Saint Nazaire Infos

STX : Le Parti de gauche demande que l'État devienne majoritaire

Pour le Parti de gauche, L'ANI, accord national interprofessionnel, voté par la députée et le sénateur socialistes locaux, commence à s’appliquer pour les travailleurs de STX.

« Conjugué avec la doxa de l'Union Européenne sur la "concurrence libre et non faussée", l'ANI provoque des désastres sociaux à Saint-Nazaire comme partout ailleurs.
Le chantage, qui ne date pas d'aujourd'hui, atteint son paroxysme sous le doux nom ''d'accord de compétitivité''. La direction demande de travailler 20 minutes de plus par jour pour le même salaire afin de pouvoir honorer l'hypothétique commande de deux paquebots du croisiériste MSC qui aurait de meilleurs prix en Italie ou en Allemagne.
Dans le même temps, EADS (branche défense et espace) menace de licencier 5 800 personnes si un accord de compétitivité, portant sur une réduction de salaires et un allongement du temps de travail n'est pas signé.
L'expérience a déjà prouvé que partout où ce genre d'accord a été signé par les travailleurs se termine par des licenciements massifs et des fermetures comme chez Continental ou Good Year,
Le premier ministre a déclaré, il y a peu, que le gouvernement garderait sa participation dans STX. Ce n'est pas ce que nous lui demandons. Nous demandons qu'il fasse mieux que Sarkozy, ce qui ne doit pas être très difficile !
Le Parti de Gauche réitère sa demande de prise majoritaire de l'État au capital de STX pour préserver l'avenir du dernier grand chantier naval français ».

Communiqué PG44

 

22/12/2013 | 2 commentaires
Article précédent : « STX : DLR demande la baisse des charges patronales et la fusion avec DCNS pour rendre les chantiers compétitifs »
Article suivant : « Total : redémarrage de la raffinerie à Donges »

Vos commentaires

#1 - Le 23 décembre 2013 à 07h10 par pageaud, Saint-nazaire
Attention petit correctif:
Goodyear à Amiens nord n'a jamais voulu signer l'accord de compétitivité et a fini par déposer le dépôt de bilan.
Dunlop-goodyear à Amiens sud a signé l'accord et est toujours en activité.
#2 - Le 23 décembre 2013 à 09h46 par Cg
Et comme toujours pour la Gauche, c'est à l'état, donc aux contribuables, de financer les refus des syndicats de faire des efforts de productivité.
"Que le reste des français paient pour notre égoïsme dogmatique"

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter