Saint Nazaire Infos

Saint-Nazaire : Préavis de grève aux cuisines de l’Hôpital

Suite à l’assemblée générale du 5 septembre 2017 organisée par Force Ouvrière, l’ensemble du personnel présent de la restauration avec le mandat d’autres agents ont votés à l’unanimité le préavis de grève.

Alors que l’on vient d’apprendre le départ du Directeur de l’hôpital pour le centre hospitalier départemental de Vendée, la grogne s’installe dans différents services. Un mercredi noir est annoncé la semaine prochaine le 13 septembre où les agents vont bloquer l’accès à l’hôpital à partir de 8 heures.

« Le ras le bol et la colère des agents qui ont subit depuis des mois des conditions de travail catastrophiques. » Souligne le syndicat FO.

La politique de non remplacement sur les arrêts de travail de notre Direction a fait énormément de dégâts. En cuisine, les arrêts tombent en cascade.

L’épuisement professionnel des agents, les plannings non respectés, les rappels à domicile, les changements la veille pour le lendemain, les agents de la cuisine disent STOP.

« Le travail à -1,-2,-3et-4 est devenu récurent avec pour conséquence la fermeture à plusieurs reprises du self d’Heinlex malgré les prestations que la cuisine centrale fournit aux œuvres de Pen Bron en plus du personnel du CH.

Autre conséquence des arrêts de travail, le secteur de la plonge fonctionnant en sous effectif, la seule solution trouvée par la Direction est de ne pas respecter la législation et  de vous servir des repas dans la plus grande classe. ( assiettes en plastique, et gobelets). Quelle image pour un self qui accueille plus de 600 personnes.


De plus, dans le cadre du nouveau CRE (contrat de retour à l’équilibre) la cuisine supprime un poste sur le self de la cité, ce qui engendre une baisse des prestations. Fini les steaks frites, plus de pizzas etc... Et pour assaisonner tout ça on vous augmente le prix de l’addition. On nous prend pour des jambons.                      

 Depuis des mois FORCE OUVRIERE dénonce le manque de matériel sur les operculeuses , la vétusté des échelles avec des roues qui bloquent et qui provoquent certains accidents de travail.(Echelles qui tombent provoquant brulures et blessures etc,,)

Des échelles réparées à plusieurs reprises par les services techniques qui ne peuvent plus faire du neuf avec de l’ancien.

Le personnel de la restauration demande le remplacement systématique sur les arrêts de travail, du matériel performant et adéquat au bon fonctionnement, une gestion des plannings dans le respect du guide de la gestion du temps, le respect des restrictions médicales, l’arrêt de la fermeture du self d’Heinlex. »

10/09/2017 | 8 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 17 septembre 2017 à 16h38 par Chloé, Saint-nazaire
J'ai lu que M. Samzun demandait à rencontrer Mme Dufeu sur la situation à l'hôpital. Quand est-ce que ces deux là vont se décider à remettre en cause le Partenariat Public Privé comme cela s'est fait pour l'hôpital sud-francilien. Il faut en finir avec le loyer qui grève
1- lé sécu
2- le budget de l'hôpital
La sécu parce que l'Agence Régionale de Santé prend une partie du loyer à sa charge.
le budget de l'hôpital qui prend en charge l'autre moitié du loyer.
Pendant ce temps Effage et compagnie, les banques encaissent de substantiels intérêts.
Les loyers reviennent sur la durée de 35 ans à rembourser trois fois le coût de la Cité sanitaire, je crois.
La Cour des comptes a dénoncé les PPP mais nos politiques locaux n'en ont cure!
Trop, c'est trop!jusqu'à quand ?
#2 - Le 18 septembre 2017 à 20h32 par regulus, Saint-nazaire
Les syndicats ont beau tirer la sonnette d'alarme, aussi bien le maire que la députée ne veulent pas voir que le rachat du PPP comme cela s'est fait dans la région parisienne, dans la ville d'Evry, je crois, donnerait un bol d'air à l'hôpital. Entre les personnels qui souffrent voire dépriment, démissionnent et les patients qui subissent, faudra-t-il qu'il y ait des morts, des scandales.
J'ACCUSE ces deux élus politiques de porter de lourdes responsabilités, l'un en tant que membre du Conseil d'administration, l'autre en tant qu'élue responsable de la politique nationale en matière de santé. A quand le scandale? On pourrait peut-être éviter le pire !
#3 - Le 19 septembre 2017 à 11h40 par Moyon, Saint-nazaire
Madame Chloë, toute dénonciation de contrat a un coût pour celui qui l'obtient.
comme vous avez l'air très informée des chiffres concernant ce dossier, pouvez-vous nous dire à combien se chiffrerait celle des contrats en cours à supporter par la collectivité ?
#4 - Le 20 septembre 2017 à 08h48 par Chloe, Saint-nazaire
Monsieur Moyon, savez bien que je n'ai pas toutes les données suffisantes pour faire le calcul très précis du coût de la sortie du PPP. Par contre le directeur de l'hôpital sud francilien qui est sorti du PPP a fait ses comptes les voici: cela ne suffira sans doute pas à votre esprit partisan!Vous pouvez continuer à mettre le doigt dans les plaies du Christ!


"Le transfert de la propriété du bâtiment hospitalier au CHSF et la reprise en régie propre de sa maintenance-exploitation¹ par l’établissement public de santé sont à l’avantage des personnels hospitaliers. Les équipes des services techniques hospitaliers en sont les principales bénéficiaires avec des recrutements en cours.
¹ au 1er octobre 2015



– L’estimation de 250M€ n’équivaut nullement aux coûts de sortie négociés du partenariat qui liait le CHSF à Eiffage. Il convient en effet de distinguer les dépenses d’investissements de celles relevant du fonctionnement. Sur ce dernier poste, le CHSF entend réaliser des économies significatives en n’étant plus redevable des conditions financières qui encadraient le règlement des loyers d’exploitation-maintenance versés à Héveil/Eiffage indexés sur des indices élevés et en recouvrant la pleine propriété du bâtiment.

Le coût réel de la sortie du PPP est de 170 M€ dont 66 M€ de TVA et 23 M€ de remboursement de fonds propres. L’indemnisation effective n’est donc que de 80 M€, ce qu’Eiffage aurait obtenu de toute façon – voire plus – devant les Tribunaux. Cette somme de 80 M€ comme alléguée dans l’article à un « versement libératoire » correspond en fait à une indemnité due qui sert à financer notamment le parachèvement des travaux.

Enfin, les conditions de reprise des contrats de prêts et de couverture de taux ont été négociées avantageusement pour le CHSF.

Le Directeur du Centre Hospitalier Sud Francilien

Jean-Michel TOULOUSE
#5 - Le 20 septembre 2017 à 15h31 par Moyon, Saint-nazaire
Dont acte
#6 - Le 22 septembre 2017 à 11h12 par regulus, Saint-nazaire.
J'ai lu la presse de ce vendredi (Ouest-France). Les syndicats de l'hôpital continuent de remettre en cause le bail PPP de l'hôpital. Comment expliquer le silence du Maire et de la députée alors qu'il y a des économies à faire et pour la sécu et pour l'hôpital (Comme pour l'hôpital sud francilien). Je ne vois pas d'autre explication que la suivante: Ce sont de fidèles serviteurs d'Eiffage et leurs banques. Si quelqu'un a une autre explication...Ils finiront par avoir des morts sur la conscience, mais ont-ils une conscience?
#7 - Le 22 septembre 2017 à 19h21 par Moyon, Saint-nazaire
Régulus est réputée pour être une étoile très brillante ...
Son dernier commentaire attesterait qu'elle manque plutôt de lustre et d'envergure!
#8 - Le 24 septembre 2017 à 16h16 par regulus, Saint-nazaire.
#7 . C'est désolant M.Moyon vous devriez savoir que l'argument dit ad hominem est un argument qui n'a rien à voir avec le sujet qui je le rappelle est : comment expliquer la position de M. Samzun et de Mme Dufeu sur le PPP de l'hôpital?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter