Saint Nazaire Infos

Rugby, Fédérale 1 : L’hommage du SNR à Joël Batteux

C’était le dernier match de championnat cette saison au Pré-Hembert. Pour la première fois, Joël Batteux aura pénétré dans le stade sans sa casquette de maire, fonction qui est désormais celle de David Samzun. Mais l’ancien maire était, dimanche, l’invité d’honneur du SNR.
 Joël Batteux attentif aux propos d’Henri Legland
Joël Batteux attentif aux propos d’Henri Legland

Joël Batteux a failli ne pas être présent pour le vibrant hommage que les dirigeants du SNR souhaitaient lui rendre sous l’espace Bernard de Saint-Blanquat juste avant le déjeuner. En effet, l’accès à cet espace était uniquement réservé aux partenaires et quand Joël Batteux se présenta à l’entrée, le vigile lui signifia qu’il ne pouvait pas entrer car il n’était pas partenaire. Pour le moins étonné, Joël Batteux rappela à l’homme qui montait la garde qu’il était encore maire la veille et qu’en tant que tel il avait été durant des lustres le principal partenaire du Sporting Nazairien via les subventions.
Après cette anecdote qui a beaucoup amusé ceux qui la vécurent, il appartint à Henri Legland, un des trois co-présidents, de rendre hommage à l’ancien maire pour l’ensemble de son œuvre en faveur du rugby.
Car, si le SNR en est là aujourd’hui, c’est forcément, comme l’a dit Henri Legland, parce que « Joël Batteux aura été le premier supporter et le premier partenaire du club dès 1983 quand, à peine élu, il donna le coup d’envoi d’un match au Plessis».
Joël Batteux aura connu de nombreux présidents, élaboré « une convention de sport de haut niveau », chose qui n’avait jamais existé auparavant. La montée en Fédérale 2 puis la montée en Fédérale 1, le transfert du Plessis « devenu primordial », dira Henri Legland, vers le Pré-Hembert, c’est aussi Joël Batteux, tout comme la venue des Gallois lors du mondial 2007. « Joël Batteux aura permis que le leadership du rugby régional soit à Saint-Nazaire », ajoutera le co-président, ce qui ira droit au cœur de l’ancien maire.

 

Affection particulière

« C’est vrai, j’ai toujours eu une affection particulière pour le rugby, mais jamais je n’ai désavantagé les autres disciplines. Je me suis toujours efforcé de mener une politique sportive équitable en soutenant les clubs qui avançaient », dira-t-il. Joël Batteux aura permis aussi de relever des défis notamment « quand le club fut menacé sportivement et administrativement » pour qu’il reparte « sur de très bonnes bases ».
Mais il y a encore des choses à réaliser. « La priorité c’est l’électrification du terrain d’honneur pour que les matchs puissent se dérouler en soirée. Il faudra aussi améliorer la tribune d’en face. J’ai fait passer le message à mon successeur. Maintenant, ce qui est important, c’est avant tout la fonction sociale qu’a le sport, l’image qu’il véhicule pour Saint-Nazaire. Il faut que les Nazairiens se reconnaissent à travers leurs clubs. Le développement d’une ville est aussi un jeu collectif », terminera Joël Batteux, longuement applaudi par la grande famille du rugby.


 

Auteur : P.M | 07/04/2014 | 2 commentaires
Article précédent : « Rugby, Fédérale 1 : Ras le bol au Sporting Nazairien »
Article suivant : « Rugby Fédérale 1 : La sortie fut belle pour les Nazairiens »

Vos commentaires

#1 - Le 07 avril 2014 à 17h36 par bib
M.Batteux est toujours aussi drôle, mais je ne suis pas sûr qu'il en soit conscient.
Les huiles se congratulent mutuellement de la gestion sportive des anciennes municipes. Il est sûr que certains y ont trouvé leur compte, mais pas tout le monde.
Pour ne citer qu'un exemple, les équipements des clubs de football de Saint Nazaire sont dans un état lamentable parce qu'ils n'ont pas été entretenus ni rénovés régulièrement.
Certains aiment bien l'événementiel pour se faire mousser, mais la gestion dans la durée, c'est moins glamour.
Mais on s'en moque car le contribuable sera bien obligé de payer la douloureuse alors qu'on a clairement affirmé que la ville était bien gérée.

53% des votants aimant ce système...

Cela dit, la gestion des clubs de sport d'une ville est très importante pour la triple dimension : sportive, éducative et sociale.
#2 - Le 08 avril 2014 à 12h08 par Trocétro, Saint-nazaire
Comme vous l'avouez vous-mêmes vous parler DES clubs de foot locaux: il n'a échappé à personne, sauf sans doute à leurs créateurs, que la multiplicité des clubs de foot a nuit à l'avènement d'un club phare digne d'une ville comme la nôtre.
Les aides municipales accompagnent et soutiennent les associations qui avancent.
Réussissez à vous regrouper et alors on verra si rien n'est fait !
Ce n'est pas la mairie qui marque les buts et elle serait vraiment critiquable de financer à trop haute dose un club de DSR !!!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter