Saint Nazaire Infos

Rugby : Le Sporting nazairien obtient une nouvelle victoire bonifiée

Après Morlaàs et un repos forcé, le SNR a eu la bonne idée de vaincre son plus proche poursuivant Saint-Junien qui s’en retourne en terre limousine sans bonus. Les Nazairiens avec à nouveau cinq points dans leur besace peuvent voir venir. Le prochain voyage périlleux chez les voisins de Vannes peut être préparé dans la sérénité

La victoire était importante. Dans un bon esprit, le match a été agréable et sérieux.
Le début de la rencontre justifiait les craintes nazairiennes face à l’enjeu. Sur une pelouse parfaitement jouable, suite à un radoucissement salvateur et une autorisation de jouer bienvenue de la part de la municipalité, l’entame était un peu hésitante. Les rouge et noir poussaient Saint-Junien dans leurs 22 m et dès la 4’ Dorbeaux manquait complètement une pénalité apparemment facile. Ce sera la seule.
Souvent pénalisés en mêlée ordonnée, les Nazairiens grâce à une bonne défense contenaient les Limougeauds privés de leurs deux internationaux géorgiens. À la 16’, l’arrière intercalé Omondi sur un contre est tout prêt de conclure. Sur la mêlée fermée qui suit, un départ au ras sur la droite permet à Brau, (devenu papa d’un petit Louis dans la nuit) de fêter l’événement en aplatissant en bonne position. Sans difficulté Dorbeaux passait la transformation 7-0 (17’).  Mais les Saint-Juniauds ont du potentiel et profitent des fautes nazairiennes. Debrach, face aux poteaux, réduit le score sur pénalité 7-3 (21’). Et, à la 30’ sur un ruck*, un Nazairien est surpris à plonger au-delà et Debrach des 40 m légèrement sur la gauche  rapproche son équipe à 7-6. Saint-Junien restera bloqué définitivement à ce score.
Le pilier Kerdrain, sur une belle charge et Kanoukounou impérial en touche sonnent la révolte. Les Nazairiens sont supérieurs dans la conquête et deviennent plus à même de faire du jeu notamment avec les lignes arrières moins timorées. Cette domination se concrétise au tableau avec deux pénalités de Dorbeaux à la 32’ et 39’. La pause est sifflée sur la marque de 13-6 en faveur des locaux devant environ 2 000 spectateurs ravis.

Plus qu’une équipe sur le terrain

La seconde période débutait on ne peut mieux pour le SNR. Un groupe pénétrant amène le pack à 2 m de la ligne face aux poteaux qui pousse les visiteurs à la faute. Dorbeaux ne laisse pas passer l’aubaine 16-6 (41’). Saint-Junien fait tourner son banc. Rien n’y fait. Dorbeaux sur un hors-jeu adverse augmente son compteur personnel et permet aux siens d’aggraver l’addition 19-6 (51’).
Sur un nouveau maul très efficace, une belle pénétration de Kuruvoli lui permet d’aplatir dans l’embut avec pour complément la transformation de Dorbeaux très habile pour passer le cuir entre les perches 26-6 (56’). Il n’y a plus qu’une seule équipe sur le terrain. Il ne reste plus au SNR qu’à aller chercher le bonus offensif. Plusieurs fois, sur le côté droit, les Nazairiens sont à deux doigts de réussir ; il faut attendre la 67’pour voir Omondi, sur un renversement, s’intercaler de belle façon et venir poser le cuir presque sans opposition tout près des poteaux. Tel un métronome, Dorbeaux fixe définitivement le score, sans appel, à 33-6 (67’).
Le final est moins consistant. Les Nazairiens accumulent les fautes inutiles. Saint-Junien vexé d’une défaite cuisante est tout prêt d’annuler le bonus nazairien. Au grand soulagement du public l’arbitre la fin des débats sur une marque inchangée.

J’ai honte de mes joueurs

Philippe Marocco, ex-joueur international, ne mâchait pas ses mots à l’issue de la rencontre. « J’ai honte. Vous n’avez pas vu le vrai visage de Saint-Junien. Nous n’étions dans le combat. Dommage. Nous n’avons pas d’excuse. L’absence de nos Géorgiens n’en est pas une.  Le SNR était plus véloce. Nous avons été corrigés. Ça fait trois ans que je n’ai pas pris 30 points. Toute la semaine nous avons travaillé en salle, mais quand il tombe trois flocons, on décide de ne pas venir à l’entraînement, c’est une faute qui ne pardonne pas ».

Chez les Nazairiens, autre discours bien évidemment. Laurent Leflamand, lui aussi ex-international, savourait « Quel pied ! Félicitations à mes joueurs. Pourtant bizarrement, nous avons eu du mal à nous mettre dans le match. Nous étions bons en conquête mais eux ont truqué en mêlée. Il fallait les déplacer pour finir par jouer à fond. C’est super d’avoir pu jouer ce match ceci grâce à la municipalité. Ces cinq points font du bien. Quel final ! Nous sommes presque à l’abri, c’est magnifique ! ».

Auteur : JLM | 12/02/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Rugby : Le Sporting nazairien au bout du suspense face à Lavaur »
Article suivant : « Le SNR Sporting Nazairien Rugby se met au "vert" »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter