Saint Nazaire Infos

SPORTS Rugby Quand le RCT fait parler la poudre...

Vainqueur à Rennes pour la première fois, le RCT se devait de confirmer à domicile face à Gennevilliers et effacer ainsi la déroute du match "aller". Ce fut chose faite à l'issue de 80' d'une intensité remarquable, tant par les qualités physiques déployées par les locaux que par la qualité technique affichée tout au long de la rencontre. Finalement, le RCT l'emporte 22 à 9 avec 3 essais à la clé et 5 points dans l'escarcelle.

Etrillés à Gennevilliers (ex-pensionnaire de Fédérale), les coéquipiers de Willy Provost ont remis les pendules à l'heure en s'imposant de haute lutte, face à une formation venue pour casser du trignacais. Il est vrai que tout au long de la semaine, les dirigeants visiteurs et même les journalistes n'avaient eu de cesse de s'inquiéter du maintien ou non de la rencontre. Assiégé d'appels téléphoniques, le président Danaire s'est évertué à répéter que seuls le directeur de match et l'arbitre avaient le pouvoir de décision. C'est dire si la formation de Gennevilliers n'avait pas à coeur de jouer en ce dimanche après-midi. Sans doute contrariés, voire vexés, les banlieusards parisiens ont rapidement ouverts les hostilités, bien décidés à pourrir la rencontre. Malheureusement pour eux, ils avaient en face des Briérons qui retrouvant les valeurs d'antan ont su répondre de concert.
 
Dans ce match complètement débridé, l'arbitre a cru un moment arrêté la rencontre suite à une bagarre générale, digne des grands jours.  Convoqués sur le terrain, les présidents respectifs ont été prié de calmer immédiatement leur troupe. Le cours du match reprit alors dans une ambiance électrique et à ce jeu les hommes de Pierrick Moison se sont avérés les plus forts inscrivant trois essais pour remporter un succès mérité. Dimanche prochain, il faudra remettre le coeur à l'ouvrage face à Vierzon et confirmer l'embellie actuelle. Une chose est sûre, le RCT a des ressources et des valeurs, nul ne s'en plaindra et certainement pas le public qui une nouvelle fois a répondu nombreux.

Auteur : Yvon | 15/02/2010 | 3 commentaires
Article précédent : « Le SNR connaît ses adversaires en plays-offs. »
Article suivant : « Rugby Le RCT retrouve la gnac et s'impose à Rennes »

Vos commentaires

#1 - Le 10 mars 2010 à 09h46 par Balieusard
Monsieur Yvon,

Je ne suis partie prenante d´aucun club, je ne suis licencié d'aucun club.
Je suis cependant tombé par hasard sur vos articles.

Je tenais à vous dire que ceux-ci ne sont pas dignes d'être publiés :-)
En effet, non seulement vous faîtes preuves d'un chauvinisme exacerbé, mais il semble que vous vous sentiez également obligé de rabaisser voir même de dénigrer les équipes adverses, dans le seul but de valoriser la votre.

C'est à cela que l´on voit votre manque de talent et que nul ne s'étonne à la lecture des commentaires qui accompagnent périodiquement vos hérésies.

Si votre équipe était si belle et si hautement respectable que cela, vous n'utiliseriez pas de tels propos à l´encontre de vos adversaires.

Je me vois dans l'obligation malheureuse de vous informer que je vous trouve pitoyable et j'espère ne plus être amené à vous lire!

Naturellement je ne peux que vous souhaitez de vous améliorer!

Bien Cordialement,
Un Non-Fan :-)
#2 - Le 17 mars 2010 à 08h10 par zebulon, Nantes
"face à une formation venue pour casser du trignacais"... c'est hallucinant qu'un journaliste (ou pseudo-journaliste) puisse écrire de tels propos haineux, et c'est encore plus inadmissible qu'un site web les publie...

Cela illustre bien la haine qui règne dans cette zone de non-droit que constitue le stade Lesvières... Peut être que cela est une exception culturelle, et que le concept de zone de non droit peut s'appliquer à la Brière?

En tout cas, le club de Trignac véhicule une image bien terne du rugby de la région, avec certes des valeurs éternelles qui sont admirables, faites de courage, de solidarité et d'abnégation qui permet aux joueurs de ne jamais baisser les bras et de trouver au fond d'eux mêmes les ressources pour se surpasser...

Mais malheureusement, ces valeurs sont accompagnées d'une motivation poussée à l'extrême qui pousse joueurs et supporters avinés à dégoupiller et à déverser des torrents de violence et de haine sur, et autour du terrain... et le miracle se produit: le RCT peut rivaliser en utilisant des moyens litigieux pour déstabiliser l'arbitre et l'adversaire en faisant régner un climat de peur, et leur expérience hebdomadaire de la violence leur permet de garder le cap sous la mitraille là où l'adversaire perd parfois ses moyens et ses nerfs.

A quand des matchs à huis clos ou sur terrain neutre? cela fait trop longtemps que cela dure en toute mansuétude, et ce n'est plus acceptable.
#3 - Le 18 mars 2010 à 18h55 par steph
c'est marrant déja en février yvon la trompette qualifié une équipe parisienne de "banlieusards" bien decidés a pourrir la rencontre et venue casser du trignacais !!! zut alors pour Orsay c'est la meme en mars !!
pauvre choux ces trignacais ils se font toujours agrésser !!!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter