Saint Nazaire Infos

Rugby, Fédérale 1: Les Nazairiens reviennent de loin

Le SNR, en ce bel après-midi un peu frisquet mais baigné par le soleil du Pré-Hembert, recevait Dijon. Au club house, un bœuf bourguignon, de circonstance, avait salué la visite de la lanterne rouge pour les convives, habitués de ce rendez-vous dominical.

Seulement, le bon boeuf a eu du mal à passer par la suite malgré l'excellence des spécialistes de la cuisine. Car ce qui aurait pu être un après-midi confortable, une fête après des mois d’abstinence sans victoire à domicile, a failli tourner au cauchemar.
Le SNR, emprunté, maladroit, relâchant ses balles, doutant finalement malgré une prestation pleine d’espoir à Nevers le week-end précédent, passa complètement à côté de son sujet pendant un gros laps de temps. Doute, après cette trop longue absence de succès chez soi (depuis mi octobre), doute sur les possibilités à se mesurer à un dernier, chose sans doute plus traumatisante que l’affrontement avec un leader de poule ? Aller savoir.
Ce fut tout raté au cours d’une première période au cours de laquelle le XV de Bertrand Guilloux aurait dû affirmer sa suprématie. Mais, en dehors de la pénalité inscrite d’emblée par De Cottignies et qui aurait dû donner le ton, on accumula les bévues devant une formation de Dijon, pas inspirée mais très volontaire, accrocheuse, coriace, bref une lanterne rouge venue tenter de sauver sa tête. En face ? Pas grand-chose. On occupait le terrain, sans inspiration, et on se faisait piquer en contre, 3-10, 3-17.
Les points défilaient. A la reprise, il était temps de réagir. Sinon, le SNR mettait un pied en fédérale 2. Grave. Heureusement, un super Debrach, un essai de Parriel pratiquement à l’heure de jeu, une énorme course sur 60 m de Debrach, encore lui, allaient permettre au SNR de sauver la mise et, probablement, sa tête à ce niveau de la compétition. Bertrand Guilloux le dira à la fin de la rencontre. Il y eut 80% d’occupation du terrain par les Nazairiens, 20% en face. Mais les 20 % ont failli réussir l’exploit. Ouf, trois fois ouf…
Bertrand Guilloux reconnaîtra que son équipe revenait de loin. " A l'échauffement, il y avait une certaine fébrilité. En début de rencontre, ils viennent deux fois chez nous et on prend deux essais. Et puis, à la mi-temps, il y a 3-17. On a une chance sur dix de renverser la tendance. On a réussi à passer. Il y a notre occupation du terrain. Seulement, on n'a pas su scorer. Alors, à un moment on a eu le feu au c...", dira Bertrand Guilloux. Un entraîneur lucide mais confiant dans sa troupe. " Si j'ai été inquiet ? Disons que nous avons eu un temps faible au milieu de la premère mi-temps et un autre temps faible lors de la deuxième. Nous n'avons pas su être assez précis. Il y a des journées, comme celle-ci, où tout est compliqué ".
Mais, finalement, le SNR a sauvé sa mise. Grâce, en partie, à son demi de mêlée. " Debrach est bien revenu. C'est du haut niveau. Mais ce sont tous les gars qui ont relevé la tête au bon moment ".
Le SNR a sorti la tête de l'eau. "Nous avions accumulé cinq ou six défaites de suite. Nous avions perdu la saveur de la gagne. Maintenant, nous allons nous rendre à Vannes (NDLR: le samedi 25 janvier à 18 h 30). Nous n'aurons pas de pression ". Ce dimanche soir, le Sporting Nazairien est pratiquement assuré de retrouver la fédérale 1 la saison prochaine. C'est déjà bien. Mais il faudra se satisfaire de cela.

La fiche technique

Sporting-Nazairien-Dijon : 18-17. Mi-temps : 3-17. 2000 spectateurs.
Saint-Nazaire. Essais de Parriel (56e), Debrach (77e). Une transformation de Debrach. Pénalités de De Cottignies (7e), Debrach (48e).
Dijon. Essais de Kohler (21e), Bouvier (26e). Transformations de Aït Issad. Pénalité de Aït-Issad (10e).
 

 

Auteur : M.P. | 19/01/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Rugby : Un gros week-end pour SNR et RCT »
Article suivant : « Rugby, Fédérale 3 : Du bon travail pour Trignac »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter