Saint Nazaire Infos

STX : Pourquoi faire simple?

Alors que le 29 juillet, (date fatidique selon Mer & Marine du 06/07/2017) fixée par le tribunal de Séoul approche à grands pas, le ministre de l'économie Bruno Lemaire a déclaré s'acheminer vers une solution de répartition du capital de STX France à 50/50. On peut comprendre l'intrêt diplomatique d'une telle répartition, mais sur le plan économique ou industriel, c'est une autre paire de bretelles.

Remettons un peu les pendules à l'heure dans cette triste affaire. Après avoir eu toutes les occasions possibles de racheter à un prix défiant toute concurrence les 2/3 des parts de STX France pour moins de 80 millions d'euros, somme qu'apparemment il n'a pas pu réunir,  le gouvernement français a préféré s'engager dans une négociation quelque peu aléatoire. Fincantiéri a fait une proposition , et comme elle était la seule à avoir répondu, sa proposition a été acceptée par le Tribunal de Seoul. C'est un fait qui remonte au 29 mai 2017. Le gouvernement disposait d'un délai de 2 mois pour accepter ou éventuellement faire une contre-proposition. Apparemment, les disussions qui ont eu lieu hors du tribunal coréen avec Fincantieri, ont porté  sur la répartition du capital entre français et italiens. Qu'en est-il sorti? Rien d'officiel aujourd'hui, à part des voeux, des pistes, des intentions plus ou moins claires, bref, rien de concret à 3 jours de la butée.

Que va-t-il se passer au cas où un accord ne serait pas trouvé? Personne ne l'envisage. Pourtant, un fait nouveau est apparu: STX Offshore est sortie des griffes du tribunal et est redevenue une société  joiussant de la plénitude de ses droits, du moins en apparence.

Si Fincanteri n'est pas d'accord avec la position française, il est probable qu'elle retire son offre car acheter à un prix donné une part majoritaire n'est pas la même chose qu'acheter une part minoritaire ou non majoritaire. Que se passera-t-il alors?  STX Offshore va-t-elle récupérer la propriété de ses parts de STX France, ramenant ainsi tout le monde au point de départ?

Rappelons quand même qu'une mise en sauvegarde durant l'été 2016 eut incontestablement été plus simple que cet imbroglio

Hier journée de com de l'Etat sur STX

Selon Reuters: La France a proposé à l'Italie un partage à 50-50 du capital des chantiers navals STX France de Saint-Nazaire assorti d'un accord de coopération dans le domaine du naval militaire, a annoncé mardi le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire.

"Nous attendons maintenant la réponse de la part du gouvernement italien", a-t-il dit devant la commission des Affaires économiques du Sénat.

Toujours selon Reuters

Le gouvernement italien a rejeté mardi la proposition de Paris d'un partage à 50-50 du capital de STX France et demandé que le groupe Fincantieri, détenu par l'Etat, obtienne une majorité des parts et contrôle le conseil.

Auteur : Rédac MW | 25/07/2017 | 4 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 26 juillet 2017 à 10h11 par galteau, Paris
Gribouille, Macron comme Hollande
#2 - Le 26 juillet 2017 à 12h03 par endoxa, Saint-nazaire
Allo ? Il y a quelques "élus" nazairiens qui s'intéressent à nos chantiers ?

Feuilleton extra-ordinaire. Heureusement que notre Président national a un "égo" démesuré, et qu'il ne porte pas en grande estime les italiens.

Les ressorts industriels de ces péripéties semblent moins importants que les jeux d'intrigue d'un directeur de cabinet de l'Elysée, ex directeur financier de MSC, qui n'est peut être pas complètement détaché, et qui connaît bien la "logique" des flux financiers en Italie.

Où sont les intérêts locaux ? En tout cas, pas défendus par nos élus-plagistes, qui au mieux feront de la figuration lors des "Escales"... Nos emplois, l'intérêt de notre cité sont bien loin.
#3 - Le 27 juillet 2017 à 08h39 par Blanchard Jean Claude, Saint-nazaire
L'État prend enfin au sérieux l'éventualité d'une nationalisation des Chantiers #stx de #SaintNazaire . Le #FN la demande depuis 2013 !
#4 - Le 27 juillet 2017 à 12h40 par Moyon, St.nazaire
La position des élus nazairiens est connue depuis des lustres !
Quand on entend et lit ce qu'engage un tel dossier, on sait bien qu'un maire ou un sénateur ne peut rien faire d'autre que rappeler les enjeux locaux auprès des gouvernants.
Pauvre "Endoxa" ...

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter