Saint Nazaire Infos

Saint-Nazaire : la cité sanitaire met en place le passe sanitaire

La loi relative à la gestion de l’état d’urgence sanitaire du 5 août 2021 a été validée par le Conseil Constitutionnel et publiée au journal officiel du 6 août. Un décret est venu en préciser l’application le 7 août 2021. Cette loi prévoit notamment l’obligation de disposer d’un passe sanitaire, à compter du lundi 9 août 2021, pour accéder à un établissement de santé pour les accompagnants, visiteurs, patients accueillis hors situations d’urgence. Les actions mises en place par les établissements de la Cité Sanitaire sont donc les suivantes :

Site de la Cité Sanitaire :

- A compter du 11 août, des vérifications sont opérées auprès des patients majeurs accueillis (consultations/hospitalisations), des accompagnants et des visiteurs. Des agents, postés aux différents points d’entrée de la Cité Sanitaire sont en charge de ces vérifications. Ils pourront demander au public un justificatif de schéma vaccinal complet, de test négatif PCR ou antigénique de moins de 72h, ou un certificat de rétablissement de la COVID 19 de plus de 11 jours et de moins de 6 mois.

L’accès aux urgences générales n’est pas conditionné par la présentation du passe sanitaire.

Les horaires de visites évoluent, et sont possibles tous les jours, sans rendez-vous, entre 13h et 20h.

- A compter du 16 août 2021, un contrôle systématique sera mis en place à l’entrée de la Cité Sanitaire.

Site d’Heinlex :

Depuis le 9 août, différents points de contrôle du passe sanitaire ont été mis en place et l’organisation retenue pour l’accès aux différents bâtiments est :

- Pour les patients, il est rappelé qu’un test PCR de moins de 72h est requis pour les admissions en EHPAD et USLD et les hospitalisations temps plein en psychiatrie

- Pour les visiteurs et accompagnants, les passes sanitaires seront contrôlés par des professionnels de l’hôpital

Sites extérieurs :

Pour les centres médicaux psychologiques, les accompagnants sont invités à patienter à l’extérieur.

Une communication dédiée a ainsi été mise en place pour les patients et les usagers sur les différents outils à disposition (site internet, réseaux sociaux et affichage) dans les établissements de la Cité Sanitaire.

Depuis le 9 août, la mise en place du passe sanitaire pour accéder aux établissements de la Cité Sanitaire est placée sous le signe de la pédagogie afin d’inciter les patients accueillis, les accompagnateurs et les visiteurs à se faire vacciner.

Les différents moyens à disposition seront ainsi rappelés :

 La réalisation d’une PCR est possible au drive de l’hôpital, ainsi que dans les centres de dépistages et laboratoires de ville.

 La réalisation d’un test antigénique dans les pharmacies de ville

 La vaccination est possible dans les différents centres de vaccination (des rendez-vous sont actuellement possibles sous 48h)

Afin de communiquer ces informations aux usagers, un flyer leur sera remis.

L’application du passe sanitaire ne doit pas se traduire par un renoncement aux soins des usagers. A cet effet dans différentes situations prévues par la réglementation (soins urgents, mineurs, majeurs protégés, décision d'un représentant de l'encadrement médical ou soignant …) des dérogations seront accordées.

La loi du 5 août 2021 instaure également l’obligation vaccinale contre la COVID-19 pour les professionnels hospitaliers. Les établissements de la Cité sanitaire se mettent en ordre de marche afin de répondre à cette obligation.

Auteur : communiqué | 12/08/2021 | 10 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 19 août 2021 à 16h01 par Chloé, Sant-nazaire
Le gouvernement ne montre aucun signe de faiblesse ! Nous devons maintenir et amplifier la mobilisation pour obtenir le retrait du dispositif "Pass-Sanitaire" et la fin de ce système discriminatoire, injuste et liberticide !
Pour les professions soumises à l’obligation vaccinale (hospitaliers, pompiers, gendarmes, et combien d’autres à venir comme les serveurs/euses, etc… ?) les premières conséquences de l’application de la loi du 5 aout -dites de « gestion de la crise sanitaire »- tombent violemment : menaces, suspensions, mises à pied, non versement de salaire, et bientôt licenciement sans aucune indemnité de chômage !
Ce sont des milliers de familles qui vont prochainement se retrouver sans revenu et sans avenir professionnel, parce que non-vaccinés ! C’est scandaleux !
En réponse à l’appel du Collectif de Soignant-e-s de l'Hôpital de Saint-Nazaire, composés pour l’instant de 277 professionnel-le-s (soignant-e-s publics, privés et pompiers réunis) qui s’organisent pour résister à l’application du PASS sur leurs lieux de travail, le départ de la manifestation du samedi 21 aout se fera devant l’hôpital/ Cité sanitaire
#2 - Le 21 août 2021 à 17h13 par Chloé, Saint-nazaire
Erreur c'est 230 et non 277 pour le collectif, voir ci-dessous.

"C’est a priori le premier cas de suspension professionnelle de soignant à Saint-Nazaire pour cause de refus de pass sanitaire.

L’accès aux soins pour tous
Cette infirmière travaillant au centre d’autodialyse de Saint-Nazaire, au sein de l’immeuble Cap santé, ne voulait pas de cette obligation pour elle-même mais aussi pour revendiquer l’accès aux soins pour tous.

Une prise de position qui a amené son employeur, l’association Echo, à la suspendre.

Un collectif de 230 membres
Par solidarité, le Collectif des hospitaliers (& co) de Saint-Nazaire contre le pass-sanitaire, réunissant pas moins de 230 membres, a organisé un pique-nique lundi 16 août au cours duquel des soignants ont pris la parole. "
#3 - Le 23 août 2021 à 10h04 par Moyon, Saint Nazaire
Oui à l'obligation du pass sanitaire pour les personnels soignants !
#4 - Le 23 août 2021 à 14h43 par Damian, 44600
Chloé, je n'ai pas aimé votre réponse à Moyon. Elle est argumentée, mais pas respectueuse. Or nul n'avancera sans respect de la parole de l'autre.
Comme vous j'exècre ce gouvernement et ses méthodes tordues.
Comme vous je suis un ardent défenseur des libertés individuelles ET collectives.
Mais on ne peut nier la nécessité du vaccin : je suis arrivé en France à 6 ans en 1959. Mon père était tuberculeux et nous étions très surveillés, tous les enfants étaient vaccinés à l'école, et la tuberculose a été erradiquée. A l'époque dans presque toutes mes classes il y avait un enfant atteint de poliomyélite ; nous avons été tous vaccinés et la polio a disparu. Alors oui, réclamons des moyens, une meilleure prévention, le retour de la médecine à l'école et au travail ! Battons-nous pour que l'on ne laisse plus les grands labos se partager ce marché juteux, mais de grâce ne ralentissons pas les vaccinations ! Les victimes des vaccins (il y en a hélàs) se comptent par centaines, les vies sauvées se comptent par millions !
Voilà pourquoi je ne participe pas aux manifs avec vous.
Je ne veux pas mêler ma voix à celles des gentils hurluberlus new-âge (dans le meilleur des cas), ou des fachos identitaires ou autres, qui exploitent toutes les peurs.
Quand on a rendu la ceinture de sécurité obligatoire, il s'est trouvé des automobilistes (dont moi, j'avoue) pour protester contre cet "excès de prudence" qui nous créait des obligations, coûtait cher et nous pourrissait la vie... Aujourd'hui, je ne connais pas un parent qui démarre sa voiture sans vérifier que les enfants sont bien attachés... Et c'est heureux, car la santé n'est pas un choix personnel : pour moi, c'est un droit et un besoin collectif.
Aussi, chère Chloé, je veux vous dire mon admiration pour la combativité de la jeunesse et son désir de résistance. Sincèrement. Mais quelquefois il faut prendre du recul pour peser ses actes et TOUTES leurs conséquences, et surtout ne pas se tromper d'adversaire.
Salut et Fraternité
#5 - Le 24 août 2021 à 08h01 par Chloé, Saint-nazaire
#4 On l' a déjà vu avec les gilets jaunes et ça se reproduit encore, les mouvements sociaux chimiquement purs n'existent pas.Les mouvements actuels du samedi remettent en cause sous des aspects divers la politique gouvernementale. Après qu'il y ait des choses plus que discutables, c'est évident.
#6 - Le 29 août 2021 à 10h07 par Candidat
@Chloé

Difficile de voir la logique dans
Votre démarche.

Q :Pourquoi ne voulez pas du pass?
R: Il est liberticide et discriminatoire

Q: pourquoi est il liberticide et discriminatoire ?
R: parce qu'il impose que je sois vacciné pour retrouver ma liberté.

Q: Pourquoi refusez vous le vaccin.?

R1 mais je suis vacciné ( ???)

R2 : je ne fais pas confiance aux....

Q: pourquoi ne faites vous pas confiance aux...
R: .......

La on aimerait pouvoir avoir la ou les réponses afin de continuer le débat.
Parce qu'en ce qui concerne les pro-pass , on sait qu'on ne peut avoir confiance aveuglément, mais on sais aussi faire la balance bénéfice/risque pour conserver notre liberté, avec pass , comme on a la liberté de conduire avec un permis.
#7 - Le 30 août 2021 à 08h15 par Chloé, Saint-nazaire
#6 Discussion difficile avec vous.Votre point de départ, c'est hors du vaccin point de salut. A partir de là, vous refusez de voir que la lutte contre le covid est bien plus complexe.
#8 - Le 31 août 2021 à 10h43 par Moyon, Saint Nazaire
La lutte contre le covid est rendue d'autant plus complexe qu'il y a trop d'individus qui refusent le vaccin dont il est prouvé qu'il limite la propagation du virus.Ces individus sont ceux qui brandissent l'atteinte à LEUR liberté individuelle en s'asseyant hypocritement sur celle de des autres.
#9 - Le 31 août 2021 à 18h47 par Chloé, Saint-nazaire
Voici un exemple parmi d'autres où les bibliothécaires préconisant la jauge de 50 au lieu du pass.

"Ce lundi, deux médiathèques de quartier sur trois ont affiché portes closes à La Rochelle (Charente-Maritime). Les agents en grève protestent contre l’obligation de devoir contrôler le pass sanitaire eux-mêmes à partir du 30 août. Ils souhaitent que « la lecture et la culture restent accessibles à tous »."
#10 - Le 31 août 2021 à 19h55 par Chloé, Saint-nazaire
Moyon. Ce n'est pas moi qui le dit mais l'Organisation Mondiale de la Santé citée par un lecteur dans Ouest-France de ce mardi.
"L'OMS avait en début d'année mis les dirigeants du monde en garde contre la création de passe-ports vaccinaux. Que de nombreuses recherches aient montré que les personnes vaccinées peuvent transmettre le virus et que ces passeports vaccinaux pourraient être comparés à des permis d'infecter sans être soi-même malade, n'a rien changé à la situation"
Les jours qui viennent vont sûrement mettre à mal les tenants de la pensée unique. Il faudrait aussi un vaccin contre la pensée unique. La "liberté" Moyon, voyez-vous c'est dans la vie pratique qu'elle se joue et pas dans les formules ronflantes et toute faites de liberté individuelle et liberté collective.On peut tuer la liberté au nom de la liberté avec des formules générales. La vie est plus complexe et je pense que les jours à venir vont le démontrer.Evidemment les tenants du pass sanitaire pourront toujours mettre la situation sur le dos "des individus". Le caractère méprisant de ce terme parle de lui-même.Au Moyen-Age les anti-pass auraient fini sur le bûcher.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter