Saint Nazaire Infos

Touche pas à ma zone humide

« Avis défavorable ». C’est par ces 2 mots que la commissaire conclut son rapport concernant l’enquête publique préalable à la construction de 4 tours de bureaux à l’entrée nord-ouest de St Nazaire sur une zone humide le long du boulevard de l’Atlantique entre la gare de Saint Nazaire et la zone d’Auchan à Trignac. Pour les associations qui combattent ce projet, c’est une victoire, mais cela ne signifie par pour autant la fin du projet «Ville-gare ».

8 associations de défense de l‘environnement (dont Natur’action, Bretagne vivante ou encore Eaux et rivières de Bretagne) avaient combattu le projet au moment de l’enquête publique qui s‘est achevée le 10 juin dernier. Elles ont été en partie entendues puisque la commissaire-enquêtrice a rendu un avis négatif pour les immeubles de bureaux sur cette zone humide dite « de la gare  » à droite du Pont de la Matte à l’entrée de St Nazaire en venant de Trignac. En revanche le feu vert a été donné pour la construction d’un parking de 350 places juste derrière la gare. Le parking doit sortir de terre à l’automne 2012 en même temps que l’entrée en service de la ligne de bus rapide « Hélyce ».

Un simple avis

L’avis défavorable donné aux 4 tours de bureaux, n’est comme son nom l’indique, qu’un simple avis. Il n’est en aucun cas contraignant, n’a pas valeur de veto. Et dans l’absolu la Carène a les mains libres pour construire ce quartier d’affaires qui doit comprendre à terme entre 50 et 100 000 m² de bureaux. Selon Zack Moullec de l’association « Natur’action » ce projet est une hérésie. « St Nazaire n’a pas besoin de ça d’autant que les bâtiments existants de 13 000 m² ne sont occupés qu’à 50 % de leur capacité ». Et d’ajouter que « 80 % des zones humides françaises ont disparu sous le béton depuis les années 90 ».
Désormais les associations demandent au Président de la Carène, Joël Batteux de jouer jusqu’au bout le jeu de la démocratie et l’invite à « ne pas s’asseoir » sur cet avis. « Quand nous nous sommes opposés à d’autres projets, il nous rétorquait que l’enquête publique avait donné un avis favorable. Aujourd’hui nous lui retournons l’argument. Ça ne peut pas marcher que dans un seul sens ».

Des mesures compensatoires encore floue.

L’urbanisation du site comprend des mesures compensatoires, à savoir la réhabilitation d’une zone humide remblayée il y a des années derrière le « Quick » et le magasin « Boulanger » dans la zone commerciale Savine.
Mais la Carène ne détient pas tous les terrains, et selon les associations écologistes, la communauté d’agglomération n’a contacté les propriétaires qu’au mois de juillet. Si jamais ces derniers refusent de vendre il faudra alors engager des procédures d’expropriation, ce qui induirait une nouvelle enquête publique, avec sans doute à la clé des retards dans la réalisation des travaux.
 

Membres de Natur'action et de Bretagne Vivante.
Membres de Natur'action et de Bretagne Vivante.
Auteur : GG | 26/08/2011 | 5 commentaires
Article précédent : « Un été mitigé à Saint-Nazaire »
Article suivant : « Trophée Jeunes talents Yountiss 2011-2012 »

Vos commentaires

#1 - Le 26 août 2011 à 17h17 par Mathias , Versailles
Certes les tours déjà construites devant la gare ne sont remplis qu'à 50%, mais c'est déjà très bien quand on connait la situation économique déplorable de notre pays. Il est donc évident que pour que ce quartier d'affaire puisse pleinement exister il est nécessaire de le faire émerger sur une vaste zone métropolitaine, un pôle d'affaire régional ne peut pas se contenter de "13 000m²" mais bien 70 000m² prévu à l'origine.
Alors certes on me répondra que c'est une "zone humide" mais l'emprise foncière de ces tours n'est pas exubérante et devrait permettre de ne pas impacter cette zone.

Les associations écologistes étaient également contre le projet du front-de-mer, je pense qu'il est nécessaire de remettre les choses dans leur contexte.
En revanche, je plaide pour l'aménagement de cette zone humide, et il faudrait mettre l'accent sur la qualité architecturale du bâti pour ne pas faire tâche dans se paysage naturel.
#2 - Le 26 août 2011 à 18h05 par Mathias , Versailles
Justement, c'est sans doute parce que le quartier d'affaires actuel est beaucoup trop petit, ne comprenant que 13 000m² SHON, qu'il n'est rempli qu'à 50% (ce qui reste tout de même un bon score compte tenu de la santé économique de notre pays).
#3 - Le 27 août 2011 à 08h12 par Jean-Louis garnier
Il est risible de prendre en considération une zone humide de quelques centaines de m² alors que le 2° marais de France s'étend juste à coté et assure parfaitement dans des proportions gigantesques les fonctions d’accueil de la faune et de la flore.
On voit là à l’œuvre la perversion des écologistes de tout bords !
Par contre, la discussion sur l'implantation de surfaces destinées au tertiaire est un tout autre débat ; on peut en effet que s'étonner de voir continuer un desserrement de l'urbanisation alors que la densification est recherchée par tous!
#4 - Le 27 août 2011 à 13h04 par zack moullec, St-nazaire
Cher Mathias, il n'y a plus que vous, 5 ans après, pour continuer à écrire une contre-vérité:
Natur-Action n'a JAMAIS été opposée à l'aménagement du front de mer.
D'ailleurs si vous êtes venu cet été dans la ville où vous rêvez de devenir maire, vous avez surement vu que les 7 derniers ormes préservés "pour faire plaisir aux écolos" sont morts. Vous devez être content, ça fera moins d'ombre et de la place pour des palmiers!

Mathias, que vous le vouliez ou non, l'effet TGV n'a pas eu lieu à St-Nazaire il y a 22 ans quand il est arrivé jusqu'ici. C'est un fait, personne ne peut le nier ni traficoter la vérité.

Les quartiers "d'affaires" fonctionnent à Nantes, Angers, Le Mans, parce qu'ils sont à moins de 2h de Paris, et pour Nantes parce qu'il s'agit en plus d'une grande ville.
Ici, petite ville à 2h40, c'est raté. Il est illusoire, démagogique de penser rattraper ce qui n'a pas marché il y a 22 ans. D'autant que les premiers batiments, dont certains ouverts depuis 2 ans maintenant, sont encore vides à 40% et occupées uniquement par des services publics, qui ont laissé des places en ville pour y venir.

Et ne me dites pas que "plus de bureaux attirent les entreprises". Si elles veulent venir, il y a désormais de la place! Elles ne veulent tout simplement PAS venir ici. Et à temps de trajet comparable, en TGV, elles ont désormais la côte d'azur! Leur choix est vite fait.

Les zones humides, l'avenir de l'humanité quand on aura des déserts à nos portes, ça ne vous inquiète pas plus que celà. Des bureaux pour du pognon maintenant, oui!

Avez-vous lu ne serait-ce qu'une fois à quoi servent les zones humides? Ca vous ferait peut être réfléchir. Ce n'est pas juste un "champ trempé où on ne peut pas mettre les pieds" comme le pensent bon nombre de français par manque d'informations.

Pour donner une idée, les 100 000m2 de bureaux souhaités par le maire, celà nous fait 12 à 14 tours comme les premières et 6 à 7 batiments comme Météor 2. Les pharaons c'est fini!
#5 - Le 27 août 2011 à 13h28 par GUILLARD France, Saint-nazaire-ouest
Cher Mathias, inutile de mettre que vous êtes de Versailles, n'y a t-il pas de problèmes environnementaux chez vous ? " chacun dans son pré, les vaches seront bien gardées".
Je ne vois AUCUNE utilité ou urgence à faire d'autres bureaux, ceux qui sont vides à la gare devraient déjà être vendus, depuis le temps!des bureaux pour y faire quelle activité, trop de conccurences TUE le commerce et l'emploi.
Saint-Nazaire se transforme au fil des années en dortoires, des gens y habitent, mais partent ailleurs pour travailler, et on nous parle de protéger l'environnement, la planète!dès que j'en aurais l'occasion, je " fuis" cette ville trop bruyantes, un manque de respect de certaines personnes envers d'autres qui comme moi, ne désire que vivre dans la propreté des rues, HLM plus respecté, le mien est dans un état lamentable, ils cassent tout !mais ne paient RIEN ! ça n'est pas normal, mais y a t-il une normalité avec cette génération qui veut tout avoir sans donner en retour, la vie actuelle est difficile, mais il faut aussi ce donner la peine de travailler pour obtenir un salaire mérité qui permet d'être fier de la réussite .
Faire des bureaux ou commerces n'arrangera pas cette situation déjà dramatique, les bureaux déjà faits, non utilisés coutent très chers aux habitants de la Carène, qui s'en soucie?
Attendons au moins que toutes ces nouvelles constructions: bus rapide, stations d'épuration, futurs collèges, quartiers, théâtre soient opérationnels, lorsqu'il va falloir payer, qui pourra le faire sans se serrer la ceinture? déjà toutes les retraitées qui n'ont que des reversions, des demi-retraites, ceux qui ne sont plus pris en charge par Pôle Emploi, les parents qui doivent garder, malgré eux leurs enfants chez eux puisqu'ils ne peuvent pas payer un loyer.
Quand tout sera bien rodé, ça pourrait peut-être fait, et encore, les zones humides sont inconstructibles, les risques sont là aussi, pas que sur le littoral, lorsque nous n'auront plus de faune et de flore ???

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter