Saint Nazaire Infos

STX France se prononce suite à l’annonce d’un accord sur la reprise par FINCANTIERI

Bien qu’il lui soit difficile de commenter, dans la mesure où elle n’a été aucunement associée aux décisions ni à la définition des accords, la Direction de STX France accueille toutefois comme une bonne nouvelle l’annonce faite ce jour d’une avancée significative dans le traitement du dossier de l’actionnariat de STX France.

Un dossier dont l’issue se rapproche, mais avec quelques jalons incontournables préalables

Si ces décisions vont très probablement permettre une accélération de la finalisation de ce dossier, la Direction rappelle que des étapes incontournables dans le process d’acquisition et de validation sont encore à franchir dans les mois qui viennent.

Des critères souhaités par la Direction majoritairement satisfaits

La Direction de STX France rappelle les critères essentiels à ses yeux pour le succès de l’entreprise à moyen et long terme et qui semblent satisfaits par cette annonce :

 Redonner de la stabilité à l’actionnariat de l’entreprise

 Faire entrer au capital un acteur de référence connaissant bien le domaine maritime

 Maintenir l’Etat actionnaire à 33,33%

Dans la mesure où la Direction n’a pas connaissance de tous les détails des accords, elle espère que d’autres points tout aussi essentiels seront garantis :

 Conserver une simplicité et une lisibilité de la gouvernance

 Poursuivre la politique de diversification des activités de l’entreprise

 Préserver la confiance des clients principaux

« Cette décision met fin à une période trouble pénalisante pour les activités de l’entreprise et permet d’envisager avec sérénité l’avenir industriel du site de Saint-Nazaire. Toutefois, j’invite dès à présent la Direction du groupe Fincantieri à se rapprocher au plus vite de nos salariés au travers de nos instances représentatives du personnel mais aussi, et surtout, de nos clients principaux, ceci dans le but de créer une nouvelle communauté d’intérêt qui veillera à maintenir pour de longues années une grande construction maritime à Saint-Nazaire », a déclaré Laurent Castaing, Directeur général de STX France.

STX Les réactions politiques

Les élu-e-s écologistes et citoyens de Saint-Nazaire et de la Région sont réservés sur l’accord trouvé avec l’entreprise Fincantieri pour le rachat de STX France. Ila auraient préféré une nationalisation temporaire.

Pour Fabrice BAZIN, Président du groupe des élu-e-s écologistes à Saint-Nazaire : «  L’avenir nous dira si cet accord tient la route. En effet, si aucun actionnaire n'est majoritaire, c'est quand même l'Italie qui a 53% du capital, contre 47% pour la France (dont 14% pour l’armée). Nous aurions préféré que l’Etat français mette en place une nationalisation temporaire pour prendre le temps de trouver une solution offrant de meilleures garanties. »

Pour Pascale DEBORD, conseillère régionale : « Cet accord semble permettre le maintien de la vitalité de STX Energies et de garder le cap de la transition énergétique. Nous soutenons ces activités qui permettent de positionner le site comme un acteur majeur dans le domaine des énergies marines renouvelables, de grande utilité pour l’avenir. Nous regrettons cependant que l’accord n’ait pas permis, comme le souhaitaient les syndicats, d’instaurer une part d’actionnariat salarial et citoyen. »

Lauriane Deniaud

"Vers un accord rassurant pour les chantiers de Saint-Nazaire, une vigilance à maintenir

L'Etat a annoncé ce soir ce les conditions d'un accord de principe concernant la future composition du capital de STX France. Les annonces de Christophe Sirugue sont de nouveaux éléments forts qui marquent des avancées significatives par rapport au scénario initial d'une reprise intégrale des parts coréennes de STX France par Fincantieri."

"La puissance publique française (à travers les 33,34% de participation de l’Etat et la prise de participation de 14% de DCNS) possèdera 47% des parts, à quasi-parité avec l'industriel italien (48%). Fincantieri ne sera donc pas majoritaire seul. Un autre actionnaire minoritaire italien, la Fondazione Cassa di Risparmio di Trieste, dont la présence au capital est figée pour au moins 8 ans, possèdera les 5% restants du capital." 

"D'autres pistes ont été envisagées, mais plusieurs des craintes qui auraient pu justifier une nationalisation temporaire semblent levées par un pacte d'actionnaire de 20 ans dans lequel l'Etat dispose de larges garanties pour pouvoir préserver les intérêts de la France. La composition du conseil d'administration (où les salariés seront représentés), les droits de vétos prévus, les règles de nomination, les orientations en matière d’emploi, de sous-traitance, de propriété industrielle et de diversification des chantiers sont rassurantes à ce stade." 

Il tiendra au gouvernement issu des urnes en mai et juin prochain, dans son rôle d'actionnaire, de faire valoir effectivement ces intérêts. Il disposera toujours de son droit de préemption au cas où ils seraient en cause. Si je suis élue députée, je continuerai à agir auprès de Bercy pour que les garanties issues de cet accord s’appliquent avec exigence et pour défendre les intérêts du bassin d'emploi nazairien (plan de formation et de recrutement adapté au plan de charges, limitation et encadrement plus strict du recours au travail détaché, maintien de l'emploi local..).

La mobilisation et l'exigence des élus locaux nazairiens tout au long de ce dossier a été indispensable et a payé : les chantiers ont un actionnaire industriel et européen, la position de l'Etat sera renforcée. Avec un carnet de commande plein, des savoir-faire uniques au monde, un pacte d’actionnariat stable, les chantiers navals de Saint-Nazaire continueront à construire les plus grands paquebots du monde pour de longues années.

Franck Louvier

La reprise des chantiers navals #STX de Saint-Nazaire par le groupe italien #Fincantieri est une annonce triplement rassurante car :

- c'est un Européen leader solide

- des garanties sont prises sur la pérennité du site et ses activités

- l'Etat français reste à la manœuvre en se renforçant par l'entrée de DCNS dans le capital

L'ensemble des salariés et des sous-traitants peuvent donc continuer sereinement dans la dynamique actuelle favorable.

Le Front National

Chantiers navals de Saint-Nazaire : l'hypocrisie, et le renoncement

"Alors que les négociations ne semblaient pas réellement avancer entre Fincantieri et le Ministère de l’économie, concernant l’avenir des chantiers navals de Saint-Nazaire, l’État français a soudainement avancé, ces derniers jours, la possibilité d’une nationalisation temporaire. Défendant cette position sans discontinuer depuis 2013, le Front national (FN) ne pouvait que s’en féliciter. Mais finalement, quelle déception !

Nous sommes déçus de l’hypocrisie des uns, femmes et hommes de gauche, qui, soudainement, au cœur d’une campagne électorale, trouvent tant de vertus à une nationalisation ne serait-ce que transitoire des Chantiers. Ainsi, Laurianne Deniaud, candidate socialiste à l’élection législative, reprenant le mot d’ordre de son mentor, Benoît Hamon, s’est plu à défendre cette nationalisation, dont elle n’avait jamais demandé l’application, ces dernières années. Logiquement, le maire de Saint-Nazaire, David Samzun, l’a d’ailleurs suivi.

Nous sommes déçus du renoncement des autres, têtes « pensantes » d’un gouvernement à la dérive, où l’industrie n’est même plus un ministère, mais un simple secrétariat d’État. On devait voir ce qu’on allait voir : une nationalisation temporaire et partielle des chantiers navals de Saint-Nazaire. Et puis l’on a vu : le lâche renoncement d’un État qui restera bien au tiers du capital, acceptant que l’Italien Fincantieri — flanqué d’un autre investisseur italien, la Fundazione CR Trieste — en accapare le reste, au détriment des intérêts industriels français et de l’emploi local.

Cette gauche de l’hypocrisie et du renoncement expose Saint-Nazaire et sa région au pire. Car, que se passera-t-il maintenant, que des groupes italiens prennent une part majoritaire dans l’actionnariat des Chantiers ? La réponse est simple : délocalisations, augmentation du détachement des travailleurs, chômage pour les ouvriers et dans la sous-traitance. Tant de gâchis !"

Mélenchon La France insoumise

 « Trahison : le chantier naval de Saint-Nazaire STX ne doit pas être vendu. La nationalisation est un devoir immédiat », a tweeté Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise à l’élection présidentielle, en réponse à l’annonce de l’Etat

09/04/2017 | 3 commentaires
Article précédent : « Le MSC MERAVIGLIA a achevé ses deuxièmes essais mer avec succès »
Article suivant : « STX  : C’est encore loin d’être fait, selon Force Ouvrière »

Vos commentaires

#1 - Le 09 avril 2017 à 23h02 par endoxa, Saint-nazaire
Trahison !

Un pouvoir impuissant. Des élus impuissants. Sans vision. Déconnecté de leurs administrés, de leur territoire, de leur ville.

Le monde de l'entre-soi: la veille, je dis que la nationalisation est la meilleure solution, le lendemain je me gargarise de la solution hypocrite adoptée. Mmes Deniau, pale copie d'une invisible Mme Bouillé, M. Samzun plus préoccupé par les ronds points et les routes qui recopie les bons mots de ses technocrates et le prudent M. Vaugrenard qui, à la lecture de sa déclaration très prudente, sait que c'est perdu et qu'il ne veut pas être jugé par l'Histoire.

Ils ont vendu Saint-Nazaire. Ils ont vendu son âme. Ses chantiers.

Presque certain que la direction a bien défendu ses intérêts dans le futur ensemble Ficantieri contre l'intérêt du site nazairien, dans une négociation où le Ministre, les élus... n'ont aucun projet politique.

Le monde est petit et m'a donné l'occasion d'en savoir plus sur l'un des coactionnaires italiens.

Nul doute que Ficantieri seul, ou Ficantieri et cet actionnnaire ne font qu'un.

Nul doute que MSC saura le moment venu, pour des intérêts bien supérieurs à ceux de l'Etat italien, privilégié, le moment venu la solution purement italienne.

Les chantiers ont été vendus, bradés. C'est la fin annoncé.

Aucun parallèle avec un actionnaire chinois. Là, c'est un européen. C'est un connaisseur de la construction navale. C'est un italien.

Que les habitants s'en souviennent.
#2 - Le 15 avril 2017 à 08h36 par Andréa
A ce que je vois certains jouent au opportuniste sans aucune décence
l'état n'a rien fait pour les chantiers, quelques sous à sortir était trop difficile et le ps local a le culot de s'en satisfaire Ecoeurant
#3 - Le 15 avril 2017 à 15h43 par regulus, Saint-nazaire
Andréa a parfaitement raison.il faut aussi signaler les positions de la cfdt et de la cgt des chantiers. On va voir ce qu'ils vont faire lors du prochain Comité d'Entreprises. Que vont-ils voter? j'oubliais également la position de la CGC. FO a le mérite d'une position claire.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter