Saint Nazaire Infos

Stéphane Héloir : 10 000 km en baskets

Le coureur est parti sur les routes pendant un an avec juste un sac sur le dos. Il fait partager ses expériences lors de conférences à Saint-Nazaire.
De passage en Inde
De passage en Inde

Stéphane Héloir a parcouru 10 000 km en courant dans 13 pays. Il a commencé à se préparer en 2009 en prenant des cours d'anglais pour pouvoir communiquer avec les habitants des contrées qu'il allait traverser. « Je pensais que ça allait me servir partout mais ça n’a pas été trop le cas en Turquie et en Iran. J’ai toujours réussi à me faire comprendre », explique le coureur. Entre belles rencontres, magnifiques paysages et déchets laissés dans la nature.
Parti de Saint-Nazaire le 4 juin 2011, il traverse la France à toute allure (40 à 50 km de course par jour), prenant tout de même le temps de rencontrer des clubs de courses, des pompiers ou encore des écoles. Dès arrivé en Italie, il ralentit l’allure (35 km par matinée tout de même avec un jour de repos par semaine) puis traverse la Slovénie, la Croatie, la Bosnie, la Serbie, le Monténégro, l’Albanie, la Macédoine, la Bulgarie, la Turquie, l’Iran, l’Inde et le Népal. Son budget initial de 7 000 € est passé à 9 000 €.
 

Des habitants généreux

« J’avais travaillé sur le parcours avant, en privilégiant les routes secondaires. J’avais des cartes jusqu’à Istanbul. Je n’avais pas décidé quelle route prendre après », précise Stéphane Héloir. Il a donc longé la mer Noire avant d’arriver en Iran. Là, avion pour l’Inde et le Népal. Le projet initial impliquait le Pakistan mais les frontières étaient fermées aux étrangers suite à l’enlèvement d’une famille suisse. Mais ce n’est pas pour autant que le coureur a eu un sentiment d’insécurité au contraire, « j’ai été accueilli à bras et cœurs ouverts, notamment en Albanie et en Turquie », confirme-t-il.
Stéphane Héloir a emmené le minimum syndical : quelques maillots de rechange, un purificateur d’eau, un portable, un appareil photo numérique et un sac de couchage performant et léger. « Je n’ai pas pris de tente, je logeais chez l’habitant, dans de petits hôtels ou à la belle étoile ». Tous les mois, son fils lui a envoyé de nouvelles chaussures et des vêtements de rechange. Ses anciens effets étant à chaque fois distribués aux habitants. Il a souvent été logé et nourri, « j’ai rarement acheté de la nourriture ; j’avais juste de l’eau sur moi ».


Pratique :

Le 14 septembre Conférence de Stéphane Héloir à 19 h 30 au Salon république, Saint-Nazaire.
Tarif : 4 € dont 2 € reversés à l’association Namaste enfants Himalaya
Réservations 06 86 84 33 48.
 

Auteur : AP | 09/09/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Nautisme et pleine nature pour les Z'Aquatiques »
Article suivant : « Le Saint-Nazaire Handball dans la cour des grands »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter