Saint Nazaire Infos

Triste fin du feuilleton Galenix Pharma

Le 21 septembre dernier, le tribunal de Commerce de Bordeaux a prononcé la mise en redressement judiciaire de la société Galenix Pharma. Près de trois semaines plus tard, la situation a empiré et les 25 salariés restants sont dans l'attente de leur lettre de licenciement économique.

 La mise en redressement judiciaire de Galenix Pharma aura au moins eu un avantage, à savoir celui de permettre aux employés de toucher leurs salaires de juillet, août et celui de septembre jusqu'à la date du 20. Pour Patrick Vince responsable CGT, cette solution est un moindre mal : « Cela a permis au fonds de garantie des salaires de se substituer à Jérôme Besse, un patron voyou qui n'avait réglé les salariés depuis plus de deux mois. » Selon l'organisation syndicale, le patron de Galenix Pharma cumule les irrégularités : « Il ne réglait plus l'URSSAF, ni pôle emploi depuis plus d'un an. Il a par ailleurs été radié de la médecine du travail, ainsi que de l'organisme de prévoyance maladie. » C'est ainsi que les 25 salariés restants se sont retrouvés du jour au lendemain sans complémentaire santé.
 
Annonce par visio-conférence
 
Avec ce triste feuilleton, la CGT dénonce un énorme gâchis financier qui ne grandit pas le PDG de Galenix Pharma.. « Depuis toujours, Jérôme Besse se lave les mains et cela lui permet aujourd'hui de licencier 25 personnes ». En effet, le mardi 4 octobre Jérôme Besse s'est entretenu par visio-conférence avec les délégués du personnel. Au cours de celle-ci, il a leur a fait part de son projet de licenciement de l'ensemble des salariés. Lise Galliana déléguée CGT s'attendait à ce genre de décision, et souligne la manière peu élégante de l'annonce .. « Le fait qu'il intervienne par visio-conférence montre le mépris de Jérôme Besse vis-à-vis de son personnel. Le tribunal de Commerce de Bordeaux devrait statuer sur cette demande dans les prochains jours. Une chose est sûre, on ne se fait plus d'illusions et les lettres de licenciement devraient nous parvenir dans les 15 prochains jours. En tout cas, c'est un sentiment de colère qui domine chez nous tous. Nous sommes d'autant plus agacés que nous n'avons toujours pas eu notre complément de salaire du 21 au 30 septembre.  Comme, il n'y a plus de contrat, ni activités, on s'y attendait. Cependant, nous aurions aimé être traités avec dignité ».
 
L'appel aux pouvoirs publics
 
Dans un communiqué qu'elle nous as transmis, l’Union Locale CGT indique qu'elle va de nouveau interpeller les pouvoirs publics et les acteurs économiques de la région nazairienne afin qu’ils s’intéressent vraiment au devenir de l’activité pharmaceutique sur la région et aux 25 salariés qui se retrouvent sans emploi. « Lors d’une rencontre entre les représentants CGT de GALENIX et des représentants du Conseil Général Loire Atlantique, ceux-ci ont affirmé qu’ils accordaient une grande importance à ce dossier, des projets de recherche sur les micro-algues ont été évoqués par les élus du département. La cellule de reclassement qui va être mise en place doit être en étroite collaboration avec les projets de développement économique prévu sur la région nazairienne » indique l'organisation syndicale.
L’Union Locale CGT, en lien avec les salariés, va exiger des pouvoirs publics qu’ils trouvent des repreneurs ou de nouveaux débouchés à cette entreprise qui avait bénéficié d’argent public lors de sa création.

Auteur : YE | 10/10/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Les commerçants ont fait un beau mariage »
Article suivant : « Atlanbio est n°2 français de la bioanalyse »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter