Saint Nazaire Infos

STX : une réorganisation interne mais pas de plan social

La direction des chantiers navals STX France a annoncé jeudi matin en comité d'entreprise (CE) une réorganisation interne, mais pas de plan social en dépit d'un carnet de commande très dégarni, a-t-on appris de sources concordantes.

"C'est juste une réorganisation qui devrait se mettre en place à partir du mois de février/mars", a expliqué à la sortie du CE Christophe Morel, délégué CFDT.
La direction a annoncé au CE la mise en place de quatre pôles d'activité: navires à passagers, énergies marines (énergies marines renouvelables, pétrole et gaz), services, ainsi qu'un pôle "militaires et travaux".  Cette information a été confirmée par la direction de STX.
"Jusque-là, l'organisation des chantiers était très orientée vers la production des gros paquebots. Cette évolution de notre organisation vise à s'adapter aux différents nouveaux marchés que nous ciblons désormais", a-t-on ajouté à la direction de STX.
"Les comptes de l'entreprise sur 2012 ne sont pas formidables mais on va finir avec un résultat qui est à zéro. Donc, on tient à peu près nos objectifs", a également indiqué M. Morel.
"Pour l'instant, il n'y a pas de problème de santé de l'entreprise: les finances sont bonnes, la trésorerie est bonne, ce qui nous permet de continuer pour l'instant à attendre une hypothétique commande", a ajouté le délégué CFDT.
"Au niveau de la sous-charge de travail, il est évident qu'elle va se poursuivre, même si on engrangeait aujourd'hui une commande", a-t-il reconnu.
La semaine dernière a été annoncé un doublement des jours de sous-charge mensuels pour janvier et février.
Les chantiers, qui n'ont pas eu de commande de paquebot depuis deux ans, sont en situation très précaire, en dépit d'une intense politique de diversification, notamment vers l'éolien marin.
Les salariés sont inquiets, qu'ils soient employés par STX ou par des entreprises sous-traitantes, a souligné de son côté Joël Cadoret (CGT). "Bien sûr qu'on a peur", salariés STX ou sous-traitants, a-t-il dit. D'autant que la sous-traitance "est quand même la variable d'ajustement aujourd'hui" et que les salariés de la sous-traitance, "eux, ils perdent directement leur emploi. Ce n'est pas acceptable", a-t-il  déclaré.
"Il faudrait remporter les car-ferries de la SNCM. Il y a des rumeurs sur le paquebot Oasis avec RCCL (Royal Carribean Cruises Ldt, ndlr) (...) Mais il faudra aussi, même si on a des commandes demain, une véritable politique industrielle qu'on n'a pas aujourd'hui", a ajouté M. Cadoret.
STX emploie directement 2.100 salariés et fait travailler 4.000 sous-traitants. L'entreprise est détenue à 66% par STX Europe (filiale du groupe sud-coréen STX Shipbuilding) et à 33% par l'Etat français.

Auteur : source afp | 20/12/2012 | 2 commentaires
Article précédent : « La CGT Ouvriers et UFICT des Chantiers interpellent les élus »

Vos commentaires

#1 - Le 20 décembre 2012 à 16h59 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
c'est du pipeau tout ca

comment peut on oser dire "Pour l'instant, il n'y a pas de problème de santé de l'entreprise: les finances sont bonnes, la trésorerie est bonne, ce qui nous permet de continuer pour l'instant à attendre une hypothétique commande" ?
- quand on est subventionné par l'état,
- quand on ne paie pas certaines cotisations (les intéressés comprendront de quoi je parle),
- quand on met du personnel en chomage partiel.

aucune notion de gestion d'entreprise, rien, "zero patate"
c'est "minable". la réflexion bien sur, pas l'homme ou les hommes, n'est ce pas ?

attendre 2 ans d'un carnet de commande vide pour se dire "ohhh ben va p'tete falloir faire quelque chose. p'tete ben qu'on pourrait se réorganiser ?"

la direction sort un artifice de mesures/réorganisations que les syndicats gobent bêtement. pas un pour rattraper l'autre la encore.

mais bien sur qu'il faut se repositionner
il suffit de voir l'exemple du groupe ADF (ex SMCO) qui attaque désormais le marché de l'aéronautique (quasiment le seul secteur à embaucher actuellement). pas besoin de brailler dans les rues, pas besoin de pleurer après du gouvernement, pas besoin d'essayer de flouer les autres. eux au moins, "ils se sont sortis les doigts du cul" et ils essaient de s'en sortir. et en silence.

tant qu'on maintiendra la navale sous perfusion à Saint Nazaire, ca ne peut pas aller. peut etre qu'à un moment, il faudra "sacrifier" 4 500 salariés (dont beaucoup viennent de l'extérieur d'ailleurs) pour le bien du bassin économique.
#2 - Le 02 janvier 2013 à 22h08 par gaborieau, St Savinien 17350
bonjour je voudrait savoir si vous voudrait embocher je passe une vie tres dur avec ma femme et mes deux enfants mercio cordialement m gaborieau 0760319589

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter