Saint Nazaire Infos

SMCO : Ducroc ne s’est pas assez décarcassé

La société SMCO a été mise en liquidation judiciaire au tribunal de commerce ce mercredi matin.

Déception, trahison, colère et dégoûts sont les sentiments ressentis par les salariés de SMCO présents au tribunal. La nouvelle leur a été annoncée hier, mais le choc est quand même là. 82 salariés se retrouvent donc au chômage. « Au départ, nous sommes une entreprise de personnes hautement qualifiées en chaudronnerie, tuyauterie et soudure », se souvient Bernard, délégué de la CGT. Il ajoute, « mais depuis trois ans, le groupe Hervé nous a abandonnés. Il n’y a pas de pilote dans l’avion. Ce n’est pas du gâchis, c’est un massacre ». Il travaillait dans la boîte depuis 25 ans… La raison de cette liquidation ? Pas pour Christophe Le Floc’h, délégué de la CGT : « pour moi, la raison principale c’est la concurrence des entreprises étrangères. Ils font venir des travailleurs d’autres pays et les payent l’équivalent d’un SMIC pour 50 h de travail par semaine ». Et bien sûr sans les charges des entreprises locales. Toutes les entreprises ont recours à ces travailleurs étrangers, même SMCO en a profité. Réaliste ou défaitiste, il ajoute « nous ne pouvons pas nous battre contre eux ».
 

4 M € de passif

Pas d’autre choix que la liquidation ? Avec 4 M€ de passif, l’heure de mettre la clef sous la porte semble venue. Sauf que SMCO fait partie d’un groupe plus important, le groupe Hervé dont le PDG est la 415e fortune de France… « La Gauche caviar », lance un salarié. Beaucoup d’efforts ont été faits par les salariés : travailler sur d’autres chantiers, pas d’augmentation de salaire, … À la sortie du président, Jean-Michel Ducroc, les salariés l’ont applaudi ironiquement ; le groupe Hervé « ne semble pas concerné ». Ils ne se sentent pas comme un cas unique. Avec fatalisme, Christophe Le Floc’h dit « aujourd’hui c’est SMCO, dans un mois ce sera Baudet et après ce seront les autres ». En tous cas, ils ne baissent pas les bras : la priorité est de négocier le reclassement des salariés soit dans les autres sociétés du groupe, soit au sein de STX. Une rencontre aura lieu demain à l’hôtel de la Région pour en discuter. « Les pouvoirs publics ont la possibilité de suspendre le plan de licenciement ; il n’est pas trop tard », conclut Fabrice David, secrétaire général de la CGT.

Les salariés de SMCO prévoient de bloquer STX. Où et quand ? Ce sera demain.



 

Auteur : AP | 08/02/2012 | 2 commentaires
Article précédent : « Aide et soutien aux jeunes entrepreneurs »
Article suivant : « Avenir de STX : le Front national appelle à une manifestation commune »

Vos commentaires

#1 - Le 08 février 2012 à 21h57 par UnSalarieNazairien, St-nazaire
Triste nouvelle... courage à eux.

mais pourquoi ne pas plutôt bloquer le siège du Groupe Hervé ?

Ce n'est pas en bloquant le site STX et ses environs qu'ils obtiendront le soutien des employés des entreprises locales...

à part les énerver contre eux on peut se demander quel est le bien-fondé d'une telle action (illégale par ailleurs)
#2 - Le 09 février 2012 à 08h43 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
surement ... surement que les choix stratégiques de la direction ont été mauvais ...

mais une entreprise, c'est une direction, des salariés, des DP et en dans le cas présent un syndicat ...
ce meme syndicat qui est sensé représenter les salariés, rencontrer régulièrement la direction, etre force de proposition (bahhh oui faut savoir vivre dans une société intelligente) ... ce même syndicat en a t il parlé AVANT ? histoire de tirer la sonnette d'alarme, de proposer des choses avant qu'il ne soit trop tard
c'est un aspect de cette triste histoire que j'aimerais bien connaitre

maintenant c'est malheureux pour TOUTES ces familles

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter