Saint Nazaire Infos

Robert Garreau : "la sérénité est de retour à l'Atlantique Basket Club Nazairien"

Depuis le début de la saison, l'image de l'ABCN a été sérieusement écornée et plus particulièrement sur le plan sportif. Le président a même pensé démissionner. Une discussion s'est engagée entre les parties et aujourd'hui, Robert Garreau considère que la sérénité est revenue et qu'une place sur le podium est toujours d'actualité.

En cinq ans, l'ABCN a changé trois fois d'entraîneur, dont deux fois lors des deux dernières saisons. Comment expliquer cette situation, qui ne favorise en rien la stabilité du club ?

« Tout d'abord, je voudrais préciser que nous effectuons notre 5e saison en N 3. Je considère qu'il s'agit d'un laps de temps que l'on peut appeler une période d'apprentissage. Ce cycle se termine seulement et la saison prochaine, nous permettra de revoir nos objectifs à la hausse. Concernant les entraîneurs, je rappellerai que Johann Praud est resté trois ans au club. L’appel à un coach extérieur s'est révélé une obligation dans la mesure où il n'y a pas de techniciens suffisamment diplômés sur la presqu'île pour prendre les rênes d'un club de notre niveau. Parallèlement, nous avons gardé l'ossature de notre équipe et les résultats actuels, même s'ils sont encore en deçà de nos espérances montrent que nous sommes sur la bonne voie. »
 
Malgré votre discours optimiste, vous ne pouvez nier les problèmes internes qui vous ont conduit à suspendre Christian Andorin. Quelles ont été les causes de cette mise sur la touche ?
 
« La fonction d'entraîneur est un travail épuisant, et le temps d'adaptation de Christian Andorin et de certaines recrues a été plus long que prévu. Les joueurs ont dû assimiler d'autres systèmes de jeu, d'autres méthodes d'entraînement, d'autres automatismes. Il est apparu au fil des semaines une mauvaise communication entre les joueurs nazairiens et le coach et cela nous a amenés à prendre une décision devenue inévitable. Christian Andorin n'a pas été suspendu pour un mois, mais pour une rencontre. L’autre absence était une absence pour raisons familiales et prévue depuis longtemps. Il repris ses fonctions, cela prouve qu'il n'y a pas eu de problème humain entre joueurs et entraîneur. En aucun cas, la compétence de Christian Andorin ne saurait être remise en cause et il garde toute la confiance des joueurs et du comité directeur. Malheureusement, la distance entre son lieu d'habitation et le club ne lui permet pas de s'impliquer pleinement dans la vie du club dans sa globalité. Aujourd'hui, à l'ABCN tout le monde a fait son mea culpa et la sérénité est de retour. »
 
Dans la tourmente qui a suivi cet épisode, vous avez pensé à démissionner. Qu'en a-t-il été exactement ?
 
« Il est vrai que cette idée m'a traversé l'esprit. J'ai eu un peu de vague à l'âme. Certains ont coutume de dire, qu'un club de N3 se gère comme une entreprise et que je ne suis pas assez ferme. S'ils le disent c'est que cela doit être vrai. Si cette conception est juste sur le plan financier, il en est tout autrement sur le plan sportif. Il faut que les joueurs jouent pour le maillot, avec des valeurs représentatives du club, sans pour autant négliger leur plaisir. Une hiérarchie trop forte n'est pas la meilleure façon de gérer un club. Certes, j'ai pu commettre des erreurs dans la gestion humaine, mais que celui qui n'en a jamais commises, me jette la première pierre. Ces erreurs n'ont jamais nui à l'ABCN. Moi, je suis un démocrate et j'agis en tant que tel. Chaque saison, je remets mon mandat au vote du comité directeur et tant que celui-ci m'accordera sa confiance, j'assumerai la fonction qui m'a été confiée. Le jour, où cela ne sera plus le cas, je prendrai la décision qui s'impose. Mais aujourd'hui, je suis loin d'une telle idée. »
 
Avec les incidents survenus à Rezé, ne pensez-vous pas que l'image du club a été sérieusement écornée ?
 
« L'image que l'on a voulu donner de l'ABCN ne correspond pas à la réalité. Elle n'a pas lieu d'être et cela m'a profondément touché de même que les joueurs. En aucune manière, les joueurs n'ont porté de coups et encore moins Elliott Henderson. L'antagonisme datait du match aller et les arbitres n'ont pas su tenir la rencontre. Les critiques qui ont suivi cet épisode étaient peu élogieuses et parfaitement injustifiées. La preuve : la décision de la commission de discipline de la FFBB qui s'est réunie mercredi soir confirme la décision des arbitres. Elliott Henderson est sanctionné pour un seul match. Dan Longin écope de trois matchs pour trois fautes techniques accumulées depuis le début de saison. Je ne cautionne pas l'attitude de mes joueurs à cette occasion, mais 95 % des gens auraient fait pareil dans une telle situation. »
 
Tous ces problèmes ont-ils eu des conséquences au sein du club ?

 
« Les récents évènements ont mis en lumière la nécessité pour le club de rappeler les vertus et les valeurs que doit véhiculer l'ABCN. Dans cette optique, nous avons remis au goût du jour une charte du fair-play et une de l'arbitrage. Par ailleurs, depuis plusieurs mois l'équipe fanion s'investit dans la vie du club à travers diverses interventions dans le milieu scolaire et selon les disponibilités de chacun. Des éléments comme Elliott Henderson ou Kévin Saotic vont à la rencontre des étudiants et collégiens pour leur apprendre les fondements du basket. Récemment, une cinquantaine de jeunes du collège Pierre Norange ont pris part à une séance dont l'objectif est de véhiculer les valeurs d'un sport collectif. Nous allons également intervenir dans les quartiers périphériques pour amener les jeunes à goûter aux plaisirs du basket-ball. »
 
À huit journées de la fin du championnat, quels sont vos objectifs ?


« Les mêmes que ceux que l'on a définis en début de saison, à savoir finir sur le podium. Aujourd'hui, nous sommes 5es et la tâche promet d'être ardue. Je sais que je peux compter sur l'entraîneur et les joueurs pour atteindre ces objectifs. Nous avons le potentiel pour y parvenir et cela passera bien évidemment par un succès sur le leader Pays d'Olonne que l'on recevra le 12 février. »

Auteur : YE | 04/02/2011 | 4 commentaires
Article précédent : « Résultats sportifs de Saint-Nazaire »
Article suivant : « L'agenda sportif du week-end »

Vos commentaires

#1 - Le 06 février 2011 à 21h29 par Christian Andorin
Monsieur,

Étant cité nommément dans votre article, j'aimerais rectifier quelques inexactitudes si vous me le permettez.
Tout d'abord, je suis extrêmement surpris que monsieur Garreau, président de l'ABC Nazairien, puisse affirmer que les résultats actuels de son équipe première soit " en deçà de nos espérances " alors qu'il m'a clairement été demandé en tant que coach de cette équipe "de faire mieux que les saisons précédentes" et ce, devant un panel de journalistes locaux.
Ensuite, après plus de 20 ans d'expérience dans le coaching je pense qu'il me faut très peu de temps pour m'adapter à un nouveau club, sauf bien sur quand je me retrouve dans une structure avec un fonctionnement...surprenant, comme par exemple prétendre dans votre article qu'il ne m'a pas suspendu pour une période de 30 jours mais pour un match, ce qui est totalement faux, et que pour le deuxième la cause était familiale ce qui l'est tout autant, oublier un peu facilement que c'est lui même qui est venu me rechercher après m'avoir évincé "parce qu'il avait agit un peu vite". Je tiens d'ailleurs à sa disposition et à la votre l'enregistrement de l'entretien ou il énonce clairement ses décisions. De plus, cette suspension a été décidée suite à la rédaction d'un courrier signé par 8 de mes joueurs et qui soi disant demandait mon éviction, courrier devenu introuvable dans le bureau de monsieur Garreau malgré mes demandes répétées pour le consulter ainsi que celles de mes joueurs qui ont toujours niés la teneur rapportée par mes dirigeants.
La suite est grandiloquente : "Malheureusement, la distance entre son lieu d'habitation et le club ne lui permet pas de s'impliquer pleinement dans la vie du club dans sa globalité"
L'accord qui me lie au club concerne l'entraînement et le coaching de l'équipe première de L'ABCN, j'ai néanmoins, et a titre totalement bénévole, proposé de m'occuper de la commission technique du club qui était et est toujours totalement inexistante d'ailleurs, en proposant notamment une organisation pouvant permettre aux jeunes nazairiens de pratiquer et d'acquérir les fondamentaux du basket ball pour qu'ils puissent un jour évoluer au meilleur niveau dans leur club. Le retour de cet investissement fut éloquent puisque 3 jours après avoir trouvé ce projet excellent j'étais suspendu 30 jours !
Je terminerais cette longue réponse par le meilleur. j'aimerais savoir comment le président d'un club de national, représentant sa ville et sa région, son club et son maillot peut affirmer " Il faut que les joueurs jouent pour le maillot, avec des valeurs représentatives du club, sans pour autant négliger leur plaisir" et m'empêcher hier soir de faire évoluer contre l'équipe de Basse Goulaine Ludovic Négrobar, mon seul intérieur disponible suite aux forfaits légitimes pour blessure de Charles Mendy et d'opération chirurgicale pour Elliott, Henderson sous prétexte que l'assistant coach de l'équipe réserve avait décidé de le faire jouer avec l'équipe 2 pour une défaite chez le leader, qu'il était le décideur sur cette question et que le comité directeur du haut de ses grandes connaissances techniques avait entériné cette décision. Et que dire de ce texto envoyé à un de mes joueurs dans lequel monsieur Garreau savait déjà que nous ne pouvions pas gagner et que ce n'était pas grave puisque l'équipe était maintenue !! C'est donc ainsi qu'il estime me donner tous les moyens pour finir sur le podium (nouvel objectif ?)
La réponse de mes joueurs a été exemplaire, ils ont rappelés à leurs dirigeants ce qu'était des vraies valeurs pour défendre leur club et leur maillot. Ils ont effectué une prestation quasi parfaite pour s'imposer dans ce contexte difficile et rappeler à certain beau parleur que l'on juge les hommes à leurs actions et non à leurs discours.

Christian Andorin
#2 - Le 07 février 2011 à 18h55 par BILBA, Nantes
Bonne lucidités mais combien en sont capable.
Cela m'attriste de voir à quel point cette discipline que j'ai pratiqué avec envie, travaille et modestie en soit rendu à ce niveau.juger n'est pas important ce qui me semble important c'est la passion.
question..
que vaut-elle dans ce booooooooooooo sport.
salutations
#3 - Le 07 février 2011 à 19h08 par BILBA, Nantes
DE PLUS SUSPENDRE UN ENTRAINEUR POUR UNE RENCONTRE C'EST BIZARRE.
si ce n'est le faite de le diminuer dans sa fonction il faudra expliquer un jour de quoi il retourne ce n'est à mon avis d'aucune cohérence.
Mauvais il ais, il fallait le changer.
trop facile tous cela.
SI CELA NE RESSEMBLE PAS A L'IRRESPECT
QU'ON LE DISE FRANCHEMENT.
BON COURAGE.
#4 - Le 11 février 2011 à 07h12 par nouveau, St Nazaire
Bonjour,

avec un oeil de l'extérieur ,je m'apercois que ce club de l'abcn ne donne pas toute satisfaction aux habitants de st nazaire:
un bureau directeur qui n'a aucun projet ou manque d'inspiration pour faire grandir un club de N3.
Pas de direction technique.
Trés peu d'adherents jeunes.
Mauvaise image de l'exterieur du club.
Trés peu de bénevoles.
D'etre dans un bureau directeur ne sert pas a son image mais a apporter aux licencies et aux aux habitants du plaisir de jouer ,du plaisir de venir encourager les joueurs de toutes categories.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter