Saint Nazaire Infos

Témoignage d’un pupille de l’État

Dans son autobiographie, Michel Hervoche se met à nu et raconte son enfance en tant que pupille de l’État dans la Loire-Atlantique des Trente Glorieuses. Trimballé de foyer en foyer, maltraité, … la leçon de vie d’un Nazairien.

À deux ans et demi, Michel Hervoche est retiré à ses parents (déchus de leurs droits parentaux) avec ses deux frères (quatre ans et dix-huit mois) et sa sœur (sept ans). La fratrie est immédiatement séparée : la fillette d’un côté et les garçons de l’autre. Après un passage à l’orphelinat de Paimbœuf et une première séparation, les trois frères se retrouvent chez une nourrice à Nort-sur-Erdre pendant neuf ans. Avec son jeune frère, Michel Hervoche part ensuite dans une ferme à La Montagne alors que leur frère aîné est emmené ailleurs. « Chez notre première nourrice, nous étions élevés normalement. Sauf qu’à l’école nous étions appelés les enfants sans parents ; nous étions mis de côté. À la ferme, c’était différent : la priorité n’était pas l’école mais le travail. Nous y avons été exploités et maltraités », commence l’auteur. Ils sont restés dans cette ferme pendant trois ans puis séparés, cette fois définitivement.
Michel Hervoche est alors placé dans une ferme pour y apprendre le métier. La famille et ses cinq enfants le traitent bien, mais il n’y reste que peu de temps, peu intéressé par le métier de fermier. Michel Hervoche entre alors en apprentissage à Nantes pour devenir couvreur. Les patrons sont sévères, seulement intéressés par le rendement. Il les quitte au bout d’un an. « Je me suis retrouvé au foyer de l’enfance de Saint-Sébastien-sur-Loire où je suis resté quelque temps. J’étais paumé, j’y ai fait quelques mauvaises rencontres et eu quelques problèmes », dit-il dans un sourire. À seize ans, il décide de chercher ses parents. Rapidement il retrouve sa mère qui s’est remariée et a eu quinze autres enfants. « Au départ, j’étais enthousiaste puis j’ai eu des doutes… En tout cas, elle m’a donné l’adresse de mon père que j’ai retrouvé à mes dix-huit ans », précise Michel Hervoche.

Témoigner pour ne pas oublier

Son autobiographie est un témoignage de la vie dans les années 50 et de la manière dont les pupilles de l’État (d’où le titre de son livre) étaient traités. Passant de nourrice en foyer, il n’a jamais reçu de vraie éducation et n’a passé son certificat que lorsqu’il était au foyer de Saint-Sébastien. « Je m’en sors très bien même si je n’ai pas de diplôme. C’est ma revanche. Je suis autodidacte », précise-t-il fièrement. Il a plutôt bien réussi sa vie et a fini sa carrière professionnelle en tant que cadre dans une grande entreprise internationale. Il a grandi séparé de ses frères, c’est-à-dire, sans la moindre nouvelle. « Je ne savais pas où ils étaient. Les seules informations que j’avais c’étaient quand je repassais dans un foyer de l’enfance où eux-mêmes faisaient des passages. Nous avons eu la chance de toujours rester dans l’agglomération de Nantes », se souvient Michel Hervoche.
S’il a décidé d’écrire son livre maintenant, c’est parce que ses deux frères sont décédés, il est donc le seul gardien des souvenirs. Car ce qu’il a vécu à la ferme n’avait rien d’extraordinaire pour l’époque. « J’ai bien essayé de me plaindre, mais ils ne m’ont pas cru à l’Assistance publique. Les enfants n’étaient pas écoutés à l’époque comme mes demi-sœurs qui se plaignaient de leur père ; elles non plus n’ont pas été écoutées », ajoute-il. Il a voulu témoigner pour ses enfants et pour les lecteurs intéressés par ce bout d’histoire de l’enfance des pupilles de l’État, du déchirement de la séparation et du bon comme du mauvais. « Nous ne sommes pas les seuls, d’autres enfants ont vécu la même chose, en mieux ou en pire. Ce livre est pour moi une véritable mise à nu », conclut l’auteur.


 Les trois pupilles de la nation
  de Michel Hervoche, 15 €. Ouvrage tiré à 300 exemplaires (200 déjà vendus).
Disponible à Saint-Nazaire (Cultura, Espace culturel du Ruban bleu, Espace culturel du Leclerc Immaculée et librairie Gweladenn), à La Baule (kiosque à journaux de la place Leclerc), Guérande (Espace culturel de Leclerc et Maison de la presse) et Pornichet (Maison de la presse).
 

Auteur : AP | 28/12/2011 | 35 commentaires
Article précédent : « Dynamiser les visites d’Escal’Atlantique »
Article suivant : « Prézégat superstar »

Vos commentaires

#1 - Le 29 décembre 2011 à 11h45 par delestre, Angers
C'est vrai que certains pupilles ont étés exploités et trop souvent abusé(es).....
C'est intolérable.
Pour ce qui était d'être crû par les adultes........jusque dans les années 1980, les enfants étaient tous des menteurs...........!!!!!!!!
Une de mes amies, dans un foyer de l'enfance entre 1950 et 1960 a été violée par un juge des enfants qui lui a demandé de se taire pour ne pas nuire à sa famille...............!Pendant 2 années elle est restée muette et envoyé dans un institut pour sourds!!!!
#2 - Le 31 décembre 2011 à 17h48 par treinen, Champgeneteux
le commentaire est élogieux et mérité mais il ne reste que peu de découverte pour celui qui aurait envie d'acheter le livre
#3 - Le 01 janvier 2012 à 12h42 par Maribel, St Nazaire
Ce témoignage est poignant et l'enfance maltraitée de cet homme ressemble à beaucoup d'autres de cette période-là.
Cela me rappelle celle d'enfants que j'ai côtoyés quand j'avais 5 ou 6 ans. J'habitais avec mes parents un petit village du Loir et Cher et nous avions pour voisins une famille qui accueillait des enfants de "l'Assistance" de la même époque. Ils étaient de mon âge, un frère et une sœur, mais ils avaient le malheur, en plus d'être "placés", d'être "de couleur". Ils étaient la honte de l'école du village, on leur attribuait tous les défauts, et ils effectuaient malgré leur jeune âge, toutes les corvées de la "nourrice". Je communiquais avec la petite fille par-dessus la clôture du jardin et aucun autre enfant ne lui parlait.
Je ne les ai jamais revus car ma famille est venue habiter la région nazairienne. J'ai souvent pensé à eux, j'espère qu'ils ont pu avoir une vie normale à la sortie de cet enfer...
#4 - Le 04 janvier 2012 à 20h21 par Gourdon, Pontchateau
Je confirme que son témoignage est très poignant : j'ai eu le privilège d'avoir son livre dédicacé et de pourvoir le lire, et les faits sont effrayants de vérité.
Je ne conseille qu'une chose : lisez-le !!!
Autre chose : c'est le magasin CULTURA et non CULTURE ! Merci de faire la correction
#5 - Le 15 janvier 2012 à 18h54 par Hervoche Michel, St Nazaire
Bonjour je suis l'auteur du livre "les 3 pupilles de la nation"
Petit complément d'infos .
le livre rencontre un beau succés .
500 exemplaires compléméntaires sont en cours d'édition .
les points de vente du livre en plus de la presqu'ile de Guérande . dans le département 44 sont:
la Librairie Coiffard rue de la fosse à Nantes, la maison de la presse Ribard rue Maurice Daniel à St Sebastien sur Loire,
le magasin Hyper U à la Montagne .
la maison de la presse à Nort sur Erdre .
petite rectification pour le magasin qui est CULTURA à Trignac et non CULTURE comme indiqué ci-avant.
et prochainement une diffusion sera dans d'autres départements .
je profite pour remercier tous mes lecteurs .
je lance également un appel aux personnes qui ont vécus une histoire similaire et les invitent à se faire connaitre .
mon adresse mail ou mon téléphone sont accessibles.
merci et à bientôt j'espére .
#6 - Le 23 janvier 2012 à 12h23 par odent, Le Coteau
Nous sommes à une époque ou l'enfant est
ROI .
Comment raconter son enfance quand elle
est ratée au départ ?
Bravo à l'auteur qui ayant vécu sous l'
autorité de l'état : la D.A.S.S.
Avoir osé dans ce livre ...tout nous dire.
#7 - Le 02 février 2012 à 12h31 par NAULEAU, Beauvoir-sur-mer
J'ai lu avec 1 grande attention le livre de Michel HERVOCHE en 3 jours tellement son histoire vraie et vécue m'ont ramenée en arrière puisque je suis également Pupille de l'Etat de la DDASS de NANTES, le Jeudi 19 Avril 1962. Grâce à son livre, j'ai su que Michel était dans le même FOYER de L'ENFANCE DE LA DDASS DE NANTES, avec un matricule. Je suis actuellement à rédiger ma vie de l'âge berceau jusqu'à ma vie adulte, j'aimerai même jouer dans 1 long métrage pour faire comprendre aux enfants de maintenant qu'elle était la vie des enfants de la DDASS. Merci Michel pour ton ouvrage qui va peut-être réveiller certaines consciences, qui sait ?... A bientôt. Ta soeur de la DDASS. Monique et son mari, Jacky. BEAUVOIR-SUR-MER. Excellente vente pour ton livre "LES TROIS PUPILLES DE LA NATION".
#8 - Le 01 avril 2012 à 20h43 par NAULEAU, Beauvoir-sur-mer
Monique et Jacky NAULEAU de BEAUVOIR-SUR-MER espère que la vente des livres se déroulent bien ?. Que beaucoup de gens lisent cet ouvrage plein de vérité et qui montre le courage, la tenacité, la détermination qu'il faut réunir pour réussir enfin à s'en sortir. Nous te souhaitons énormément de succès dans tes points de vente. Cordialement. M et J.
#9 - Le 12 juin 2012 à 17h57 par THIBAULT, La Chapelle Basse Mer
Michel,

Après la lecture de ton livre, on peut se demander comment une institution d'Etat alors qu'elle est sensée protéger les enfants dont elle a la charge puisse les laisser souffrir moralement et quelquefois physiquement.L'impact psychologique peut être dramatique et laisser une trace indélébile. Dans ton cas et pour ta soeur et tes frères c'est un gâchis qui aurait probablement pu être évité mais tu as su en tirer une force. On ne peut que te dire bravo.Ton témoignage peut faire prendre conscience que le retrait d'enfants dans certaines familles peut s'avérer plus néfaste alors que les laisser dans d'autres peut avoir des conséquences dramatiques. L'actualité nous en apporte malheureusement la preuve de temps à autre. C'est la procédure du signalement de la maltraitance qui est à améliorée. Prendre en compte la parole de l'enfant s'avère donc indispensable.
Que ton livre puisse rencontrer le plus grand succès et aider des gens vécu un destin similaire à espérer s'en sortir.
A bientôt
Christiane
#10 - Le 31 octobre 2012 à 06h28 par le-coguic-robine, Meucon
bonjour .

je suis trés interessais par votre livre .je vie pres de vannes .ou puis je me le procuré .merçi
#11 - Le 20 janvier 2013 à 12h54 par william, Sarrewerden
j'suis également un ancient de la dass placé a l'age de 3 ans d'abort a rettel en moselle puit a sieck-les-bains,a 14 ans a artenay ;a17 ans a albestroff.cest vrai que j'ai mal grandit je suis marié et je manque d'otorité envert mes deux fille j'ai un emploi depuit 34ans,'ai commencé a travaillé a lage de 14 ans trés dur pour 5 francs par semaine merçi de mavoir lue
#12 - Le 30 mars 2013 à 13h52 par guibert yvon, Bouguenais
j ai trouve votre livre super moi meme habite a roche ballue dont je garde un mauvais souvenir avec mes parents qui ont divorces......jaimerais discuter avec vous.
#13 - Le 11 juin 2013 à 07h02 par frédérique
bonjour, je suis assistante familiale, j'aimerai lire votre livre, mais n'étant pas dans votre région puis je me le procurer auprès de vous pas correspondance???
#14 - Le 20 juin 2013 à 09h03 par Hervoche Michel, St Nazaire
Pour Frédérique
bonjour: je suis l'auteur du livre "les 3 pupilles de la nation"
pour vous procurez le livre contactez moi par mail : michel.hervoche@sfr.fr
je vous le posterait dédicacé.
. ce livre effectivement touche un grand public et recontre un vif succés, il est aussi toujours un fait d'actualité aujourd'hui.
au plaisir de vous lire sur ma boite mail.
bien cordialement .
Michel
#15 - Le 23 septembre 2013 à 12h41 par Hervoche Michel, St Nazaire
Mon livre continu d'émouvoir, chaque lecteur rencontré m'encourage, j'en suis ému et je vous en remerci, plus de 1600 livres vendus à ce jour, c'est un grand succés, une preuve que le sujet est d'actualité encore aujourd'hui et touche tous les milieux sociaux,je recois beaucoup de témoignage d'hier et d'aujourd'hui et je constate que la maltraitance sur l'enfant, physique ou moral ne cessera donc jamais? j'ai honte de ne pouvoir rien faire, la déchéance humaine commence toujours par une maltraitance.
bien amicalement Michel Hervoche
#16 - Le 20 avril 2014 à 19h59 par CHRISTIANE, St Michel Chef Chef
VOTRE LIVRE M'A BEAUCOUP BOULEVERSE

J'ADMIRE VOTRE FORCE ET VOTRE PUGNACITE.

DEUX SOIREES ONT SUFFI POUR LE LIRE CAR J'ETAIS VRAIMENT PLONGEE DANS VOTRE HISTOIRE PERSONNELLE AU DEMEURANT TRES TRISTE...ET COMPLIQUEE.

C'EST AVEC AUTANT D'INTERET QUE J'AI LU : MON FILS,SON PERE UN DESTIN

SEREZ VOUS A BOURGNEUF DEMAIN POUR LE SALON DES ECRIVAINS CAR J'AI DES TAS DE QUESTIONS A VOUS POSER...

BONNE SOIREE A VOUS AINSI QU'A VOTRE EPOUSE ANNETTE
#17 - Le 22 avril 2014 à 12h07 par hervoche michel, St Nazaire 44
Chère Christiane. ce fût un plaisir de vous voir avec votre mari ce dimanche au salon du livre de Bourgneuf en Retz, je suis heureux que mon livre "Les 3 pupilles de la nation" fait réagir les lecteurs, le partage pour moi me réconforte, nous n'avons pas eu le temps d'échanger dimanche mais vous pouvez me contacter sur ma boite mail je serai ravi de répondre à vos questions. mon 3 ieme livre est aussi émouvant de part le tragique parcoure des héros , Marie et son fils. je suis sur que mon deuxième livre "St Nazaire l'égorgée" vous plaira également. à très bientôt sur ma boite Mail .
Michel .
#18 - Le 12 octobre 2014 à 08h19 par PLESSIS Gilles, Carquefou
Bien bonjour Michel. Après ce repas des 65 ans à Nort ou j'ai fait ta connaissance, j'aimerais acheter ton bouquin Je pense aller à la Turballe semaine prochaine (sauf météo excécrable!)alors nje ferai halte à Guérande. Salut et peut-être à bientôt sur les routes de Franc
#19 - Le 02 janvier 2015 à 05h35 par Rabevolo, Vue
Je vais me procurer ce livre car je travaille à La Montagne. J'ai plus ou moins le même parcours, je suis allé à 2 ans et demi au foyer de l'enfance de St Sébastien en 1974 parce que mes parents étaient signalés pour maltraitance, pb d'hygiène de la maison, alcoolisme et violence du père....Je suis allé en famille d'accueil et j'ai eu de la chance mais, peu ou prou, ce qui est décrit là est vrai et je peux en raconter bien plus, j'ai bien l'intention de le faire en particulier pour alerter sur les procédures de contrôles des conditions d'accueil dans les familles à l'époque... Je n'ai connu 4 de mes 6 frères et soeurs que lorsque j'ai eu 26 ans!!! Est-ce une maltraitante de l'Etat que d'avoir laissé dans l'ignorance un enfant ou un adolescent quant à l'existence de sa propre fratrie??? La colère monte en moi à l'évocation de cette période... Ce que m'ont dit mes soeurs de ce qu'elles ont vécu est tout aussi effrayant...
#20 - Le 21 janvier 2015 à 11h36 par hervoche michel, Saint Nazaire
Bonjour , désolé je n'ai pas votre prénom.
je vous invite à lire le livre "les 3 pupilles de la nation" effectivement c'est un témoignage émouvant, puisque qu'il est vécu, j'aimerai échangé avec vous plus en détail sur le sujet, mais je vous laisse découvrir mon livre avant et n'hésitez a me contacter mes coordonnées sont sur l'annuaire à Saint Nazaire 44. mes livres sont en ventes au Hyper U à la Montagne. A bientôt de me raconter votre parcours.
#21 - Le 21 janvier 2015 à 18h24 par ALLAIN Bernadette, Bourgneuf En Retz
on s'est rencontré à l'espace culturel de Pornic. Vous avez dédicacé les trois pupilles de la nation et Mon fils, son père...un destin. J'ai dévoré les 2 livres.Votre histoire est boulversante mais vous avez réussi votre vie....chapeau. Il faut aimer les enfants. J'en ai 2: 30 et 26 ans je suis une mère poule mais pas possessive. La maison est toujours ouverte. Nous sommes parents à vie.
Bonne chance dans vos projets et au plaisir de vous rencontrer pour d'autres dédicaces.
#22 - Le 03 février 2015 à 18h19 par hervoche michel, Saint Nazaire
Bonjour Alain Bernadette. Merci pour votre commentaire qui m'encourage, oui je suis toujours à la recherche de nouvelles aventures dans mes romans, deux nouveaux livres sortent prochainement. je serai en, dédicace dans votre commune le lundi de pâques au salon du livre de Bourgneuf en Retz, ce sera avec un grand plaisir de vous revoir à cette occasion. effectivement, écrire ma biographie ma libérer, et je peux revoir l'avenir.
#23 - Le 05 avril 2015 à 23h25 par Grelier Françoise, Saint SÉbastien Sur Loire
Bonsoir Michel
Vous m'aviez dédicacé votre livre les 3 pupilles à la Montagne en mars dernier
Un livre émouvant ,auquel on a beaucoup de mal à imaginer ,que cette maltraitance ai pu exister,surtout chez des enfants en souffrance!! J'en ai eu les larmes aux yeux ,en le lisant
Votre force,votre courage,votre volonté
,vous ont permis de vous en sortir Quelle belle leçon!!!!!
Moi aussi je l'ai dévoré
Belle réussite à vous

Au plaisir de vous revoir pour un autre échange et dédicace
Cordialement
Françoise
#24 - Le 15 avril 2015 à 17h51 par Grelier Françoise, Saint SÉbastien Sur Loire
Bonjour Michel
Vous ai laissé ce petit commentaire
Au plaisir de vous revoir
Françoise
#25 - Le 30 avril 2015 à 17h10 par hervoche michel, Saint Nazaire
BONSOIR Françoise
merci pour votre commentaire qui me touche, j'espère que ce livre fera réfléchir les pouvoirs décisionnaires avant de placer des enfants perdus par la séparation de leur famille.
Oui je continu l'écriture à travers d'autres ouvrages qui ont aussi du succès. ce premier livre m'a ouvert des portes mais aussi des témoignages de lecteurs qui ont vécus une enfance difficile. vous pouvez me retrouver sur Facebook, et aussi sur mon site (michelhervoche.jimdo.com ) ou sur mon mail ( michel.hervoche@sfr.fr) pour une communication plus facile. merci encore pour votre témoignage, au plaisir de vous revoir. Michel Hervoche
#26 - Le 11 juillet 2015 à 07h57 par alain cuvillier, 33470 Le Teich
Je suis également un ancien pupille de l’État des années 50 et je confirme qu'à cette époque, les enfants n'étaient pas écoutés. Placé à la campagne, ils servaient de main-d’œuvre gratuite dans certaines fermes et ne mangeaient pas à leur faim.
Je viens d'écrire une autobiographie sur mon enfance à la DASS.
J'aimerais, si vous le souhaitez, échanger mon récit contre le votre, afin de comparer notre vécu de la petite enfance.
Merci et à bientot
#27 - Le 09 août 2015 à 14h57 par caisson , Tours
Bonjour je m appelle Isabelle
je viens de voir ce dernier message envoyé
chapeau a Alain pour avoir ecri son autobiographie et je serai assez curieuse de comparer nos vie car pour ma par aussi j ai ete place et je commence aussi a ecrire 😊
#28 - Le 17 août 2015 à 10h33 par hervoche michel, Saint Nazaire
bonjour Alain et Isabelle .
Oui une époque non révolue, car les abus et les profits de certaines familles existent encore aujourd'hui malheureusement, pour eux. tous n'est pas négative dans ce fait de société. mais sachez que l'enfant tout petit est capable de réfléchir et qu'il à une mémoire. je vous encourage à écrire votre propre histoire sans tabou dire la vérité fera avancé les choses pour la protection de l'enfance. Ecrire sa biographie est une très bonne thérapie . Si vous voulez en parler vous pouvez toujours me joindre par mon site michelhervoche.jimdo.com , ou encore par internet. miche.hervoche@sfr.fr très bonne journée
#29 - Le 21 août 2015 à 22h56 par caisson , Tours
Bonjour
ravie de vous rencontrez!
Je suis une jeune sortie de la dass sa fait environ 10 ans
Et comme vous le site il n y a pas que des choses négatives dans un placement car pour ma part il m ont entre guillemets sauvé la vie!!
Puis j écris ma biographie en se moment juste pour moi car révélé certaines choses pourraient avoir des conséquences que je ne suis pas prête à affronter j ai déjà du mal à parler à un psy car je n ai pas eu pour l instant le filigne pour parler concrètement Bonne soirée
#30 - Le 22 août 2015 à 17h14 par caisson , Tours
Bonjour Alain et Michel

C et Isabelle j ai une question!
Vous avais mis combien de temps à faire votre biographie?
A votre epoque c etait tellement different !
Beaucoup de choses on changer
les structures les règles mais j avoue tous n ai pas parfait car y a encore beaucoup de faille dans la sécurité des enfants et les adultes en profite toujours
Michel y a juste votre tel sur votre site jimdo et l autre je n aii pas réussi à vous laissez un message
Bonne journée à vous
#31 - Le 31 octobre 2015 à 10h37 par Dominique, Lille
J'ai 55ans Ancien pupille de l’état de nourrice en foyer l’adresse de ma mère que j’ai retrouvé à 30 ans .J'ai travaillé très tôt pendant les périodes scolaires le peu d'argent que je touchais j'ai dû le remettre à ma famille d'accueil à l'époque je trouvais ça normal mais maintenant sachant que la famille d'accueil percevait une indemnité du conseil général je trouve ça écœurant d'avoir dû remettre mes revenus.
Par ailleurs placer ensuite dans un centre pendant les vacances scolaires je travaillais je devais remettre l’intégralité de mes revenus au directeur du centre .
Heureusement jamais le sport , la musique ma guitare ma voix pour chanter j'ai appris seul pas d'argent pour des cours.
Mon premier casting de comédien à 19 ans, j’aurais eu le rôle mais mes cheveux trop cour je rentrais du service militaire .
j’avais la fibre de l’acteur.

Dans ma vie professionnelle j’ai tutoyé des ouvriers, des patrons de plus de 20 000 personnes des vedettes du show-business .
J'ai beaucoup d'empathie vers les autres..

Bientôt mon livre..

Bientôt mon livre
#32 - Le 14 novembre 2015 à 08h17 par hervoche michel, Saint Nazaire
bonjour Dominique
je vois que tu as une histoire qui me ressemble, comme moi tu as été exploité par des gens sans scrupule, je ne sais pas si tu as lu mon livre, mais je pense que tu te reconnaitra dans mon histoire, c'est un mal d'enfant, que l'on appris à maitriser avec force, ce qui dans mon cas ma aider à grandir avant l'âge de raison. tu peux m'envoyer un mail en privé si tu le souhaite, je serais ravis de discuter avec toi . michel.hervoche@sfr.fr . bon WE et plein de belles choses dans ta vie
#33 - Le 19 novembre 2015 à 15h19 par hervoche michel, Saint Nazaire
Bonjour Dominique
nous avons vécus des moments difficiles je le constate encore une fois, et combien d'autre dans notre cas ? hélas
exploité, mal mené fût une partie de notre vie d'enfant.
tu peux communiquer par mail
michel.hervoche@sfr.fr ou sur mon site
michelhervoche.jimdo.com
a bientôt de tes nouvelles
#34 - Le 26 novembre 2015 à 17h13 par burban, Saint Vallier De Thiey
bonjour,moi même pupille de l'état en 59 à nantes j'ai eu une vaine extraordinaire d'être placée chez une dame qui est devenue ma mére de coeur.Mes demi frére et soeur n'ont pas eu cette chance et ont été baladés de placement en placement un peu partout dans le morbihan.Je n'ai jamais eu la possibilité de retrouver ma mére biologique qui était allemande.les services de la dass faisant obstruction.Merci pour votre livre,il faudrait le ditribuer à tous ces fonctionaires responsables de tous ces enfants sans famille.
#35 - Le 23 janvier 2016 à 16h25 par hervoche michel, Saint Nazaire
Bonjour burban. Oui je suis d'accord avec vous. Je fais des conférences et table ronde sur ce sujet qui est toujours un fait de société encore aujourd'hui malheureusement, je me bats mais l'administration et la protection de l'enfance n'ont pas le même regard d'enfant sur notre souffrance morale subi. Se taire était la devise pour ne pas déranger. aujourd'hui c'est de ne rien dire pour mieux souffrir. beaucoup de jeunes sont toujours à la recherche de leur identité, ils ne savent pas qui ils sont . bon courage à vous dans vos recherches

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter