Saint Nazaire Infos

STX : DLR demande la baisse des charges patronales et la fusion avec DCNS pour rendre les chantiers compétitifs

Debout la République prépare les élections européennes : après avoir annoncé la candidature de Cécile Bayle de Jessé, il y a quelques jours pour le Grand ouest, le parti propose ses solutions pour les chantiers de l'Atlantique. Elles sont contraires aux traités européens que DLR dénonce et veut faire supprimer pour que « notre pays redevienne un état souverain » affirme-t-il dans un communiqué, demandant aussi la fusion avec DCNS.

« Face à la concurrence des autres chantiers navals européens exigée par l’Union Européenne, et pour être compétitif, il est demandé aux salariés des Chantiers Navals STX de Saint-Nazaire, dernier fleuron de l'industrie navale française, de travailler 20 minutes de plus gratuitement par jour.
Le Chantier Naval Fincantieri, entreprise privée contrôlée intégralement par l’État italien,  reçoit des commandes de celui-ci pour construire des navires militaires. Il s'agit donc d'aides indirectes qui permettent ensuite à celui-ci de tirer les prix des paquebots vers le bas tout comme Meyer Werft, Chantier Naval allemand qui dispose d'aide des Landers.
Pourquoi les salariés, en France, devraient payer la facture de cette concurrence déloyale et faussée au sein de l'Union Européenne ? Pourquoi seule la France ne pourrait-elle pas aider directement ces entreprises publiques afin de les soutenir dans cette mondialisation sauvage ?
Il est loin le rêve européen tant vanté et soutenu par l'UMP, le PS, l'UDI et Les Verts.
C'est pour cela que nous demandons au gouvernement que les charges patronales soient divisées par deux afin de faire baisser les coûts de production car le travail de qualité et le professionnalisme des ouvriers STX ne peut-être gratuit.
Nous préférons que l’État encaisse moins de charges et que les 2 500 ouvriers gardent leur emploi et ainsi préservent leurs familles au lieu d'aller pointer à Pôle Emploi ce qui coûterait encore plus cher à l’État.
De plus, nous réaffirmons notre demande de fusion des Chantiers STX avec DCNS afin d'être véritablement armés dans cette mondialisation.
Nous savons que nos propositions vont tomber sous le joug de la Commission de Bruxelles qui voudra faire respecter ces sacro-saints traités européens qui plombent notre économie, font disparaître nos emplois et rendent nos familles malheureuses.
C'est pourquoi nous proposerons aux Français, lors des élections européennes du 25 mai 2014, de dénoncer tous ces traités européens existants mis en place par nos dirigeants de l'époque et qui aujourd'hui s'en offusquent, afin que notre pays redevienne un état souverain ».


Communiqué de Cécile Bayle de Jessé, Candidate DLR aux élections européennes de 2014 dans le Grand Ouest

 

28/12/2013 | 16 commentaires
Article précédent : « STX : La commande de Brittany Ferries devrait ouvrir 2014 »
Article suivant : « STX : Le Parti de gauche demande que l'État devienne majoritaire »

Vos commentaires

#1 - Le 28 décembre 2013 à 16h20 par Jean-Louis Garnier
Quelqu'un pourrait-il dire à cette dame qu'il n'y a pas 2500 ouvriers aux chantiers de l'atlantique mais 791 présents à fin juin 2013 ; il n'y avait d'ailleurs pas 2500 salariés mais tout au plus 1973 (tableau de bord social). Par ailleurs l'écart de prix indiqué par MSC, 30 millions sur 1.2 milliard, relativise beaucoup l'effet d'aides externes; Si DLR travaille autant les autres dossiers, cela promet...
#2 - Le 29 décembre 2013 à 12h49 par DLR
@ Jean-Louis Garnier : A part une petite guerre sur les chiffres, que proposez-vous donc, DLR propose, au moins, de baisser les charges patronales par deux, donc de jouer sur les couts.

Nous, salariés, en avons ras le bol d'être toujours la variable d'ajustement et on ne travaillera pas gratuitement. Toute peine mérite salaire.

Les autres chantiers européens reçoivent des aides externes, il est donc normal que ça soit pareil en France.

Au passage, nous remercions l'UMP, dont vous faites parti, M. Garnier, et le PS, pour la gestion de la France ces 20 dernières années : 2000 milliards de dettes et 3 293 000 chômeurs.
#3 - Le 29 décembre 2013 à 16h47 par bib
Debout la République n'a qu'à démontrer que les financements de Fincantieri et de Meyer Werft sont illégaux devant la Commission Européenne. Ils sont mieux organisés que STX, c'est tout.

Pour quelles raisons les charges sociales baisseraient pour les uns et pas pour les autres ? encore un bel exemple de solidarité où certains contribuables payent pour les autres.
La concurrence fait que des salariés font déjà des heures supplémentaires non déclarées et non payées, non pas pour se faire plaisir, mais pour conserver leur travail. Ce n'est pas l'idéal, mais c'est ainsi. Et les salariés de STX sont loin d'être les plus à plaindre sur les avantages sociaux.

Mais beaucoup préfèrent conserver les avantages sociaux jusqu'au précipice...
#4 - Le 29 décembre 2013 à 17h58 par DLR
@ Jean-Louis Garnier : Effectivement, ce n'est pas 2500 ouvriers, mais exactement 2188 salariés au regard des résultats des dernières élections professionnelles du 17 octobre 2013 chez STX France SA. Nous savons reconnaitre nos erreurs.

Pour le reste, chacun son avis.
#5 - Le 29 décembre 2013 à 19h08 par Jean-Louis Garnier
DLR, vous raserez gratis, c'est à dire aux frais des autres, car sans réduction des dépenses sociales, toute baisse des cotisations pour une entreprise se répercute sur les contributions des autres ou la dette, c'est exactement ce que vous reprochez au PS et à L'UMP, Gros malin! Or baissez les dépenses c'est difficile; la seule solution c'est l'augmentation de la croissance en libérant les énergies par la suppression des normes, spécialement écologistes, et la liberté d'agir donner aux entrepreneurs, le respect de la propriété et de l'épargne privée e etc. On ne le fera qu'au fond du trou!
#6 - Le 29 décembre 2013 à 23h44 par Canut Dominique, Toulon
La nationalisation est la meilleure solution. Ainsi que la ré étatisation de DCNS d'ailleurs ! Dites-moi Bib qui ne dit pas son nom... Pour continuer à travailler vous ne voudriez pas que les travailleurs de STX vous prètent leur femme ? c'était comme ça il n'y encore pas si longtemps (au début du siècle dernier) . Ce serait ça être moderne, alors que tous les acquis sociaux ont vu le jour au sortir de la seconde guerre mondiale. A cette époque l'économie du pays était au plus bas. Et aujourd'hui il faudrait abandonner tous ces acquis ?! Non merci Bib. Debout, ne vivez pas à genoux !
#7 - Le 30 décembre 2013 à 11h11 par bib
@dominique canut : je constate la situation telle qu'elle est actuellement. Cela ne m'enchante pas, mais je m'y adapte. Vous pourrez me rétorquer que je ne suis pas un combattant. Peut-être pas à vos yeux, mais de mon point de vue, modestement.

Vous pensez que la nationalisation de STX et de DCNS serait la meilleure solution, je ne le pense pas.

Je réclame rien aux salariés de STX même si je suis indirectement concerné par la situations des chantiers et de leurs sous-traitants. Petite formation :
1) il n'y a pas de ques hommes qui travaillent à STX :)
2) Les Trente Glorieuses sont terminées. Même les retraités qui ont bénéficié du mieux possible du système se rendent compte qu'il est insuffisant. Je vous laisse imaginer pour les actifs actuels...

Par contre, je constate que DLR et vous souhaiteriez que les Français fassent de nouveaux sacrifices pour soutenir (artificiellement) les Chantiers. Car ce sont les contribuables qui supporteront le poids financier de cette générosité. Une activité économique ne peut pas tenir par perfusion étatique.

Mais je reste par avance admiratif sur l'action de DLR qui va démontrer que le fonctionnement des Allemands et des Italiens est illégal. Pour ma part, je pense qu'ils sont mieux organisés et qu'ils savent faire des consensus.

Je suis debout mais la situation m'assoit...
#8 - Le 30 décembre 2013 à 14h29 par Jean-Louis Garnier
Canut, pouvez-vous expliquez en quoi la nationalisation donnerait du travail aux salariés des chantiers ? en quoi cela changerait quoique ce soit à la gourancer de cette entreprise ? Quant à l'affirmation selon laquelle les acquis sociaux datent de la libération ce n'est que grotesque propagande gauchos! Renseignez-vous et vous verrez que bien des mesures avaient été prises en 1930 par exemple pour la retraite des salariés du privé qui fut transformée par la loi du 14 mars 1941 c'est à dire sous Pétain
#9 - Le 30 décembre 2013 à 14h33 par Jean-Louis Garnier
DLR vos 2188 votants ( car c'est bien cela que vous annoncez) m’inquiètent, car il n'y avait que 2047 salariés inscrits fin juin ; les chantiers auraient embauchés 141 ingénieurs et cadres ces 6 derniers mois ? étonnant! A moins que cela soit la conséquence de changement de périmètre.
#10 - Le 30 décembre 2013 à 19h57 par Jean-Louis Garnier
la gourancer de cette entreprise = la gouvernance de cette ...
#11 - Le 30 décembre 2013 à 20h53 par Jean-Louis Garnier
DLR,
Pour ce qui est des commandes d'état à titre militaire, STX a profité de celle de plusieurs BPC, 3 français et un russe sur les 8 dernières années; je suis sur que chez Meyer on pense que c'est une aide d'état....
#12 - Le 02 janvier 2014 à 12h03 par pageaud, Saint-nazaire
@DLR,
Connaissez-vous au moins les chantiers? Avez-vous travaillé à l'intérieur, moi oui.
Je vous dis clairement en face, que si la majorité des gars des chantiers avaient été plus respectueux de leur outil de travail c'est quarante dernières années, la situation n'en serait pas là aujourd'hui.
Quand vous dites: tout travail mérite salaire, je suis entièrement d'accord avec vous. Mais je rajouterais: Que tout salaire mérite travail également. Je vous rappelle que quand nous les intérimaires sommes venus aux chantiers, nous étions considérés comme : "des Enc**** d'intérimaires", à ce jour cela perdure encore un peu.
Quand je bossais en régie, si le quota était de 3 par jour, fallait surtout ne pas en faire 4.
Aujourd’hui, en tant que Nazairien, la situation des chantiers m’attriste et me fait peur. Je n’ose même pas imaginer l’état de la région nazairienne s’ils venaient à disparaitre.
Je suis pour un rapprochement (voir plus) avec DCNS et ALSTOM, mais pour une amélioration de la diversification naval civil et militaire, éolien, offshore, etc.
#13 - Le 02 janvier 2014 à 12h27 par Patrick
DLR, merci de travailler vos dossiers. Comme dit plus haut, il n'y a pas que des ouvriers chez STX, loin s'en faut. Les techniciens et cadres sont majoritaires.

Nombre d'inscrits à fin novembre 2013
Ouvriers : 912
Techniciens : 799
Cadres : 489

Une nationalisation temporaire pourrait être nécessaire, afin de se passer du couperet coréen. Mais avant tout, il faut gagner des commandes.
#14 - Le 02 janvier 2014 à 20h58 par Canut Dominique, Toulon
Bib, Garnier et consorts, on vient d'annoncer que la bourse a cloturė l'année 2013 avec + 18% et vous voudriez me faire pleurer sur le sort de l'economie libérale ? Quand aux nostalgiques du petinisme je dirai que ce pleutre de la 1ère guerre mondiale et champion de la compromission n'est même plus en vogue au FN...
#15 - Le 03 janvier 2014 à 19h19 par Jean-Louis Garnier
Canut, il est vrai que le mensonge de gauche sur la date et l'origine des acquis sociaux prospère d'autant plus que la gauche y était opposée lorsqu'ils ont été adoptés. Quant au pétainisme, il est malheureusement toujours bien porté par gauche et droite qui organise la disparition de la nation au profit de l'europe allemande devenue démocratique bien sur!?
#16 - Le 06 janvier 2014 à 19h11 par Patrick
STX souhaitant économiser 5 millions d'euros, demain on peut s'attendre à ce que la direction mette dans la balance 10 jours de rtt par salarié. Un jour de rtt par salarié équivalant grosso modo 500 000 euros.
La vie est simple ...
ça va grincer des dents !

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter