Saint Nazaire Infos

STX: des syndicats inquiets demandent une plus grande implication de l'Etat

Plusieurs syndicats des chantiers navals de Saint-Nazaire, derniers grands chantiers français, s'inquiètent du "silence" de l'actionnaire majoritaire, le Coréen STX, et demandent que l'Etat s'implique davantage pour assurer la survie du site.

Face à la dégradation de la situation aux chantiers et parmi les sous-traitants, les Unions départementales CFTC, Solidaires et Force Ouvrière considèrent que "le silence du groupe coréen STX (...) tend une fois de plus à prouver qu'il a décidé d'abandonner le site de Saint Nazaire", écrivent les trois syndicats dans un communiqué commun diffusé lundi soir, à l'issue d'une réunion commune.
Ces UD "considèrent, dans cette situation, qu'il est de la responsabilité du gouvernement de tout faire pour maintenir le chantier naval, y compris en s'opposant, si nécessaire, aux règles de l'Union Européenne. L'Etat doit s'impliquer totalement pour garantir l'avenir du site de Saint-Nazaire, y compris en devenant actionnaire majoritaire", poursuivent les syndicats.
La section FO des chantiers va même plus loin, considérant que "la nationalisation du chantier est incontournable".
FO "considère qu'il est de la responsabilité du gouvernement de tout faire pour maintenir le dernier grand chantier naval et les milliers d'emplois qu'il génère".
Lors d'une rencontre, le 15 octobre, avec Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, le syndicat souligne avoir rappelé que "la question de fond était la préservation, ou non, d'une industrie navale en France, et cela, traités européens ou pas, passait par la nationalisation du chantier".
"Il est hors de question pour Force Ouvrière d'accepter ou d'accompagner tout plan de licenciements, aussi bien chez STX que dans les entreprises sous-traitantes, qu'il soit massif ou non", écrit encore le syndicat.

La direction des chantiers a annoncé la semaine dernière 14.000 jours de "sous-charge" ces trois prochains mois, faute de nouvelles commandes.
En grande difficulté depuis 2008, les anciens Chantiers de l'Atlantique, basés à Saint-Nazaire et spécialisés dans la construction de navires de grand gabarit, tournent au ralenti et n'ont enregistré aucune nouvelle commande depuis plus d'un an.

STX France est détenu à 66,6% par STX Europe (filiale du sud-coréen STX Shipbuilding) et à 33,3% par l'Etat français. Le chantier fait également travailler des sous-traitants à raison de quelque 4.000 salariés.

Auteur : AFP | 29/10/2012 | 2 commentaires
Article précédent : « Les pêcheurs de civelles reprennent la mer »
Article suivant : « Saint-Nazaire n'a plus « Voix au chapitre » »

Vos commentaires

#1 - Le 30 octobre 2012 à 19h49 par Jean-Louis Garnier
Perdre la face n'est pas possible en Corée : reconnaitre que quelques Vikings malins ( Aker yards) leur ont vendu une position qui n'existait pas leur est très difficile ; ils attendent donc patiemment l'occasion de se sauver sans perdre la face là-bas chez eux!
#2 - Le 01 novembre 2012 à 17h42 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
on ne va jamais s'en sortir de ce TRUC

même si on trouve une solution, ca sera retour a la case départ dans quelques années

au fait ? ca ne serait pas des nazairiens qui ont couper les amarres du ferry à Marseille ? histoire de le faire reconstruire ?
oui bon bien c'est l'humour pour les neuneus qui prennent tout a la lettre

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter