Saint Nazaire Infos
  • 2020

Saint-Nazaire : depuis les soupçons d’agression sexuelle 26 élus soutiennent l’attitude du maire

Dans cette lamentable affaire, il y a ceux qui prennent position pour la victime et contre le « laxisme du maire, » les 26 qui volent au secours de David Samzun en cosignant une tribune, et les poltrons qui ne disent rien.

Il est clair qu' à 10 mois des municipales David Samzun est déstabilisé par cette affaire, mais aussi par ses tergiversations politiques qui lui valent d’avoir, sous réserve d’investiture, une liste En Marche en face de lui.

Les 26 signataires  qui volent à la rescousse précisent "Nous, femmes et hommes, élu.e.s de la majorité municipale, estimons que la préservation des personnes et le respect de la présomption d’innocence doivent conduire à n’être ni juge, ni avocat", et d’ajouter, "lorsque notre collègue s’est exprimée auprès de quelques-unes d’entre nous, elles l’ont écoutée puis accompagnée vers le Maire. Porter plainte n’était pas la volonté de notre collègue."

Les élus précisent que le maire, David Samzun "a écouté et respecté son choix. Il n’est cependant pas resté inactif et a indiqué les ressources disponibles à notre collègue, organisé la vigilance des services, recherché d’éventuels autres signalements auprès d’une association référente, mobilisé deux membres de son cabinet pour qu’elles demeurent attentives au vécu de notre collègue."

"C’est pourquoi, nous ne pouvons accepter d’entendre le flot continu d’attaques infondées contre le maire et l’homme, David Samzun", "Nous ne pouvons pas cautionner ces prises de parole à charge contre un homme qui, au quotidien, défend des valeurs auxquelles nous sommes profondément attachés",écrivent les 26 signataires suivants :

 

Céline Girard-Raffin

Lydie Mahé

Béatrice Priou

Françoise Lestien

Emmanuelle Bizeul

Dominique Trigodet

Virginie Boutet-Caillé

Pascale Hassane

Jacqueline Rica

Lydia Mantzoutsos

Pascale Clément

Maribel Létang-Martin

Xavier Perrin

Jean-Luc Séchet

Patrice Bulting

Jean-Jacques Lumeau

Jean-Luc Guyodo

Christophe Cotta

Frédéric Lecomte

Jean-Marc Allain

Saïd Merniz

Vincent Séguéla

Alain Geffroy

Eric Provost

Kada Mahour

Alain Manara

18/06/2019 | 4 commentaires
Article précédent : « Saint-Nazaire : le collectif #ilsnenousferontpastaire répond à la tribune des 26 de la majorité »
Article suivant : « Christophe Clergeau PS soutien #ilsnenousferontpastaire »

Vos commentaires

#1 - Le 19 juin 2019 à 10h51 par shogun, St Nazaire
Marx,Lénine, Staline au secours
Tes enfants sont devenus fou !

Regarder de plus près la position des communistes au conseil municipal sur le soutien au maire, les couteaux sont de sortie, entre les cocos (municipaux), les cocos (historique)

Peur pour certains et même terreur de ne pas être réélus n'est ce pas Manara (le grand muet du conseil)il ne sert à rien mais la place est bonne

Nous espérons donc une disparition totale et définitive des petits fils de Staline du prochain conseil municipal
#2 - Le 19 juin 2019 à 17h06 par Salmon, Saint Nazaire
Plausible d’avoir deux listes venant de ces deux groupes qui s’opposent.
Une porte ouverte pour la liste Macron ?
S’il n’y a rien de fait au niveau de la justice, quelle ambiance ces prochains mois....
#3 - Le 19 juin 2019 à 21h55 par endoxa
La maison brûle - épisode 2

Que d'énergie déployée pour exonérer le maire de ses responsabilités.

Pourtant cette déclaration est époustouflante !

Les 26 élus reconnaissent ici leur connaissance de faits graves, et d'une victime en soulignant qu'elle n'a pas souhaité porter plainte.

Et pourtant, sans être juge, dans l'attente de la qualification des faits, aucun mot à l'égard de l'auteur des faits Martin Arnout.

Ces 26 élus couvrent l'inaction de M. Samzun, hormis quelques mesurettes homéopathiques: "l'organisation de la vigilance des services"... à l'égard d'un ou de prédateurs ?

La loi du silence !

Imaginons une telle situation dans une école où un pédophile, bénéficiant de la présomption d'innocence, continuerait à exercer son activité dans l'attente du jugement. Du jamais vu.

Vraiment, le PS nazairien a perdu tous ses repères. On l'a connu plus prompt à condamner pourtant sans aucun jugement (la double condamnation de Cantat lors des Escales... M. Samzun ne semblait pas respecter le fait que M. Cantat avait purgé sa peine).

Lire dans la liste des noms comme celui d'Eric Provost, qui avait tenté de porter une autre voix lors des dernières élections, témoigne de l'effondrement total moral de la municipalité de cette ville.
#4 - Le 20 juin 2019 à 11h16 par Pierre Tranvouez, La Baule
C'est à la justice de régler le probleme.

La "présumée" victime ne porte pas plainte et joue entourée d'un orchestre, la femme bafouée.
On voudrait une justice sociale? une justice médiatique? une justice politique? Motivé par la pression et les rumeurs?
C'est le retour délirant des tartuffes et des prévots.
D'autres diront que c'est un coup politique, pas bien malin.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter