Saint Nazaire Infos

Saint-Nazaire : le collectif «  ils ne nous feront pas taire » a analysé la décision de la procureure

Pour le collectif c’est un message positif pour les lanceurs d’alertes, toujours les mêmes difficultés pour les femmes.

" Le 28 juin dernier la procureure de la république annonçait qu'elle classait les deux enquêtes ouvertes concernant un viol présumé, mettant en cause Martin Arnout et celle concernant la plainte en diffamation déposée par ce dernier à l’encontre de Laurianne Deniaud. 

Nous tenons à ce que les distinctions posée dans les  décisions de la procureure de la République ne soient pas passées sous silence dans le débat public.

L'enquête ouverte sur un viol présumé a été classée faute de preuves pour pouvoir caractériser l'infraction. Est-il nécessaire de rappeler ici que seulement une femme sur 10 qui se dit avoir été victime de viol porte plainte dans notre pays et, de celles-ci, seulement 1 sur 10 obtient réparation devant la justice ? Notre collègue a pour le moment choisi de ne pas porter plainte. Il lui reste plusieurs années pour le faire. Le temps de la réparation, celui de la justice, n'est pas le temps du quotidien de travail ou de l'agenda politique. Nous respectons pleinement son choix.

L’enquête ouverte suite à la plainte en diffamation a été classée car « des poursuites lui apparaissent inopportunes ». Nous saluons cette décision qui est un message important à toutes les femmes et à tou.te.s les lanceur.se.s d’alerte. Nous pensons d’abord à toutes les femmes qui se taisent, qui ont honte ou qui ont peur. Elles ne sont obligées à rien, mais un chemin s’ouvre pour que ce soit la parole et non plus le silence qui les protège.

Ces décisions interviennent plus d’un mois après la création du collectif #ilsnenousferontpastaire. Femmes et hommes élu·es de différentes sensibilités politiques, nous avons voulu lever le voile sur des méthodes d’un autre siècle qui avaient encore lieu à Saint-Nazaire comme dans toute la France : « être sourd à la parole de lanceur-ses d’alerte en soutien à des femmes victimes »,  suite à la plainte en diffamation.

Depuis ce 29 mai 2019 beaucoup d’expressions nazairiennes mais plus largement ligériennes et nationales sont venues nous soutenir dans notre combat pour libérer et respecter la parole des femmes. Nous tenons à les remercier toutes et tous, citoyen·nes, femmes et hommes d’ONG, d’associations, de parti politique de sensibilités différentes (nous dénonçons toujours l’hypocrisie absolue des prises de position du RN, un parti qui a voté contre tous les textes majeurs sur les droits des femmes), engagé·es ou non. Merci à vous tou·tes de nous avoir épaulés durant ce mois difficile.

Ce n’est pas nous qui avons placé cette question sur le terrain judiciaire et médiatique. Nous le rappelons, notre unique but a toujours été d’accueillir la parole de notre collègue, de permettre aux femmes de parler, qu’elles puissent se sentir libres de le faire et soutenues dans leurs démarches. 

Pour permettre aux femmes de s’exprimer en tout anonymat, pour favoriser la prise de conscience collective et donc partager l’urgence des actions à mettre en oeuvre, comme nous le demandons depuis plusieurs semaines, nous réitérons notre demande de voir une enquête impartiale et objective à la ville et à l’agglomération menée par un tiers extérieur spécialiste des violences sexistes et sexuelles dans les plus brefs délais. 

L’avenir politique individuel des femmes et des hommes de ce collectif sera aussi divers que le parcours qui nous a rassemblé. Mais indépendamment des échéances électorales et des intérêts partisans, notre vigilance et notre volonté commune de lutter contre les violences sexuelles et sexistes dans la ville perdureront."

Natalie Baer - Fabrice Bazin- Hervé Braire - Gaëlle Bénizé-Thual - Gaëlle Betlamini - Laurianne Deniaud, - Pascale Hameau - Régine Le Bail - Yvon Renévot, - Catherine Rougé - Sarah Trichet-Allaire.

14/07/2019 | 6 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 14 juillet 2019 à 09h28 par Charles
Bravo pour votre action et votre détermination !!! Il reste à espérer que les électrices et électeurs sauront se souvenir de cet événement au moment de déposer leur bulletin de vote...
#2 - Le 14 juillet 2019 à 11h37 par Homard maTuer, St Naz
Il était une fois une petite langouste qui fricotait depuis longtemps avec un gros homard, ce homard beau fruit de la mer au palmarès éloquent se lassa de la petite langouste

Et ce qui devait arriver arriva
#3 - Le 15 juillet 2019 à 09h32 par boris
Que c'est affreux et lourd à lire l'écriture inclusive...
#4 - Le 15 juillet 2019 à 21h11 par DJW
Le préalable à cette histoire c'est un dépôt de plainte parce que la Justice reste la seule souveraine en la matière.

On ne peut que regretter que des élues de la République passent à côté de ça.
#5 - Le 17 juillet 2019 à 10h11 par Moyon, Saint-nazaire
#4 La justice s'est prononcée:circulez, il n'y a rien à voir.
#6 - Le 17 juillet 2019 à 19h18 par DJW
Prononcée sur quel motif ?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter