Saint Nazaire Infos

Retraites : Saint-Nazaire reste mobilisée et menace de recourir à la grève reconductible

La pathétique et ridicule guerre des chiffres n’aura sans doute pas lieu à Saint-Nazaire comme c’est le cas à l’échelon national. Car chacun s’accorde à dire que la seconde manifestation organisée à l’appel de l’intersyndicale et des partis de Gauche, ce jeudi, a mobilisé au moins autant que la précédente. Avec un peu plus de colère et de détermination. Salariés, chômeurs et retraités, ont défilé, comme aux plus belles heures de la lutte contre le CPE, pour réclamer la suspension de la loi sur la réforme des retraites et la prise en compte des propositions syndicales. Seuls les jeunes manquent à l’appel. Les manifestants préviennent déjà que si le gouvernement reste sourd à leurs revendications, le mouvement évoluera vers la grève.

Venus du public pour le grand nombre, mais aussi du privé avec par exemple les salariés de la raffinerie de Donges, les manifestants en lutte contre la réforme du système de retraite ont une nouvelle fois battu le pavé nazairien. Les représentants des organisations, qui se retrouvent ce vendredi pour réfléchir aux actions à venir, étaient satisfaits par cette mobilisation qui résonne comme un cinglant démenti aux propos de l’Elysée. En effet, la Présidence de la République a estimé qu’une sensible baisse dans les cortèges viendrait cautionner sa politique. Pas à Saint-Nazaire en tout cas !

Pour Thierry Capitaine, permanent à l’Union Locale CFDT, le gouvernement devra entendre tôt ou tard la voix de la rue. « Il doit revenir en arrière et retirer la loi sur les retraites. Il faut une réforme solidaire, juste, et qui va dans le bon sens. Il faut tenir compte des salariés qui ont eu un parcours chaotique, des femmes, du travail pénible. Ce sont toujours les mêmes qui paient ! Il y a vraiment un ras-le-bol chez les travailleurs, et plus particulièrement sur le bassin de Saint-Nazaire où la situation n’est pas facile. Dans tous les domaines, ce gouvernement nous serre la vis », explique-t-il. Mais si la manifestation compte plus de 20 000 personnes, le responsable syndical regrette la discrète présence des jeunes : « Ce n’est pas facile de les impliquer. Pour eux, la retraite, c’est loin, mais ils ressentent toutes les difficultés. Et comment manifester pour les retraites lorsque l’on n’a déjà pas de travail ! ». Quant aux nouvelles propositions du gouvernement, prêt à lâcher du lest pour les femmes et les travailleurs handicapés, le ton est lapidaire : « C’est du pipi de chat ! ».

Les interventions des différentes centrales syndicales, de Solidaire à FO, de la CGT à la CGC, vont toutes dans le même sens : « Retrait de la loi ! ». Et le propos se fait plus menaçant : « Si ça n’est pas le cas, nous irons vers la grève ». Même teneur du côté des partis de Gauche présents, comme au NPA, qui prône une radicalisation du mouvement :« Nous serons mobilisés jusqu’au retrait. Il faut savoir qu’une loi votée n’est pas une loi actée. La retraite à 60 ans, ce n’est pas terminé ! Maintenant, on espère des A.G dans les entreprises, qu’un vaste mouvement de grève se mette en marche, car les journées de mobilisation ne suffisent apparemment pas », indique Nathalie Bruneau, porte-parole du NPA à Saint-Nazaire. Une perspective qui n’enchante personne, mais un pas que sont prêts à franchir les salariés. Pour preuve, ce vendredi, la CGT appelle à la grève à la raffinerie Total de Donges, « frappons là où ça fait mal ».

À Gauche, les partis lient le combat pour les retraites à la politique globale de Sarkozy, qui n’a pas su sortir le pays de la crise, qui favorise les riches au détriment des autres ». Tous espèrent que le Sénat, qui va voir passer la loi en première lecture, n’ira pas dans le sens des députés de la majorité.

Le personnel soignant de l’Hôpital de Saint-Nazaire était également présent à la manifestation. Avec 34 % de grévistes le 7 septembre, il reste fortement concerné. « Nous sommes pour la retraite à 55 ans pour le personnel soignant, compte tenu de la pénibilité, et de toute façon pour le maintien à 60 ans pour tout le monde. Pour sauver les retraites, il faut taxer les revenus financiers, augmenter les salaires pour augmenter les cotisations », précise la déléguée CGT, Céline Russeau. En voilà des propositions concrètes… Mais doutons que le pouvoir fasse confiance à ce personnel médical pour soigner et apporter les bons remèdes à nos retraites.

Il est prévisible que d’autres actions soient rapidement prévues. D’ores et déjà, les syndicats annoncent d’autres manifestations, peut-être le week-end du 9 octobre.

Auteur : Yoann Daniel | 23/09/2010 | 1 commentaire
Article précédent : « La mobilisation contre la réforme des retraites ne faiblit pas »
Article suivant : « Des vents portants ou une petite risée pour l’éolien offshore entre Le Havre et Saint-Nazaire ? »

Vos commentaires

#1 - Le 23 septembre 2010 à 21h12 par codelib, Saint-nazaire
solidarité avec les manifestants arrêtés le 23 septembre

Quelques heurts avec les forces de l'ordre, qui ont cette fois encore abondamment gazé la fin de manifestation, ont donné lieu à plusieurs arrestations ce jeudi 23 septembre à Saint-Nazaire.

Six personnes, dont 1 mineur, sont ce soir en garde-à-vue, et risque une comparution immédiate vendredi 24 septembre parce que poursuivies pour pour "jets de projectile, ivresse, cassage d'une vitrine, outrages à agents..." selon les cas...

Le Codelib appelle à soutenir les personnes arrêtées, en allant en nombre au Tribunal de Saint-Nazaire Heure probable des comparutions, 14 heures mais une séance le matin est possible !

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter