanc les contribuables.
Merci de faire passer le message.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter