Saint Nazaire Infos

STX France: les énergies marines représenteront 20 à 25% du chiffre d'affaires en 2020

SAINT-NAZAIRE : Les chantiers navals STX France ambitionnent de porter la part des énergies marines renouvelables (EMR) à 20 ou 25% de leur chiffre d'affaires entre 2015 et 2020, a indiqué mercredi le directeur général des chantiers de Saint-Nazaire, Laurent Castaing.
Sous-station électrique d'éolienne marine Watteole
Sous-station électrique d'éolienne marine Watteole

"C'est un secteur auquel on croit beaucoup, et qui est déjà une réalité ailleurs qu'en France", a-t-il expliqué lors d'une rencontre avec la presse.
"On y investit pas mal de moyens humains en ce moment, nous avons un projet d'investissement: nous avons des ambitions pour que ça représente 20 à 25% de notre chiffre d'affaires entre 2015 et 2020".
   "Nous (étudions) une dizaine d'appels d'offres actuellement, des sous-stations électriques mais aussi des jackets (fondations d'éoliennes sur plusieurs pieds développées par STX, ndlr)", a ajouté M. Castaing.
   Le directeur général a néanmoins regretté que, pour les champs d'éoliennes marines français, les engagements n'aient pas avancé plus vite: "En France, ça n'avance pas, on discute, pour nous, industriels, c'est très gênant". "On est en train de tout faire à nos propresrisques", a-t-il ajouté.
   "Il y a un risque que si on ne prend pas un certain nombre de décisions, les industriels français ne soient pas prêts au moment où les développeurs de champs d'éoliennes en auront besoin", a-t-il souligné.
   Pour les EMR, outre les sous stations électriques et les jackets, STX se positionne aussi, pour les monopodes (pieds d'éoliennes concurrents de ses jackets, ndlr), sur les "pièces de transitions" (entre la fondation et les mâts, ndlr).
   STX France a vendu il y a moins d'un an sa première sous-station électrique d'éolienne marine.

Auteur : source afp | 11/09/2013 | 2 commentaires
Article précédent : « Internet : des problèmes sur le réseau Bouygues »
Article suivant : « La Stran lance une nouvelle application web mobile »

Vos commentaires

#1 - Le 12 septembre 2013 à 09h34 par Francis Velain
Aujourd'hui à STX, l'important n'est pas le chiffre d'affaire mais de trouver 20 millions d'heures de travail pour les 3 ans à venir et ensuite d 'avoir le moyen de tenir un rythme de commandes de 30 millions d'heures de travail sur des cycles de 3 ans!
De ce point de vue, l'incapacité de STX à répondre positivement à la commande de 3 navires fluviaux montre bien que les chantiers doivent réfléchir à augmenter leur potentiel industriel.
Et ce n'est pas dans l'éolien qu'ils peuvent espérer assurer 30 millions d'heures de travail par cycle de 3 ans. Par contre les besoins de navires ne manquent pas!
#2 - Le 12 septembre 2013 à 14h35 par UMPHilare
STX France ne fabrique pas une sous station électrique mais uniquement la Structure qui abrite celle-ci. Toute commande réalisable est bonne à prendre surtout quand il n' y en a pas mais ce n'est pas l'offshore qui a déjà des fournisseurs patentés qui peut sauver les chantiers de Saint-Nazaire? Quant à revenir à la conception et à la fabrication de navires de travail pour ce secteur, l'offre de compétences est déjà abondante de la Norvège à la Corée!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter