Saint Nazaire Infos

STX refuse la commande des navires fluviaux

La société STX France a refusé la commande des navires fluviaux pour le compte de Viking River Cruises au motif que le planning ne le permettait pas.

Un différentiel de coût avec un concurrent allemand aurait pu être supporté pour avoir le marché mais c’est surtout le planning qui bloquait. STX affirme que la construction du bateau géant A34 du type Oasis of the Seas qui va débuter en septembre ne permet pas d’accueillir la construction des navires fluviaux.

STX France et Néopolia cherchent actuellement une solution pour que le marché reste sur la région pour ces cinq navires dont la perspective était aussi de fournir du travail aux sous-traitants de STX qui font partie du réseau Néopolia.

Les coques pourraient être construites par Neptun Werft qui réalise déjà les autres bateaux en Allemagne et seraient achevés par Néopolia dans un port normand.

On se souvient de l'effet d’annonce du Ministre des transports voir  http://www.saintnazaire-infos.fr/stx-le-fleuve-est-long-et-pas-si-tranquille-25-52-2128.html
La solution proposée paraît compliquée mais l'Etat français en détient peut-être une autre qui permettrait de ne pas perdre la face.

 

Voir aussi http://www.meretmarine.com/fr/content/saint-nazaire-revoit-sa-strategie-pour-decrocher-les-navires-fluviaux-de-viking

Auteur : JBR | 02/08/2013 | 5 commentaires
Article précédent : « Atlantic Star alias Antic retrouvé à Aliaga »
Article suivant : « Les radios de la Presqu’île en forte baisse »

Vos commentaires

#1 - Le 02 août 2013 à 18h16 par alex delwest, St-nazaire
Y'a pas la place? Pas de planning?

De qui se moque-t-on?

En 2000 quand tout allait bien on construisait 6 paquebots simultanément!

Faudra pas venir se plaindre le jour où les chantiers fermeront définitivement!
#2 - Le 02 août 2013 à 18h24 par UMPHilare
On hésite entre les pleurs et le rire devant une telle nouvelle bien que tout cela puisse se transformer en rage! Il est étonnant de voir une entreprise privée refuser une commande surtout lorsqu'une partie de son personnel est au chômage et qu'elle en survit que par des commandes diplomatiques ( BPC russes) ou humanitaires (pragmatisme américain qui veut conserver un fournisseur et aménageur écolo qui a compris son devoir)
"Le poisson pourrit par la tête" dit-on souvent pour décrire la situation de notre pays ; on en a probablement ici un nouvel exemple.
#3 - Le 04 août 2013 à 13h33 par sapere
Marre de ces actionnaires qui tirent à eux tout les bénéfices, au détriment des salariés et sous traitants, organisent volontairement la presque faillite de leurs structures pour justifier les licenciements et délocalisations au nom de leur appétits capitalo-mondialistes !

Toute structure de ce type bénéficie de subventions publique directe ou indirecte : le fait de refuser des commandes, donc, de ne pas jouer le jeu de l'investissement sur le développement ou l'emploi national doit immédiatement mener à l'arrêt voire au remboursement des subventions !

Que cherchent vraiment les dirigeants STX ? La municipalité doit s'en préoccuper pour anticiper toute déconvenue éventuelle, aux conséquences lourdes sur la vie locale !

A l'échelle locale, diverses actions sont envisageables à commencer déjà par une simple rencontre avec les dirigeants STX , préalable à des négociations...
#4 - Le 07 août 2013 à 21h01 par bib
@ sapere : je ne vois pas trop ce que les actionnaires de stx ont à voir dans cette affaire là...

sinon, vous pouvez interpeller Messieurs Moscovici et Montebourg qui disent suivre de près la situation de STX... s'ils vous répondent, vous aurez plus de succès que Mme Bouillé.

Vous pouvez également interpeller M.Hollande qui va notamment chercher l'emploi à Pôle Emploi lors de sa tournée estivale... (il ferait mieux de visiter les entreprises créatrices d'emploi)
Cela sent à plein nez l'artifice de la création des plans de formation en veux-tu en voilà, avec les contrats d'avenir à durée précaire à la charge du contribuable, pour gagner son pari d'inverser la courbe du chômage à la fin de l'année.
Enfin, depuis qu'il a reconnu qu'il faisait fi des prévisions économistes (Le Havre 23 juillet) et que son action démentirait les prévisions, il démontre qu'il serait le premier gestionnaire à œuvrer sans faire de prévisionnel. Or gérer, c'est avant tout prévoir.

Trêve de sarcasmes, je constate une fois de plus que les chantiers allemands sont mieux conçus techniquement et organisés humainement pour répondre aux appels d'offre. Le monde est vaste.
#5 - Le 11 août 2013 à 02h58 par sapere
On ne parle pas de refuser la commande de baguettes de pain, mais bien de navires, ce qui est générateur d'activité économique importante !

Le fait de refuser cette commande est douteux , surtout vu la situation des chantiers et les moyens disponibles :
Que veulent faire réellement les dirigeants STX du site de saint Nazaire ... ? La Question est légitime ...

Quant aux guignols du gouvernement, qu'ils restent dans leur théâtre ...

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter