Saint Nazaire Infos

Saint-Nazaire Hôpital : Alerte ! plus d’hospitalisation faute de lits

Le syndicat CGT du Centre Hospitalier de Saint-Nazaire vient d' exprimer ses plus vives inquiétudes concernant la situation de prise en charge des patients de notre territoire.

En effet, le samedi 4 janvier dernier, en dehors de toute cause épidémique, notre hôpital s'est retrouvé avec 90 patients au sein du service des Urgences adultes et plus aucune possibilité d'hospitalisation, faute de lits.

Une unité supplémentaire n'a pas pu être ouverte, en lieu et place de l'Unité de Soins Palliatifs actuellement fermée, faute de médecins.

65 patients, en attente de place en service de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR), occupaient des lits dans les services du Centre Hospitalier.

Du fait des vacances et d'un manque de médecins, des lits de SSR étaient à nouveau fermés dans les autres établissements du territoire (Clinique Mutualiste de l'Estuaire, Centre de SSR Le Bodio, L(Hôpital Intercommunal de la Presqu'Ile).

La décision prise par la Direction, en concertation avec l'ARS, a été de transférer certains patients au CHU de Nantes, qui fort heureusement avait des lits disponibles, et de limiter l'accès aux Urgences du Centre Hospitalier aux urgences vitales et aux prises en charge de patients ne nécessitant pas d'hospitalisation. 

Notre syndicat regrette que la Direction et l'ARS n'ait pas opté pour le déclenchement d'un plan blanc, ou tout du moins pour la réquisition de médecins,  pour ouvrir l'unité supplémentaire. Nous estimons que la décision prise a engendré une perte de chance pour les patients de notre territoire et a généré des conditions de travail indignes pour les personnels des Urgences adultes.

Cette situation démontre encore une fois que notre établissement nécessite une augmentation de sa capacité en lits d'hospitalisation, car l'afflux de plus en plus important de patients lié à l'augmentation de la population, mais également les fermetures régulières des lits de SSR du territoire, vont à nouveau se produire. De plus, cette augmentation capacitaire doit s'accompagner du recrutement de personnels médicaux et paramédicaux supplémentaires.

Notre syndicat redoute les semaines à venir avec l'arrivée de l'épidémie grippale.

 Une nouvelle unité temporaire pré-SSR de 15 lits a été ouverte le  vendredi 10 janvier. La CGT accueille positivement cette décision mais tient à souligner que c'est encore une fois une décision temporaire !

Notre syndicat demande donc que des décisions pérennes soient prises dans les plus brefs délais. Nous avons transmis un courrier en ce sens à Monsieur Couvreur, Directeur du Centre Hospitalier, à Monsieur Coiplet, Directeur de l'ARS des Pays de Loire, à Monsieur Samzun, président du Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier, au Préfet de Loire-Atlantique, ainsi qu'aux députés et sénateur du territoire.

13/01/2020 | 1 commentaire
Article suivant : « Le cinéma Jacques Tati reçoit Edwy Plenel »

Vos commentaires

#1 - Le 15 janvier 2020 à 15h54 par Moyon
Je soutiens complètement les mouvements des soignants de tous les niveaux d'intervention, au sein des hôpitaux publics.
Néanmoins, je m'interroge sur le fait que leurs représentants semblent limiter leurs revendications aux seuls manques de lits et de personnels...

Je sais qu'ici, certains expliquent souvent que la reprise de la part "privée" par le secteur public serait un remède aux difficultés de la Cité Sanitaires nazairienne.

Pourrait-on me dire à quand remonterait un audit extérieur sur la lourdeur administrative des services ? Sachant que l'hôpital public est le premier employeur de St.Nazaire, plus que la navale et l'aéronautique, n'y aurait-il pas lieu de s'interroger sur le nombre de cadres figurants ds l'organigramme et agents administratifs ? La représentation syndicale n'en fait jamais état puisque, par postures, il faut toujours défendre le "plein emploi" voire en réclamer davantage ...

J'ai eu ausssi l'occasion de poser la question du rôle des établissements privés: pourquoi n'exige-t-on pas un niveau d'intervention compris W.E et fériés (en particulier au niveau "bobologie") pour soulager l'engorgement récurrent des urgences?
Pourquoi ne pas leur imposer une part de participation aux examens, aux diagnostiques voire aux soins?
Comment expliquer le monopole d'un groupement privé de radiologie faisant "la pluie et le beau temps" sur toute la presqu'ile? Comment expliquer que des généralistes de ville s'organisent pour, d'une part refuser de nouveaux patients et d'autre part bloquer leur consultations dès le jeudi.
Certains cabinets exerçant en zône "détaxée" recevant ou ayant reçu des aides publiques planifient presque un nouveau désert médical à St.Nazaire alors qu'ils n'ont jamais été aussi nombreux !!!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter