Saint Nazaire Infos

STX : FO continue sa progression et gagne 2 élus au Comité d’Entreprise

Les élections professionnelles de 2017 sont terminées et FO continue sa progression.

« Nous avons gagné deux élus supplémentaires au Comité d’Entreprise ce qui place FO juste derrière la CGT en termes d’élus. »

"Pour FO, il y a une la relation directe entre notre progression dans le 1er et le 2ème collège (+8,7% et +5,6%) et notre position claire sur le rejet de la vente à Fincantieri et pour la nationalisation y compris temporaire du Chantier.

Ces élections sont aussi un échec pour le principal soutien à l’accord de compétitivité et à la loi Travail.

Nous interprétons ces résultats comme la volonté affirmée par le vote des salarié(e)s de reconquérir leurs droits et d’avoir une véritable politique salariale, ce pourquoi FO milite depuis toujours.

Pour les 4 prochaines années, FO continuera de défendre le Chantier Naval de Saint-Nazaire, vos emplois et vos revendications.

En étant à votre écoute, nous travaillerons aussi à l’amélioration des activités sociales du Comité d’Entreprise et l’obtention de réductions chez les commerçants locaux. Les réductions déjà obtenues l’ont été par nos élus et syndiqués."

1er collège (Ouvriers) :

FO obtient d’excellents résultats et continue sa progression :

 Comité d’Entreprise : Titulaires : 36,94% et 2 élus contre 29,9% et 1 élu en 2013;

Suppléants : 37,74% et 2 élus contre 28,9% et 1 élu en 2013.

 Délégués du Personnel : Titulaires : 34,50% et 3 élus contre 25,8% et 2 élus en 2013;

Suppléants : 34,51% et 4 élus contre 27,5% et 2 élus en 2013.

2ème collège (ATAM) :

FO confirme sa forte progression obtenue en 2013 :

 Comité d’Entreprise : Titulaires : 26,21% et 1 élu contre 17,6% et aucun élu en 2013;

Suppléants : 25,26% et 1 élu contre 17,1% et aucun élu en 2013.

 Délégués du Personnel : Titulaires : 24,05% et 1 élu contre 18,4% et 1 élu en 2013;

Suppléants : 23,30% et 1 élu contre 17,8% et 1 élu en 2013.

3ème collège (Cadres) :

 Nous n’avons obtenu aucune voix n’ayant pas présenté de candidat.

Total des 3 collèges :

Sur l’ensemble des collèges, FO progresse :

 Comité d’Entreprise : Titulaires : 370 voix (+54 voix), soit 22,26% (+3,09%);

Suppléants : 366 voix (+77 voix), soit 22,1% (+4,52%).

 Délégués du Personnel : Titulaires : 341 voix (+ 45 voix), soit 20,62% (+ 2,56);

Suppléants : 334 voix (+ 49 voix), soit 20,28% (+ 2,88).

12/07/2017 | 3 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 12 juillet 2017 à 21h44 par Chloé, Saint-nazaire
Grace à la progression de FO et à la chute de la CFDT, FO et CGT font plus de 50% , ce qui pourra peut-être éviter de mauvais coups en matière d'accords d'entreprise.
#2 - Le 15 juillet 2017 à 23h21 par reuter, Saint-nazaire
A cause de la progression de FO et de la chute de la CFDT, FO et CGT font plus de 50% , ce qui pourra malheureusement permettre de contrer l'accord de compétitivité qui dynamiserait l'entreprise.
#3 - Le 18 juillet 2017 à 08h11 par Chloé, Saint-nazaire
Compétitivité = toujours abaisser le coût du travail". Point de vue d'un économiste ci-dessous.

"Le choc de compétitivité" : nombreux sont ceux qui l’attendent comme le retour du Messie . Un tel choc est en effet censé, dans l’ esprit de ses promoteurs , nous sortir d’un coup de la nasse de la désindustrialisation et du chômage de masse. Comment réalise-t-on un tel miracle ? Pour l’ essentiel , il suffirait, nous dit-on, d’abaisser brutalement le coût du travail pour les entreprises . Autrement dit, quel que soit le mode opératoire retenu, il n’y aurait qu’à diminuer un bon coup les revenus des salariés et de leurs familles . Que ce soit via des taxes supplémentaires amputant leurs salaires nets pour compenser la diminution des cotisations sociales patronales, si on souhaite conserver le niveau actuel de la protection sociale. Ou en taillant dans les revenus de transfert procurés par cette protection sociale, si on veut limiter la hausse des prélèvements sur les ménages. Dans l’esprit de ses partisans, un tel choc permettra de redresser les marges des entreprises, de limiter les déficits extérieurs en exportant davantage et d’attirer les investisseurs en France . Avec à la clef plus d’ emplois et donc moins de chômage. Le problème c’est que les inconvénients certains d’un tel choc - l’appauvrissement des salariés et de leurs familles - se réaliseraient à coup sûr, tandis que les avantages que le pays est censé en tirer ont en revanche très peu de chances de se matérialiser dans le contexte actuel."

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter