Saint Nazaire Infos

Rêver sa ville

« Ville rêvée, ville durable, et vous de quelle ville rêvez-vous ? » offre un panorama des grandes utopies urbaines depuis la fin du XIXe siècle. Condensé et instructif.

Avec sa nouvelle exposition (qui a demandé un mois de recherches intensives), l’Atelier propose de revenir sur les grandes utopies urbaines, leurs points forts et leurs points faibles. L’équipe a pour cela utilisé des exemples locaux, nationaux et même internationaux. Un test est même proposé pour définir qu’elle est notre ville de rêve.

La première utopie évoquée, est celle de l’anglais Ebenezer Howard : la cité-jardin. Le concept est basé sur quatre points : la maîtrise publique du foncier ; la présence d'une ceinture agricole autour de la ville ; peu de locaux bâtis ; et des équipements publics au centre de la ville. Il réalise lui-même une cité-jardin à Letchworth, au nord de Londres, en 1903. En face, un panneau montre qu’à cause de l’étalement urbain, le concept est trahi, notamment dans les grandes banlieues américaines vouées uniquement aux maisons individuelles.

La deuxième est celle développée par Le Corbusier (de son vrai nom Charles-Édouard Jeanneret-Gris) répond dans un premier temps à l’étalement urbain. Au lieu d’une cité-jardin, il propose une unité d’habitation avec des logements, des commerces et des bureaux. Son exemple est la Cité radieuse à Marseille. Construite entre 1945 et 1952, elle contient 337 logements, au niveau de sa rue centrale des bureaux et divers services commerciaux et sur son toit terrasse de l'unité, des équipements publics (la cour de récréation de l'école maternelle, un gymnase, une piste d'athlétisme, une petite piscine pour enfants et un auditorium en plein air). La Cité radieuse a été prise pour modèle lors de la création du quartier de La Bouletterie. Mais encore une fois, l’étalement urbain est passé par là et la multiplication des immeubles uniquement composés de logements a changé la donne. Notamment à Sarcelles d’où vient le nom « sarcellite », la maladie des grands ensembles.

Le troisième est le concept de quartier durable. Quartier car pour créer une ville durable, il faudrait d’abord la raser complètement pour la reconstruire… Et là les exemples de réalisations sont nombreux en Europe (surtout dans les pays du Nord) ; plusieurs projets existent dans la région, Maison Neuve à Guérande ou encore l’éco-quartier de la Vecquerie à Saint-Nazaire. Le dernier panneau met en avant quatre utopies modernes : Lilypad (nénuphar) la ville flottante autonome de 50 000 habitants, Songdo New City la ville écologique et numérique de Corée du Sud (en construction depuis 2001), l'archiborescence ou l’architecture prenant exemple et utilisant des formes d’organisme vivants et, enfin, l’éco-ville de Masdar dans le désert d’Abou Dabi (en construction depuis 2008).


Pratique :
Exposition Ville rêvée, ville durable, et vous de quelle ville rêvez-vous ? du 27 novembre au 12 mars 2013.
Entrée libre les mardis, jeudis et vendredis de 13 h 30 à 18 h 00 et les mercredis et samedis de 10 h 00 à 12 h 00 et de 13 h 30 à 18 h 00.
 

Auteur : AP | 27/11/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Replay de la broc-zic au VIP »
Article suivant : « Les contes de Mireureu sortent de son « chapeau à histoires » »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter