Saint Nazaire Infos

Saint-Nazaire : Le ras le bol des Infirmiers(ères) du Bloc Opératoire de la Cité Sanitaire

Suite a l’absentéisme récurent du personnel travaillant au Bloc Opératoire, les derniers survivants ont profités de ce jour de grève Nationale, pour exprimer leur colère.
Infirmiers(ères) Bloc Opératoire de la Cité Sanitaire Saint-Nazaire
Infirmiers(ères) Bloc Opératoire de la Cité Sanitaire Saint-Nazaire

Suite au manque de personnel et du non remplacement des agents travaillant au Bloc Opératoire, les derniers survivantsont profité du jour de grève Nationale pour exprimer leur colère.

Une rencontre en urgence, sollicitée par le syndicat Force Ouvrière en collaboration avec le personnel, a eu lieu  lundi 8 octobre à 12h, entre la Direction et une délégation d’infirmières du bloc accompagnée de Force Ouvrière ainsi que du syndicat CFDT de la clinique de l’Estuaire.

Lors de cette rencontre, le personnel présent ayant pu exprimer ses difficultés, la Direction a décidé de faire un bilan hebdomadaire d’état des effectifs afin d’adapter l’activité.

Cela pourrait se traduire par la fermeture spontanée de salles de bloc opératoire lors d’un manque de personnel, afin de garantir la sécurité de tous.

Une nouvelle organisation doit être réfléchie et mise en place rapidement afin de maintenir un service adapté et sécurisé pour les usagers ainsi que pour le personnel du bloc. Actuellement une infirmière de bloc doit effectuer le travail de deux personnes les obligeant à prendre leur pause repas vers 15h.

L’organisation syndicale Force Ouvrière soutient cette équipe et reste vigilante afin que ce personnel en épuisement professionnel puisse travailler dans de meilleures conditions.

09/10/2018 | 3 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 12 octobre 2018 à 15h46 par barbalulu, Guindreff
toutes à 28h/semaines !! comme en Suisse =

reduire le temps de travail difficile=
travailler moins pour travailler mieux et au final travailler ( à ) plus .

c est fini la solution des infirmieres espagnoles ? le mirage s est envolé ?
#2 - Le 16 octobre 2018 à 12h31 par MARIE CERVO SAIZ, Annemasse
28 h/semaine en Suisse? alors c'est un service d'exception car ce n'est pas ce que j'en connais.
En Suisse comme en France on n'attache pas les chiens avec du boudin!!!
Il y a bien longtemps qu'on a mangé notre pain blanc!
L'étau se resserre partout.
La différence est dans la rémunération ça oui!
Protégez vous pour terminer votre carrière en bonne santé! (ce qui est mon cas)
Bon courage à tous.
#3 - Le 18 octobre 2018 à 12h08 par Patriote RN44
Nous avons parfaitement conscience du travail réalisé par le personnel soignant des hôpitaux en France, sauf dans les services d’urgence où c’est une véritable catastrophe ! Manque de personnel, d’organisation, ou/et de compétence?
Suite à un traumatisme, j’ai personnellement fait les frais d’une grave erreur médicale dans ce service d’urgence que j’ai qualifié, par la force des choses, d’incompétent et de négligent. Les droits des personnes à ne pas souffrir ne sont d’abord absolument pas respectés dans ces services où on vous laisse choir durant un temps qui paraît infini à vous tordre de douleur dans un petit local isolé, sur un brancard, sans aucun calmant. C’est franchement lamentable, non respectueux de la charte sur le sujet et que je ne souhaite à personne. Nous sommes pourtant très nombreux à l’avoir vécu.
Néanmoins, pour avoir été hospitalisé à nouveau dans ce même hôpital de St Nazaire pour rattraper l’erreur médicale flagrante du service d’urgence, je confirme que le personnel du bloc opératoire et le personnel soignant post opératoire s’est comporté de manière exemplaire (infirmières et infirmiers). Je suis très reconnaissant envers cette profession que je qualifie d’admirable. J’en ai d’ailleurs fait part directement à ce personnel très méritant que nous apprécions.
Cela fait des années que toute notre nation est touchée par une situation qui se dégrade à très grande vitesse. C’est pourtant bien dans les urnes que notre destin se joue. Ne jamais prendre cette opération à la légère le jour venu, la négliger et surtout ne pas faire le bon choix débouche inévitablement sur ce que l’on subit depuis des décennies. Il devient très urgent de réagir efficacement. La prochaine échéance est d’une importance capitale. Ne pas se laisser influencer par la désinformation nuisible diffusée à grande échelle et à longueur de journée par de grands médias peu scrupuleux. La situation est très grave, nous devons retrouver la maîtrise de notre pays. Alors, stop ou encore?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter