Saint Nazaire Infos

Trignac rend hommage à Samuel Paty

Attentat de Conflans : un rassemblement en hommage à Samuel Paty Mardi 20 octobre 2019 à 18h Place des Palabres Devant le collège Julien Lambot

La ville de Trignac souhaite s'associer à l'hommage national rendu au professeur assassiné Samuel Paty. Elle organise ce mardi 20 octobre un rassemblement sur la place des Palabres, auquel s’associe les écoles de Trignac et le collège Julien Lambot.

« Ce rassemblement permettra de rappeler l'importance du métier d'enseigner, de la transmission de nos valeurs républicaines et de notre attachement collectif à la liberté d'expression et à la laïcité, qui garantissent la liberté de conscience », explique Claude Aufort qui invite l'ensemble des habitants à ce temps, dans le strict respect des gestes barrières et la distanciation physique.

19/10/2020 | 18 commentaires
Article suivant : « Trignac : la  chambre régionale des comptes  des Pays de la Loire a rendu son rapport »

Vos commentaires

#1 - Le 20 octobre 2020 à 17h57 par bebel, DÉtroit
une immigration choisie comme au Canada, Australie, Nvlel zélande, etc... Pologne, hongrie,Slovénie,Danemark....
et il y aura moins d assassinats. Il ne faut pas pleurer sur les effets dont on chérit les causes..il ne sera pas le dernier martyr
#2 - Le 22 octobre 2020 à 13h47 par Chloé, Saint-nazaire
Bebel. Lisez le communiqué ci-dessous au lieu de schémas tout faits.


Déclaration de la FCPE95 lors du rassemblement le lundi 19 octobre sur le parvis de la préfecture de Cergy

Les parents d’élèves et militants de la fcpe sont extrêmement choqués par le meurtre de M. Paty, professeur d’Histoire dans un collège de Conflans. Nous sommes stupéfiés, révoltés, en colère, il n’y a pas de mot pour caractériser ce crime. Nous le sommes d’autant plus que certains parmi nous suivent cette histoire depuis deux semaines. Nous avons vu la haine et les menaces monter. Quand nous avons découvert le « cv » de l’individu qui est venu dans le bureau de la principale du collège, nous avons été horrifiés par le torrent de mensonges que cet individu propageait sur internet.

La seule réponse des autorités, avant le meurtre, a été de demander aux enseignants de ce collège de se taire. Il parait que la police surveillait l’établissement depuis 10 jours, avec l’efficacité que l’on constate.

Aujourd’hui, des politiques se répandent dans les médias, certains pour dire qu’ils vont faire quelque chose, d’autre pour alimenter la haine. Mais la réalité est que depuis des années, les uns et les autres se sont mis d’accord pour mettre l’éducation publique à la portion congrue. Les moyens humains sont, dans ce collège comme dans les autres, réduits année après année. Alors que la crise économique répand la misère matérielle et morale, que la société devient de plus en plus dure, que la violence monte, y compris parfois entre parents et enseignants, il faudrait plus d’adultes dans les établissements, plus de personnels enseignants, de surveillants, d’infirmières, d’agents techniques. Mais c’est l’inverse qui est organisé. La réalité est que l’école publique est progressivement abandonnée par l’Etat. Les équipes sur le terrain font de leur mieux avec ce qui leur est donné, et je veux saluer ici le dévouement des uns et des autres, mais on ne peut plus simplement compter sur ce dévouement.
#3 - Le 23 octobre 2020 à 09h08 par Pierre Lapin
à Chloé,

Votre raisonnement est juste, sauf qu'il s'arrête au milieu du gué. Or il faut le continuer pour, me semble-t-il bien comprendre ce qui a pu se passer dans ce collège...

Vous dîtes que l'éducation nationale en est réduite à sa portion congrue, c'est vrai et ça ne vas pas aller en s'améliorant.

En effet, les personnes qui se nomment "représentants" ayant perdu toute souveraineté sur la monnaie ne peuvent que se mettre sous la direction des marchés financiers pour financer leurs politiques.

Les "représentants" se doivent donc de sauvegarder la "signature" de la dette française afin d'accèder à des bonnes conditions d'emprunt au prix d'une austérité généralisée et permanente.

Austérité signifie faire des économies toujours afin de rembourser les intérêts de la dette.

Cette austérité se matérialise dans les faits dans des économies dans tous les secteurs d'intervention de l'État qui devient un État fantoche (lire Frédéric FARAH sur le sujet).

Voilà, la nature ayant horreur du vide, quand l'État se retire de ses missions, quelqu'un prend nécessairement sa place... Il en est de même pour l'éducation. Une présence moindre sur le terrain de l'éducation nationale ouvre la porte grande ouverte à des associations nébuleuses aux intérêts quelque fois plus que nauséabonds...

Bref, on peut restez dans l'émotion de cet événement tragique, mais il faut profiter de l'occasion pour pousser le raisonnement plus loin et en revenir aux fondamentaux, la monnaie et la démocratie.

Sans souveraineté monétaire, point de salut. Cet assassinat en est une preuve de plus.
#4 - Le 23 octobre 2020 à 09h47 par Moyon, Saint Nazaire
Je suis de ceux qui ont eu la chance d'avoir connu les autorités naturelles de la mère, à l'époque au foyer, et du père.Il y avait là un sacré " bon boulot de fait" en matière d'éducation.
Combien de parents aujourd'hui ont laissé leurs gamins leur imposer la leur au sein même de la famille?

" Qui vole un oeuf vole un beauf" était inscrit tout en haut du tableau par l'instit' en blouse grise qui n'avait pas attendu que les gosses entrent en rang dans sa classe pour le faire. C'était l'époque pendant laquelle la punition était "appuyée" par le père qui en remettait une couche à la maison.

Puis survint le virage de 1968 ... le système éducatif, entre autre, est parti en sucette. Tous les étudiants n'avaient pas la vocation à enseigner, nos profs n'étaient pas tous "bons". N'enseignaient-ils pas des matières qu'ils connaissaient pas ou mal?
Cette minorité qui semblait avoir atterri sur un terrain qu'elle n'avait pas choisi, ne forçait pas le respect de ses élèves.

Depuis la crise économique de conjoncturelle est devenue structurelle, entrainant le développement de celle de la société où le chacun pour soit et les corporatismes ont supplanté trop souvent la nécessaire cohésion.

Bref, regardons-nous, parents, enseignants, avant de jeter la pierre à telle ou telle catégorie de population ...

Enfin, réaffirmons que les religions quelles qu'elles soient, sont des sectes génératrices de comportements indignes des mondes qu'elles prônent hypocritement auprès de leurs ouailles.
#5 - Le 23 octobre 2020 à 16h18 par judas, St Marc
Moyon, non pas "quelles qu elles soient"
Les chrétiens apprennent tout petit qu il ne faut pas juger celui qui a une paille dans l oeil quand on ne voit pas déjà la poutre dans son oeil ,
ni jeter la première pierre sur la prostituée , si on n a jamais peché, alors qu ailleurs on lapide à gogo ...Je préfère donc vivre ici et entre chrétiens pas vous ?
#6 - Le 23 octobre 2020 à 18h32 par Chloé, Saint-nazaire
"la seule réponse des autorités, avant le meurtre, a été de demander aux enseignants de ce collège de se taire."

dit le texte de la FCPE 95.

Bien sûr la dégradation de l'école a des facteurs multiples, y compris des causes économiques : le libéralisme etc. Ceci dit il est urgent de renforcer la protection des enseignants et des fonctionnaires en général. On les a trop longtemps laisser se débrouiller seuls au motif qu'il ne fallait pas faire de vagues pour ne pas faire fuir les élèves dans un autre établissement en révélant les problèmes. L'enseignant assassiné s'est sans doute rendu seul au commissariat pour se justifier. Les autorités hiérarchiques : chef d'établissement, Inspecteur d'Académie, Recteur et Ministre lui devait protection. Les contre-réformes de la droite comme de la gauche depuis 68 ont oeuvré pour une école qui s'adapte à la société, s'ouvre à la vie, en fait aux groupes de pression divers etc.Les CHSCT (Hygiène et sécurité) sont compétents pour la protection des personnels ( statut de la fonction publique) CHSCT que le Gouvernement de menteurs a supprimé à compter du mois de janvier prochain à ma connaissance.Quand un enseignant se voit dire en classe que "la dérive des continents" n'existe pas car un élève invoque la création divine de la Terre, ne faut-il pas lui rappeler que c'est le programme et que c'est une vérité établie. Cela m'amène à soulever un autre problème: où s'arrête le droit à la différence si des élèves et des familles contestent qu'une discipline comme l'Histoire-Géographie a dans ses programmes des "vérités établies". J'arrête là car il y aurait encore beaucoup de choses concrètes à dire. A suivre s'il le faut.

Une vieille institutrice en retraite depuis longtemps.
#7 - Le 23 octobre 2020 à 23h46 par Canard briéron
Je suis sidéré de voir les uns et les autres tourner autour du pot sans désigner l'ennemi.
Le problème de base, c'est l'islam, quoi qu'en disent les enfumeurs-propagateurs de cette idéologie.
Il suffit de lire le coran, les hadiths, et la vie du (faux) "prophète" pour se retrouver face à des discours de haine de l'autre et autres appels au meurtre.
L'assassin de Samuel Paty n'est rien d'autre qu'un bon musulman qui a appliqué ses textes "sacrés".
Tant que l'islam n'aura pas été éradiqué hors de France, il n'y aura pas de tranquillité pour les honnêtes gens.
Dans l'entre deux guerres, il y a déjà eu le même type d'aveuglement face au contenu de "Mein Kampf" (qui annonçait lui aussi clairement la couleur), et on a vu le résultat.
#8 - Le 24 octobre 2020 à 11h42 par Moyon, Saint Nazaire
#: Si je respecte les croyances, la foi, je dénonce les religions porteuses de sectarisme, y compris catholique (dont les actes de l'histoire n'avaient rien à envier à d'autres aujourd'hui )et aux hiérarques de tous bords qui manipulent leurs "fidèles".

Je suis un laïque.

Concernant l'éducation, au risque de vous déplaire encore davantage, sachez que je ne connais que l'école publique et regrette l'existence des écoles confessionnelles, cathos, juives, islamiques ...
#9 - Le 24 octobre 2020 à 11h44 par Moyon, Saint Nazaire
# 7 : Consternant ...
#10 - Le 25 octobre 2020 à 07h36 par Chloé, Saint-nazaire
Polémiquez dans le vide et hors du temps comme d'hab !, Moyon et Cie. En attendant Le Gouvernement supprime à partir de janvier le CHSCT organisme paritaire de d'hygiène et SECURITE qui a vocation à traiter de la sécurité des enseignants.
#11 - Le 25 octobre 2020 à 11h09 par Moyon, Saint Nazaire
# 10: Tout ce qui allait ou irait dans le sens de la protection des enseignants,et de toute catégorie professionnelle doit être maintenu et même accru.
Voilà qui est dit.

PS: SVP, où peut-on trouver l'affirmation dece projet de suppression des CHSCT ?
#12 - Le 26 octobre 2020 à 21h06 par Chloé, Saint-nazaire
Gouvernement est passé outre les avis des représentants syndicaux:
"Lors de la réunion du CHSCT ministériel, du 26 mars 2019, les représentants des personnels ont voté à l’unanimité un avis pour s’opposer au projet gouvernemental qui vise à supprimer les CHSCT.

Le SNPTES considère que le choix de supprimer les moyens d’intervention des représentants des personnels en matière santé et sécurité au travail va inévitablement avoir un impact extrêmement négatif sur l’hygiène, la sécurité et les conditions de travail des personnels.
Trouvez ci-dessous l’avis du CHSCT ministériel :

PDF - 325.3 ko
Les représentants des personnels s’opposent à la suppression des CHSCT
Version téléchargeable et imprimable

Le CHSCT ministériel a pris connaissance des “orientations” du projet de loi de transformation de la fonction publique présentées mercredi 13 février 2019, lors de la réunion d’installation du Conseil commun de la fonction publique.

Ce document ne cache pas les intentions gouvernementales. Il s’agirait, entre autres, de fusionner les instances consultatives des personnels que constituent les Comités techniques avec les CHSCT.

Le CHSCT ministériel rappelle son attachement à l’existence de CHSCT à tous les niveaux. Les missions de cette instance sont spécifiques et complémentaires de celles des Comités Techniques.

Le CHSCT ministériel rappelle aussi son attachement à l’existence de Comités Techniques qui sont consultés sur l’organisation des services et fonctionnement.
La fusion de ces instances, aboutirait inévitablement :

à alourdir l’ordre du jour de la nouvelle instance créée ;
à marginaliser les débats et les avis sur la santé, la sécurité et les conditions travail de l’ensemble des personnels ;
et à réduire les moyens d’intervention des représentants des personnels.

L’expérience d’analyse du travail et de prévention accumulée au long de ces années ne doit pas être abandonnée. Les constats au travers des bilans sociaux, des bilans de la médecine"
#13 - Le 27 octobre 2020 à 17h31 par Moyon, Saint Nazaire
# de nouveau :
L'objectivité consisterait à dire que le CHSCT n'est pas purement supprimé mais désormais intégré dans l'unique structure représentant le personnel, à savoir le CSE.
Est-ce à dire que les conditions d'hygiène et de sécurité au travail seront mieux protégées ...j'en doute.
#14 - Le 28 octobre 2020 à 21h14 par Chloé, Saint-nazaire
Bravo Moyon. Vous avez choisi "l'objectivité" patronale. Pour les enseignants, le patron c'est l'Etat dans les organismes paritaires employeur/syndicats. Selon vos raisonnements toujours aussi subtils, vous allez peut-être dire que l'ETAT, c'est vous moi....etc...!!!!!!!!!!!!
Sur le CSE, vous émettez "un doute", rien que cela, tout cela . Au fait je vous rappelle que le Sénat se saisit (infos de ce jour) de l'affaire du rachat des Chantiers par Fincantieri. Peut-être le sénateur Vaugrenard, y est pour quelque chose de même que la présidente de Région. Je ne parle pas du syndicat FO qui fait son boulot. Pourriez-vous me trouver une prise de position publique, mieux une intervention du Maire que vous défendez Urbi et Orbi et je m'en féliciterais si tel était le cas. Et ne me dites pas que les Chantiers n'ont rien à voir avec le CHSCT. J'aime bien faire des rapprochements en matière de prise de position, car ça donne un éclairage sur la personne.Je le fais aussi pour le RN, alors!
#15 - Le 29 octobre 2020 à 22h39 par Moyon, Saint Nazaire
Je redis que le CHSCT n'est pas supprimé mais intégré dans le nouveau CSE.
Je dis et redis ne pas être certain que ce sera mieux qu'avant.
Est-ce clair?
Quant au reste de votre diatribe, elle caractérise, comme d'habitude, une posture politicarde qui ne présente aucun intérêt.
#16 - Le 01 novembre 2020 à 09h22 par chloé, Saint-nazaire
Moyon. Le CHSCT "n'est pas supprimé" dites vous. IL ne faut pas prendre les syndicalistes qui ont voté contre pour des cons. Il disparait noyé dans le CSE. Vous êtes encore du mauvais côté du manche. C'est avec votre réserve "pas certain" que s'opèrent les reculs sociaux. Et c'est d'autant plus important que ce n'est peut-être pas joué.Dans cette abominable crime contre un enseignant , on cache que dans les jours qui ont précédé, il n'a pas eu la protection qui lui était dûe par sa hiérarchie et tout le reste n'est que littérature. C'est dans les détails parfois que les tragédies se produisent.Déjà Jack London les "socialistes" de salon!
#17 - Le 01 novembre 2020 à 21h23 par Moyon, Saint Nazaire
#16: Est-ce que le maintien du CHSCT en tant que tel aurait changé le cours des évènements? vous savez très bien que non.
#18 - Le 02 novembre 2020 à 18h37 par Chloé, Saint-nazaire
Moyon. Pirouette, toujours des pirouettes.Je mets ci-dessous le vote des syndicats contre le projet gouvernemental concernant le CHSCT.On est contre ou pour le projet gouvernemental. On ne tourne pas du...avec des "doutes" sur la question. Vous cherchez encore dans cette affaire à ménager la chèvre et le chou. Pour ce faire vous glissez vicieusement sur un autre terrain: "est-ce que ça aurait changer quelque chose".

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter