Saint Nazaire Infos

Rencontre avec l'animateur du collectif « No Mistrals for Putin »

La commande des Mistral a été source de débats depuis l'origine. Bernard Grua est opposé à la livraison des Mistral à la Russie. Qui est-il ? Quelles sont ses motivations ? Nous l'avons interrogé.
Bernard Grua sur le lac Baïkal gelé
Bernard Grua sur le lac Baïkal gelé

Par expérience, Bernard Grua sait "que le jeu des commentaires peut être un jeu sans fin". Il préfère consacrer son temps disponible "à des actions tangibles plutôt qu'à un frustrant dialogue de sourd". Il a cependant accepté de répondre à nos questions.

Qui êtes-vous ?
Je suis né à Morlaix. Enfant et adolescent j'ai vécu à Lorient et à Vannes. J'ai effectué mon  service militaire à Brest comme officier de marine. J'ai fait mes études supérieures à Paris et y ai débuté ma vie professionnelle comme auditeur. Voulant revenir  en Bretagne, je n'ai pas  trouvé de poste correspondant à ce que je savais et voulais faire. J'ai créé une entreprise de service, basée à Nantes,  qui organise, supervise et contrôle des inventaires pour des clients importants, principalement dans la distribution. Nous intervenons dans leurs différentes succursales situées en France, Espagne, Italie, Suisse, Allemagne, Pays Bas et Belgique. Nous sommes trois salariés.

Pourquoi ne publiez-vous pas les comptes de votre société ?
Je me considère comme un artisan, pas comme un homme d'affaires. Je ne souhaite pas déposer nos comptes afin de ne pas informer nos concurrents. Notre chiffre d'affaires est d'environ 200 000 euros selon les années. Nos comptes étaient certifiés par un commissaire aux comptes car nous étions en S.A. Que ceux qui veulent les consulter se manifestent auprès de Saint-Nazaire-Infos et je me déplacerai volontiers pour en faire une présentation. Je précise que nous sommes à jour de nos obligations sociales et fiscales, bien évidemment.Depuis un an, nous sommes en S.A.S., le statut de S.A. était onéreux et non justifié par la taille de la société.

Quels sont vos intérêts dans la vie  ?

J'aime la mer et la voile que j'ai découvertes grâce aux scouts marins de Lorient. Je suis photographe amateur.
Je parle le français, l'anglais, l'allemand et l'espagnol. J'arrive à me débrouiller, un peu, en russe (j'ai suivi quelques cours à Saint-Pétersbourg et Moscou), suffisamment, en tout cas, pour me déplacer partout en ex URSS (du Nord Est de la Sibérie au plateau du Pamir). Mon regret est de ne pas parler breton car je suis un fervent partisan de la réunification de la Bretagne dans ses frontières historiques.
Avant l'affaire Mistral, je n'ai jamais milité. Je n'ai jamais adhéré, non plus, à un parti politique.


Que répondez-vous à ceux qui vous disent à la botte d'Obama ?

En 1989, j'ai passé deux mois dans une université d'été américaine. Par la suite, j'ai eu des missions aux États Unis, pour un client français. Toutefois les distances et les temps passés entre chaque site étaient trop fatigants. À plus de 50 ans, et compte-tenu de problèmes de dos, j'ai dû me limiter à l'Europe de l'Ouest.
 Je n'ai jamais été en contact, physique, oral ou écrit, avec le gouvernement américain. Je n'ai jamais été en contact avec aucune de ses agences. De même en dépit de nos efforts, nous n'avons jamais réussi à faire en sorte qu'une association ou qu'une ONG quelle qu'elle soit, a fortiori américaine, ne joigne notre mouvement. Tout le monde considérait probablement que nous militions pour une cause perdue.
Je rappelle que nous étions neuf à notre première manifestation. Il y a un an. Plus tard, un personnage comme BHL a essayé de s'attribuer le mérite de nos actions. J'ai déjà eu l'occasion d'expliquer, comment nous l'avons écarté. De plus notre collectif est apolitique.  
Les Mistral ne concernent pas que la Loire-Atlantique. Ils concernent la sécurité de nombreux pays européens à l'égard de qui, nous, la France, avons une responsabilité. Nous partageons l'information avec tous les membres de notre collectif dans la langue qui est le plus généralement parlée, c'est à dire l'anglais. Nous écrivons aussi en français comme chacun peut le constater. Les articles sont rédigés par Dimitri Halby ou par moi-même à la suite de d'observations et de rencontres (dont des marins russes...) et d'informations collectées par consultation de sites internet en accès libre. 
Personne ne nous a jamais dicté ce que nous devions écrire.

Le 7 septembre 2014, pendant une manifestation, près d'une dizaine d'agents du FSB (Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie) nous ont filmés et photographiés individuellement, à travers les grilles devant le  Smolniy. Les services du sous-préfet ne s'y sont pas opposés. Certaines personnes présentes dans nos rangs étaient des dissidents russes. D'autres avaient de la famille dans le Donbass. La nuit du 12 au 13 septembre, j'ai été malmené et menacé par des employés de DCI alors que j'étais sur l'espace public. De même un agent du FSB a, à trois reprises, exigé mon passeport. Je ne m'en suis sorti qu'après avoir appelé la police. Je n'ai pas honte de le dire haut et fort. Quand on connaît le système de Poutine, ses pratiques et son mépris du droit international, les gens qui coopèrent agressivement avec ce type de régime, sont des collabos. Localement, à des fins politiques, certains ont tenté de faire croire que ce qualificatif visait les ouvriers du chantier. Je vous laisse juge de leurs arrières pensées. La décence m'interdit d'en dire plus. Le journal Le Monde, quant à lui, a titré : Poutine à Saint-Nazaire.

Que répondez-vous à ceux qui disent que vous êtes russophobe et agent de l'Ukraine ?
J'ai voyagé pendant mes congés dans de nombreux pays, en indépendant,  dont en ex URSS notamment la Russie et l'Ukraine. Bien entendu, je ne suis pas russophobe. J'ai de nombreux amis russes. Mais je n'ai pas et je n'ai jamais eu de clients en ex-URSS, que ce soit en Russie ou en Ukraine.
Quand j'ai pris connaissance du contrat Mistral, j'ai pensé que, dans le contexte de l'intervention russe en Ukraine, la France serait mise au ban de l'histoire si elle procédait à la livraison. J'ai rallié, à cette idée, un Normand résident en Irlande et un Parisien résident à Kiev. C'est ainsi que nous avons démarré notre collectif. Je ne cache pas que nous avons essayé d'alerter le gouvernement ukrainien sur le danger que représentait ces navires d'invasion. Nous n'avons jamais eu de réponse.
Je rappelle qu'entre mars 2014 et novembre 2014, il n'y avait pas d'ambassadeur ukrainien en France. Néanmoins, le 13 juillet 2014, j'ai rencontré, de façon fortuite, l'attachée de presse de l'ambassade d'Ukraine. J'ai réalisé que cette jeune personne était incapable de comprendre notre action, au même titre qu'Alain Rémi, ambassadeur de France en Ukraine en était, lui aussi, incapable.

Toutes les dépenses (pancartes, déplacements etc) de manifestations pacifiques et familiales que nous avons réalisées à Saint-Nazaire ou ailleurs (d'autres villes, voire d'autre pays) ont été prises en charge directement par les participants. Pour nos manifestations de fin juin et de début septembre 2014 certaines personnes sont venues en car. Elles ont, chacune, versé 50 euros.
J'ajoute que nous avons tous consacré du temps à cette mobilisation. Cela s'est fait au détriment de nos loisirs et de notre travail professionnel. Pour ma part, mon chiffre d'affaires a encore baissé l'an dernier. J'ai dû presque diviser mon salaire par deux.

Pourquoi une expo photo à l'Institut culturel ukrainien ?
J'ai pu assister à certains moments de la révolution de la dignité en Ukraine. Compte-tenu de ce que j'ai pu lire sur Maïdan, en rentrant, j'ai pensé devoir témoigner pour mes compatriotes, afin de les éclairer. J'ai écrit des articles, à ce sujet*. Du fait de cet engagement, j'ai vu, en août 2014, arriver à Nantes trois réfugiées du Donbass, d'origine russe, comme l'a rapporté Ouest France.

Des Ukrainiens, intéressés par le témoignage d'un Français sans aucune racine ukrainienne, m'ont demandé de présenter mes photos de Maïdan à l'Institut culturel ukrainien de Paris, le 21 novembre 2014, premier anniversaire du début de cette révolution. Le local était mis à ma disposition. Les tirages des photos et mes déplacements ont été à ma charge. Lisant l'article de Ouest France:" Exposition. Les photos d'Ukraine du Nantais Bernard Grua à Paris" Certains y ont vu un conflit d'intérêt. Pourtant je pensais être totalement en phase avec mon objectif de témoignage. Je souhaite vraiment présenter cette exposition à Saint-Nazaire, là aussi à titre gracieux.Je compte sur "Saint-Nazaire-infos" pour passer le message.
 
Que pensez-vous de l'hypothèse d'un sabordage des Mistral ?

 J'ai écrit à ce sujet un article : Le sabordage des BPC Mistral de Saint-Nazaire relève bien aujourd'hui de l'impossible. Pourtant, au cours du mois de mai 2015, une partie de l'opinion française et internationale s'est progressivement accoutumée à cette perspective.

Que pensez-vous de la proposition du député Mariani ?
En ce qui concerne la "proposition" de Mariani (député qui a proposé l'achat par l'Europe des Mistral, afin de sauver des vies humaines en Méditerranée) je souligne qu'elle a déjà été présentée par d'autres, comme une des solutions envisageables, http://nomistralsforputin.com/drupal/?q=node/31 que nous avons déjà exposées. Nous n'avons eu de cesse de militer dans le sens d'une reprise par un acquéreur respectueux des droits de l'Homme.
Toutefois, vous comprenez toute l'importance de la mystification du sabordage quand vous observez l'absence de commentaire dans votre journal au bas de votre article sur cette "proposition-Mariani". Je crois qu'on ne peut pas être plus clair. Les propagateurs de la fable du sabordage sont dans l'embarras. Ils veulent que la seule alternative à leur chimère du sabordage soit une livraison des Mistral à la Russie de Poutine. Ils ne veulent pas d'une livraison à un autre destinataire, même pour une cause humanitaire.
 

Articles
** À propos de Maïdan, un Nantais à Kyiv".",Maïdan, petite brisure d’écorce calcinée et meurtrie, ne rompt pas."," La jeune fille au foulard rouge". Par ailleurs, Ouest France a souhaité faire-part de cette expérience. "Douloureuse amitié pour les populations d'Ukraine"

photo Edmond Huet
photo Edmond Huet
Auteur : LY | 25/05/2015 | 11 commentaires
Article précédent : « Les garnements du Front National se font houspiller par la ville »
Article suivant : « Régionales : L'UMP 44 a-t-elle du Sens commun ? »

Vos commentaires

#1 - Le 26 mai 2015 à 12h02 par gagarin001
Ce type est **MODERATEUR** abruti de propagande. La référence à BHL, est éclairante. La plupart des gens qui parlent de la Russie ne la connaissent qu'à travers la propagande honteuse des medias occidentaux. N'oublions pas que la Maidan est un coup d'Etat financé par les USA est réalisé sur le terrain par des milices d'extrême droite. La Guerre contre le Donbass est un crime de guerre et le rattachement de la Crimée à la Russie, légitime.
No Pasaran. A bas les facsistes en Bretagne comme ailleurs.
#2 - Le 27 mai 2015 à 16h23 par Bernard Grua, Nantes
Je considère que ma propre personne est beaucoup moins importante que la cause que je sers, à savoir l'honneur de la France et la paix en Europe. Néanmoins, je vois que l'idée initiale de Saint-Nazaire-Infos, à laquelle j'étais initialement réticent, est la bonne. Les éclaircissement donnés semblent avoir correspondu aux attentes des Nazairiens directement concernés par le contrat Mistral.
Nous ne trouvons plus, ici, que la doxa du trollisme très classique si bien décrite par Libération http://www.liberation.fr/monde/2015/04/16/le-kremlin-invente-l-usine-a-trolls_1243810. Comme le laisse entendre l'anonyme et courageux "Zbawiona", j'en connais déjà un certain nombre. Mes réponses sont prêtes.
Je suggère, toutefois, que nous laissions ces trolls pro-Poutine s'exprimer pour leur faire une réponse globale. J'invite donc tous ces trolls à continuer leurs commentaires pour l'édification des lecteurs qui vont avoir la chance de découvrir un monde assez hallucinant.
Bien à vous
#3 - Le 27 mai 2015 à 21h49 par raminagrobis
A crever de rire ' l equivalent de marchais sur le caractere globalement positif du communisme sovietique. On ne peut pas prendre au serieux un mec qui ne publie pas ses comptes pour ne pas informer la concurrence
#4 - Le 29 mai 2015 à 10h02 par Bernard Grua, Nantes
Je renouvelle ma proposition de rencontrer "raminagrobis" avec 10 ans de ma comptabilité dans les locaux de Saint-Nazaire-Infos.
#5 - Le 29 mai 2015 à 10h13 par Bernard Grua, Nantes
La publication des comptes des TPE est un point qui fait débat. Voir à ce titre la réflexion qui avait été lancée par Jean Marc Ayrault

"Simplification : le détail
La suspension de l'obligation de publication annuelle des comptes concerne 1,4 million de petites entreprises de 0 à 50 salariés. Il s'agit de revenir sur des textes qui étaient allés plus loin que l'exigeaient les directives européennes. L'obligation disparaîtra pour les entreprises de moins de 10 salariés et réalisant moins de 700.000 euros de chiffre d'affaires ; elle sera allégée pour celles réalisant un chiffre d'affaires jusqu'à 8 millions d'euros. Il s'agit d'alléger les coûts de ces sociétés et de préserver la confidentialité des starts-up. "
http://www.lesechos.fr/17/04/2013/lesechos.fr/0202711364014_jean-marc-ayrault----les-entreprises-doivent-se-sentir-entierement-soutenues-.htm
Nous effectuons près de 50% de nos interventions à l'étranger.
Nos concurrents étrangers n'ont pas cette obligation de publication.
#6 - Le 30 mai 2015 à 21h35 par raminagrobis
Les margoulins' socialistes et patronat en tête' ont toujours ete partisans du secret sur leurs affaires. Rien aujourd hui ne donne la moindre assurance sur la realite des votres. Le debat que vous avez lance est public, ses arguments aussi. Si vous ne voulez pas repondre de vos activites, il fallait rester dans l'ombre!
#7 - Le 31 mai 2015 à 15h44 par malin, Pornichet
Et les rafales vendus à l'Égypte, il en pense quoi ce monsieur ?
#8 - Le 01 juin 2015 à 20h03 par Bernard Grua, Nantes
"Si vous ne voulez pas repondre de vos activites, il fallait rester dans l'ombre!" Décidément,"raminagrobis", le commentateur anonyme qui n'a même pas le courage de dire qui il est et joue les inquisiteurs de carnaval vérifie l'adage: "on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif".
J'ai proposé de présenter dix ans de ma comptabilité. J'ai proposé une rencontre dans les locaux du journal pour répondre à toutes les questions. Mais "raminagrobis" se garde bien d'accepter. Il préfère continuer à vitupérer dans l'obscurité de l'inconnu. Ah,il est plus facile de diffamer du fond de l'anonymat plutôt que de s'engager, en plein jour, pour défendre une cause! Mais "raminagrobis" est il seulement un lâche? Peut-être aurait-il peur que l'on sache qui est ce personnage qui joue les corbeaux? A-t-il donc des choses à se reprocher? Pourquoi se cache-t-il? Pourquoi ne veut-il pas se nommer?
Quant à "gagarin001", je ne peux qu'être d'accord avec lui sur au moins une chose: "A bas les fascistes, TOUS les fascistes". Je suis prêt à le rencontrer lui aussi pour parler de ma connaissance approfondie de la Russie et des autres ex pays soviétiques où j'ai été à de nombreuses reprises comme je l'indique dans cet entretien que je l'invite à relire. Je pourrai lui parler de Kiev où je suis allé à de nombreuses occasions: des berkuts tiraient sur la foules depuis les toits, du massacre dans le parc marinsky, de l'incendie de la maison des syndicats, des titouchkis armés qui rodaient dans les rues, des grand-mères qui apportaient leurs conserves pour soutenir les manifestants, des pères de famille qui veillaient à la sécurité sur la place Maïdan. Je lui parlerai de cette réfugiée russe du Donbass arrivée un matin à Nantes avec ses deux filles. Je lui parlerai des autres réfugiés du Donbass avec qui j'ai passé le nouvel an à Kiev. Je lui parlerai des mutilés de guerres que j'ai rencontrés à l'hôpital de Kiev. Je lui dirai ce qu'ils m'ont raconté. Je lui monterai notes d'entretien et photos.

****
Nous rappelons que la nétiquette permet l'usage des pseudonymes. Nous rappelons aussi à tous que la courtoisie doit être présente dans les commentaires. Ce lieu est destiné à l'échange d'idées. Concernant les comptes de l'entreprise de M.Grua, nous renvoyons Raminagrobis à l'interview.
Enfin nous rappelons l'article un de la charte du commentaire.
La livraison ou non des Mistral est un sujet de débat, s'il doit devenir un champ d'insultes, il nous suffira de le fermer aux commentaires.
Les prochains commentaires seront modérés avec la plus grande vigilance.
La rédac
#9 - Le 02 juin 2015 à 07h16 par Robert Le Doux
Je n'ai pas bien compris la logique de publier les comptes vis a vis du combat de Mr Grua a vrai dire. Pouvez vous m'éclairer sur le rapport entre les Mistral et des comptes de la TPE en question?
#10 - Le 02 juin 2015 à 16h28 par Zbawiona Magdaléna, Toulouse - Clermont-ferrand
Bonjour Monsieur Grua,
Vous me flattez en me nommant "troll du Kremlin", mais mon domaine dans la petite enfance m'apporte beaucoup.
Mais contrairement à vous je suis 100 % slave et donc j'ai tout mon "héritage" familiale (donc ne venez pas me la jouer avec vos petits voyages).
Pour ma part nous avons signé un contrat pour ces mistrals et comme tout contrat il doit être respecté. C'est l'honneur de la France et des français qui est en jeu. On m'a toujours inculqué le respect du pays qui nous avait accueilli .... et là, je me sens trahit ....
Pensez-vous à tous ces travailleurs qui ont construit ces navires ? Avez-vous déjà transpiré comme eux ?? Vous leur manquez aussi de respect. Et si vous voulez me rencontrer pas de soucis j'habite encore Clermont-Fd (et non pas le Kremlin) capital du pneumatique et de l'ASM !
#11 - Le 30 août 2016 à 10h21 par Gyor, Troyes
L'honneur de la France en habitant Kiev ? euhhhhh, c'est quoi votre définition de l'honneur parce que ça m'étonnerait fort que les Français partagent votre vision d'une Kiev nazie qui serait honorable ....mais vous n'allez pas parler de vos petits copains de jeu, ceux qui ont brûlé vif une centaine de personnes à Odessa......
Allez, le jour où nous les Français et vous monsieur auront la même définition de l'honneur, on en reparlera.Pour l'instant, vu que vous n'informez pas les Français, vous êtes plut$ot un dissimulateur pour ne pas dire plus.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter