Saint Nazaire Infos

Un ASSPRO contre le chômage ?

Plus de 15 000 demandeurs d’emploi seniors dans le département subissent la crise en plein fouet, des initiatives ont vu le jour pour essayer de trouver des solutions : l’ASSPRO est l’une des réponses.

Une association, originaire de Saint-Herblain, organise des cafés actifs seniors avec un certain succès sur la région nantaise ; elle vient d’organiser son premier café au lycée Sainte-Anne de Saint-Nazaire.

« À 45 ans, on a encore 20 ans de vie active potentielle »

L’ ASSPRO (association pour la promotion des actions qui créent de l’emploi) a été mise en place par deux hommes Jean-Yves L’Anton et Benjamin Krups en 2009. C’est une agence territoriale d’informations et de ressources visant à développer l’emploi. L’association a pour vocation d’informer le plus large public sur toutes les actions qui créent ou favorisent de nouveaux emplois.

« Au départ, l’idée a été de mettre en place une lettre de veille sur le thème de l’emploi, de la formation, de la création d’entreprises et de la réinsertion » explique Jean-Yves L’Anton. Cette action fait boule de neige et suscite la curiosité et l’envie de s’informer; aujourd’hui cette newsletter compte 10 000 abonnés sur tout le territoire national et au Maghreb.

Cette source d’informations ciblée s’est ensuite ouverte au grand public par la création d’un site internet, ensuite est né le concept de faire se rencontrer les demandeurs d’emplois seniors dans des cafés actifs.

« On a constaté que les personnes les moins accompagnées sont les seniors ; elles sont en train de mourir à petit feu.  Nombre de seniors ont baissé les bras et ne s'inscrivent même plus à Pôle Emploi ; leur nombre dépasse aujourd’hui les moins de 25 ans en recherche d’emploi sur le 44 ».

Des rendez-vous citoyens

L’ASSPRO a donc lancé ses premiers cafés à Nantes au printemps dernier remportant un vif succès. L’analyse de Jean-Yves L’Anton « Les gens ont besoin de parler, d’échanger ; nous travaillons en réseau, l’ouverture, la tolérance permet des rassemblements et des échanges positifs ».

La structure ouvre des portes, les chefs d’entreprises commencent à se déplacer sur les cafés ; à la clef, parfois des embauches, ce qui est plutôt bon signe pour l’action menée par l’ASSPRO.

« Il y a un grand désespoir chez les seniors avec plus de 46 000 demandeurs d’emplois dans les Pays de la Loire ; l’augmentation est de plus de 10% par an » précise Jean-Yves L’Anton.
« Nous ne nous pouvons, ni ne voulons nous substituer à Pôle Emploi. Nous avons seulement un rôle d'encouragement, de médiation et de conseil. Pôle emploi est un système comptable, complètement déshumanisé ; il est dommage de faire ce constat ».
« On a écrit trois fois au directeur départemental de Pôle Emploi cadres sans réponse, puis un rendez-vous a été annulé ».


Un peu énervé, le créateur de l’ASSPRO a donc écrit au préfet de région qui est responsable du service public de l’emploi en précisant : « notre détermination  et le fait qu’il ne s’intéresse pas à cette catégorie de demandeurs d’emplois ». Du coup, l’association a obtenu un rendez-vous auprès de la DIREC (Direction régionale des entreprises) en janvier prochain.

« C’est souvent le désespoir »

Ce véritable réseau social senior est en plein développement avec des éditions numériques, des rencontres physiques et un certain nombre de services.
« Les seniors sont des personnes qualifiées, la crise a donné un grand coup de rabot sur les emplois ; trop chers. Les entreprises se sont séparées des seniors par nécessité économique ». Il est aussi vrai que certains ont sans doute négocié trop tôt leur départ à la retraite de gré à gré et se retrouvent avec de faibles ressources.
« C’est souvent le désespoir. Nous avons des personnes qui ne mangent qu’un repas par jour ; ce public-là ne connaissait pas cela auparavant. Il y avait une sécurité, on partait tranquillement à la retraite. En cas de licenciement, il y avait un plan (épargne), maintenant les plans, il n’y en a plus, pas facile aujourd’hui de toucher une retraite complète ».
À chaque rendez-vous, des mini-conférences sont proposées, on retiendra la prestation de Catherine Ermenault sur une présentation originale des réseaux sociaux expliquant le mécanisme d’un réseautage efficace.
Son discours est simple « Soyez positif et souriant, curieux, ouvert et optimiste, prenez conscience de votre potentiel ».
Elle insiste sur le côté social : « Il faut créer du réseau humain », rappelant que le mot réseau signifie à la base « un groupe de personnes qui communiquent entre eux, le réseau, c’est un filet, il faut aller à la pêche ensemble ».
Même, si l’on n’a pas trouvé du travail à la fin de ce café, l’on ressort avec un regard neuf et de nouveaux amis.
Un café actif est désormais prévu chaque mois à Saint-Nazaire

Pratique :


www.portail-formation.fr et www.agence-asspro.org

02 85 52 00 87
 

Auteur : JRC | 16/12/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Demain Saint-Nazaire ou Saint-Nazaire demain* ? »
Article suivant : « 600 personnes disent ''non'' à la rigueur et à la crise financière et sociale »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter