Saint Nazaire Infos

Saint-Nazaire dit au revoir à la Coupe de France

Brillants pendant deux sets, les Nazairiens ont fini par céder face à Avignon, dernier de Ligue A (2-3). Trop inconstant, le SNVBA est éliminé dès les seizièmes de finale de la compétition.
Credit photo Jean Brouwer Face à une équipe pourtant à leur hauteur, les Nazairiens de Robin Tossato ont craqué dans les moments décisifs.
Credit photo Jean Brouwer Face à une équipe pourtant à leur hauteur, les Nazairiens de Robin Tossato ont craqué dans les moments décisifs.

Gilles Gosselin l’entraîneur nazairien, ne faisait pas de cette coupe de France sa priorité. José Amet, coach d’Avignon non plus, considérant même dans les colonnes de Ouest-France cette rencontre du deuxième tour comme « une bonne séance d’opposition. » Dès lors, entre le dernier de Ligue A (seulement une victoire) et le premier de Ligue B (seulement une défaite), on pouvait s’attendre à une partie indécise.
À l’issue des deux premiers sets, Saint-Nazaire était pourtant largement maître de son sujet. Grâce notamment à Mickaël Andreï et Robin Tossato, le SNVBA remportait assez sereinement les deux premières manches (25-17, 25-19). Dans le camp d’en face, les pensionnaires de l’élite semblaient complètement hors du coup techniquement comme dans l’envie. Avec seulement sept joueurs aptes, José Amet était également très limité dans ses rotations. En difficulté au bloc, en réception comme au service, les Avignonnais, défaits dimanche soir en championnat par Rennes (3-1) en championnat, paraissaient bien trop limités pour pouvoir s’imposer et se qualifier pour les huitièmes de finale.
Les Sudistes démarraient pourtant le troisième set de meilleure manière (1-4). Le pointu lituanien Arvydas Miseikis, aperçu à deux reprises sous le maillot nazairien il y a deux saisons, prouvait qu’il n’était pas le deuxième marqueur de Ligue A pour rien. Avec la complicité d’Edward Frontin, il réveillait les siens. Menés 17-14, ils s’offraient un 1-6 pour finalement prendre l’ascendant (18-20). Saint-Nazaire sauvait une balle de set avant de céder sur une attaque manquée de Jason De Rocco.
 

Un duel de pointus

Très serrée, la quatrième manche donnait lieu à un extraordinaire duel de pointus. Lionel Coloras répondait coup sur coup aux points gagnants de son alter-ego Arvidas Miseikis. Le Nazairien glanait ainsi 13 des 21 points gagnés par son équipe, 10 sur 18 pour le Lituanien (dont la balle de set). Saint-Nazaire avait pourtant le set en main, mais commettait à 22-21 par Coloras, Tosatto et De Rocco trois fautes directes qui l’obligeait à jouer un tie-break.
À 8-4 pour Saint-Nazaire dans la cinquième manche, tout portait à croire que le match n’échapperait pas aux locaux. Mais comme lors des deux sets précédents, ils finissaient par bafouiller leur volley et commettaient d’invraisemblables fautes. Menés 12-10, les Avignonnais recollaient. Miseikis (30 points, meilleur marqueur de son équipe) profitait d’un énième raté nazairien pour s’offrir une balle de match. Coloras sauvait la première mais Avignon finissait par s’imposer sur une attaque manquée de De Rocco, décidément peu en réussite sur les ballons décisifs.
« On a joué avec nos moyens mais on s’en sort avec les tripes après avoir été archi-dominé pendant deux sets » analysait l’entraîneur avignonnais. Malgré la défaite et le scénario du match, Gilles Gosselin ne voulait, lui, pas parler de déception. « Certainement pas ! J’aurai été déçu si on avait été réguliers sur la totalité des sets mais ça n’a pas été le cas. On a manqué d’agressivité sur la fin des trois dernières manches. On a joué deux bons sets mais après on s’est relâché et on l’a payé cash. Mais ce n’est pas une catastrophe d’être éliminé par une équipe de Ligue A. Nous sommes en Ligue B, il ne faut pas l’oublier. »
Leader de son championnat, le SNVBA tentera de conserver son leadership dès samedi avec la réception d’Harnes (8e). En tâchant, cette fois, de ne pas craquer dans les fins de set.


SNVBA – AVIGNON 2-3 (25-17 en 20’, 25-19 en 21’,24-26 en 27’, 23-25 en 25’, 16-14 en 17’).
SNVBA : Lecoq 7, De Rocco 15, Andreï 19, Tosatto 14, Holly 2, Coloras 31 puis Soleilland. Libero : Lanta.
 

Auteur : GL | 28/11/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Volley : Une victoire aux forceps pour le SNVBA »
Article suivant : « Basket : Saint-Nazaire battu à domicile par la lanterne rouge »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter