Saint Nazaire Infos

Saint-Nazaire : Rachat de STX par Fincantieri pour FO c’est Non.

FO demande au nouveau gouvernement de nationaliser le chantier.

"Au cours de toutes les rencontres entre les organisations syndicales et les représentants du précédent gouvernement, FO a rappelé sa revendication de nationalisation du dernier grand chantier naval.

La position de FO est la même depuis l’annonce de la vente de notre site, vente qui est liée à la situation de notre actionnaire majoritaire STX.

Cette position était déjà la même lors de la vente à Aker yards en 2006, puis à STX en 2008.

FO est bien conscient que la vente de notre site doit être réglée au plus vite, mais que cela ne se fasse pas au détriment des salariés et de l’entreprise.

Pour FO, la protection de nos emplois pour 5 ans seulement est inacceptable compte tenu du plan de charge avec un carnet de commande pour 10 ans.

Tout comme il est inconcevable la possibilité que Fincantieri puisse rachetée les parts de la Fondation CR Trieste au bout de 8 ans. L’instabilité actionnariale fragilise notre chantier.

Par ailleurs, nous n’avons eu aucune garantie pour la sous-traitance locale. FO déplore l’emploi sans cesse croissant de travailleurs détachés, pratique très développée chez Fincantieri.

Nous avons de vives inquiétudes sur les stratégies de ce potentiel acquéreur qui est devenu un gros ensemble complexe, confronté à des difficultés.

De plus, nous avons de sérieux doutes sur la politique salariale que Fincantieri pourrait avoir pour notre site quand on constate quelle est sa politique salariale actuelle.

Pour FO, le risque de devenir mono produit est redouté et nous n’avons eu aucune véritable garantie sur ce point.

Enfin, nous savons que les armateurs RCCL et MSC n’ont pas été consultés. Pourtant l’enjeu est capital pour le maintien de l’activité sur notre site.

C’est pourquoi, pour FO, le nouveau gouvernement français doit prendre toutes ses responsabilités en nationalisant le dernier grand chantier naval du pays surtout au regard du prix d’achat proposé par Fincantieri..

FO considère que nationaliser, même transitoirement, le chantier relève du pragmatisme économique et permettrait la sauvegarde de la diversité d’activité de notre chantier et de son indépendance face à d’éventuels actionnaires aux intérêts divergents.

C’est pourquoi FO donnera un avis défavorable aux rachats des parts de STX dans le capital de STX France par Fincantieri."

18/05/2017 | 5 commentaires
Article précédent : « Cité Sanitaire : L’inter syndicale s’oppose à la fermeture des urgences pédiatriques à partir de 22 heures »
Article suivant : « STX France rejoint « Elles bougent » »

Vos commentaires

#1 - Le 19 mai 2017 à 09h10 par regulus, Saint-nazaire
"Au regard de la réprésentativité syndicale, c'est donc l'avis défavorable qui obtient la majorité, avec les voix de la CGT (4) et de FO (1). LA CFDT (3 voix) et la CFE-CGC (1 voix) ont « pris acte » de cette cession. Cet avis du comité d'entreprise est une étape importante dans le processus de vente entériné par l'accord entre Fincantieri et l'État français du 12 avril dernier. Il n'est que consultatif mais il sera examiné de près par le repreneur italien qui doit maintenant finaliser le rachat des parts de STX-France avec la Corée." Presse océan de ce vendredi.
La position de la CFDT et de la CGC qui consiste à "prendre acte" est plutôt jésuite!
#2 - Le 19 mai 2017 à 12h17 par Jean-Michel DOYON, Sant-nazer
Je répète ce que j'ai déjà écrit, même si ça va hurler dans les chaumières:

Ce n'est pas à l'état d'investir dans une entreprise privée.
L'état doit assurer les missions de santé, protection, défense, éducation...

Pourquoi pas racheter le groupe Auchan qui a des difficultés? ou la Sidès? ou Manitou?

Certes STX-chantiers de l'Atlantique est une très grosse entreprise qui embauche du monde mais ce n'est pas le rôle de l'état que de l'acquérir.
Pas plus que pour Whirlpool ou Peugeot.
#3 - Le 20 mai 2017 à 08h53 par endeavour, Saint-nazaire
La présence de l'état au capital de STX se justifie pleinement au titre de sa mission régalienne de Défense.
Contrairement à Auchan, Sides, ou Manitou que vous citez, le chantier est le seul lieu en France où l'état peut faire construire de grands navires militaires (Porte Avions,BPC, ).
#4 - Le 21 mai 2017 à 16h21 par regulus, Saint-nazaire
DU NOUVEAU!

"Le pacte d’actionnaires de STX France en question
Le précédent gouvernement aurait proposé un équilibre jugé « trop favorable » à Fincantieri.

Le MSC Meraviglia, dernier-né des chantiers STX, en avril à Saint-Nazaire.
INDUSTRIE La vente des anciens Chantiers de l’Atlantique à Fincantieri a franchi une nouvelle étape vendredi. Le groupe italien, seul à déposer une offre pour sa reprise, a signé le rachat de 66,66 % du capital de STX France auprès de son actionnaire coréen en faillite… pour un montant de 79,5 millions d’euros.
L’État français, qui détient 33,34 % du capital, a désormais deux mois pour décider d’exercer son droit de préemption, inventer un pacte d’actionnaires inédit ou bien respecter le montage financier proposé par Christophe Sirugue, ministre de l’Industrie dans le précédent gouvernement.
Selon nos informations, les équipes du nouveau ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, devraient dérouler le scénario écrit par l’équipe précédente. Comme l’État français l’avait réclamé, Fincantieri détiendrait moins de 50 % du capital, soit 48 %, mais il serait accompagné d’une fondation italienne indépendante, la Fondazione CR (Cassa di Risparmio) qui posséderait 7 %. Du côté français, le constructeur militaire public DCNS entrerait à hauteur de 12 %. Mais la messe n’est pas encore dite. En coulisses, certains observateurs jugent que la Fondazione CR n’est pas aussi indépendante qu’elle semble l’être et favoriserait les intérêts de Fincantieri.
Selon nos informations, un autre scénario pourrait ainsi être proposé par les deux grands armateurs et premiers clients de STX France : à la place de la fondation, les deux croisiéristes MSC Croisières et RCCL reviendraient en piste aux côtés des chantiers à hauteur d’environ 10 %. Cette option aurait l’avantage de rassurer les 2 600 salariés et les soustraitants qui représentent près de 6 000 emplois à Saint-Nazaire.
#5 - Le 21 mai 2017 à 21h07 par endoxa
Sachant que le Secrétaire Général de l'Elysée est l'ancien directeur financier de MSC... la situation devient délicate pour modifier la donne au profit de MSC.

Dans tous les cas, on restera, au vu du profil dans une logique purement financière.

A moins de 80 millions d'euros la transaction, l'Etat français a été particulièrement minable.

Et derrière lui, les élus locaux, Laurianne DENIAUD en premier lieu qui a applaudi ce "deal" financier.

Espérons que la vague annoncée de "La République en Marche" emportera ces traitres qui ont vendu l'âme de Saint-Nazaire, ses chantiers.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter