Saint Nazaire Infos

Rugby : Le Sporting nazairien au bout du suspense face à Lavaur

La pelouse du Pré-Hembert était balayée par un vent d’ouest très violent dans son sens longitudinal. Dans ce cas-là les différences techniques sont atténuées et les deux équipes, dos ou face au vent, ont chacun leur mi-temps. Ce fut le cas et le match bascula à l’ultime instant sur une bévue monumentale des visiteurs. Quel suspense !

Face au vent, les Nazairiens assuraient une belle entrée en matière. Suite à une pénaltouche de Dorbeaux, le gain du lancer en touche était suivi de plusieurs renversements d’attaque et  Kuruvoli sur une jolie passe sur un pas amenait Brau aplatir en coin empêchant la transformation aux pieds des poteaux 3’ (5-0).  « Nous avons  marqué trop vite » reconnaissait l’entraîneur des rouge et noir Laurent Le Flamand. Après coup, il avait raison.
Suite à une entrée sur le côté sur un ruck, les Tarnais par Jalabert réduisaient le score sur une pénalité  (5-3) 5’. C’est lui encore, le nez dans le guidon, qui en tapant juste sous la barre manquait de doubler son score personnel. Sur le reculoire le SNR subissait les temps forts de Lavaur. L’immanquable se produisait alors que le Sporting sauvait sur la ligne. Une mêlée à 5 m Lavaur jouait avec ses lignes arrières et un bras cassé de l’arbitre rapidement joué voyait le ballon filer à l’aile où Fabre posait le cuir. Jalabert en coin transformait (5-10) 10’.

Domination stérile

Très en verve, les visiteurs se montraient réalistes. Perdant trop de ballon notamment en touche, le SNR bousculé contre le vent  perdait pied. Suite à une énorme touche, Jalabert, toujours lui, sur un coup de pied à suivre  envoyait Omez à l’essai transformé par… Jalabert qui ne perdait pas les pédales (5-17) 14’. La cabane était sur le chien pour les Nazairiens.
Pourtant avec Omondi et Kurvoli en fer de lance, les locaux prenaient les affaires en main. Les occasions de scorer se multipliaient, souvent sur des pénaltouches de Dorbeaux étant gêné dans ses tentatives au pied vers les perches. Mais aucune action ne modifiait le tableau de marque. « Nous étions trop fébriles ». Le Sporting allait-il le payer très cher ?  Nous ne le saurons qu’après la pause atteinte sur le retard conséquent de  5 à 17.

 

À chacun son tour

Au retour de la dégustation des quartiers d’oranges et citrons agrémentée des soufflantes des entraîneurs, les joueurs constataient que le vent continuait de souffler dans le même sens. Pour le bonheur des locaux qui allaient être poussés dans le dos pour une remontée soutenue par les supporters. Les grands coups de pieds de « mammouth » des arrières nazairiens fixaient les  visiteurs sur leur terre défensive.  Une pénalité lointaine des 52 m était tentée avec succès par Dorbeaux (8-17) 44’. Avec un pack impérial, le SNR choisissait curieusement la  touche pourtant plus aléatoire. Mais c’était le bon choix. Aux abords des poteaux adverses, une belle passe de Kuruvoli trouvait Krantz qui se proposait d’aplatir dans l’embut (15-17) 52’. Le public, un moment abattu, reprenait espoir. Pourtant les joueurs tarnais sentant le danger et formant une belle équipe, sortaient le bout de leur nez. Le très précis Jalabert plaçait une pénalité en coin refroidissant l’ambiance et leur redonnant de l’air… au tableau (15-20) 58’. À la 63’, Dorbeaux montrait qu’il n’était pas maladroit lui aussi en passant une pénalité en moyenne position (18-20) 63’.

Même pas une motte de terre

Malgré une forte pression, les Nazairiens n’arrivaient pas à s’affirmer et les nombreuses pertes de balle en touche n’y étaient pas innocentes. À la 72’ Dorbeaux était pris en défaut en manquant une pénalité en apparence facile. Etait-ce la balle de match ? Et bien non. Sur un maul écroulé, Dorbeaux passait le cuir entre les perches 21-20 (76’). Le stade exultait. La 4e victoire d’affilée était là.
Mais Lavaur ne l’entendait pas ainsi. Vexés après avoir mené pendant presque toute la rencontre, ils se ruaient à l’assaut de la ligne adverse. À la 79’, dans un silence glacial, l’arbitre accordait une pénalité, pour une cause inconnue dont lui seul avait déterminé la réalité, sur les 22 m face aux poteaux. Le cadeau immanquable. Un minime ne peut rater ce coup de pied. Pourtant, le fameux Jalabert avait rejoint le banc, et son malheureux remplaçant Duroueix, sans avoir l’excuse d’avoir tapé dans l’herbe, manquait la pénalité. Le SNR gagnait le match par la plus petite des marges. Les spectateurs ayant des faiblesses cardiaques n’avaient plus qu’à rejoindre, à la hâte,  la Cité sanitaire jouxtant la pelouse inaugurée la semaine précédente.
Laurent Le Flamand reconnaissait la valeur de l’adversaire. « Lavaur est une belle équipe. Nous les avons aidés à se mettre dans le match. Ils ont marqué sur leurs temps forts. Obligés de faire la course derrière, nous sous sommes compliqué la vie. La victoire n’est que plus belle. C’est super pour les joueurs qui vont avoir un peu de repos ».
En face, Philippe Carayon avouait sa déception. « Nous voulions effacer notre grosse déconvenue à Saint-Médard. Saint-Nazaire est sur de bons rails et ils nous ont pris à froid. Nous avons été  réalistes en première période mais nous avons mal géré les dix dernières minutes. On pouvait gagner ici, mais ils pouvaient gagner chez nous. Un partout balle au centre ».

Score final : SNR bat Lavaur 21 à 20
SNR – Essais – Brau (5’); Krantz (52) ;  Pénalités Dorbeaux (44’) ; (63’) ; (76’); Transformation – Dorbeaux (52’)

Lavaur : Essais - Fabre (10’) ; Omez (14’) ;   Pénalité Jalabert (5’) ; (58);  Transformations – Jalabert (10’) ; (14’)
 

Auteur : JLM | 04/03/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Les résultats sportifs de Saint-Nazaire : Le SNVBA poursuit sa moisson de succès »
Article suivant : « Rugby : Le Sporting nazairien obtient une nouvelle victoire bonifiée »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter