Saint Nazaire Infos

Règlement de compte sur fond de désunion politique

Le mariage de raison entre Maud Cascino-Durandet et Jean-Louis Garnier n'aura existé que le temps d'une saison, celle des élections. Très vite, des divergences sont apparues au sein de couple de l'UMP. Il aura suffi d'une réunion de circonscription houleuse, pour que le chef de file de la droite locale se voie accusé de "violences conjugales" sur sa co-listière (violences volontaires ayant entraîné une ITT de 2 jours) devant le tribunal de police de Saint-Nazaire. Devant une salle d'audience parfois hilare, les deux protagonistes ont donné leur version des faits. Le tribunal a mis l'affaire en délibéré au 28 janvier 2011.

Ce vendredi après-midi au tribunal de police, le public a pu assister gratuitement à ce que l'on pourrait qualifier de représentation théâtrale d'une fable de la Fontaine. D'un côté Jean-Louis Garnier aux allures "d'ours mal léché" dans le rôle de l'accusé et de l'autre Maud Cascino-Durandet "la blanche colombe" ainsi que le chevalier servant Gaston Charton, dans le rôle des victimes. Le premier chef de file de l'opposition municipale est accusé d'avoir assené "des coups de pattes" sur les plaignants occasionnant plusieurs blessures ayant entraîné deux ITT de deux jours. Paradoxe de cette triste scène qui ne fait pas honneur au débat démocratique, les trois protagonistes de l'affaire membres de l'UMP et conseillers municipaux (Maud Cascino-Durandet et Jean-Louis Garnier) de Saint-Nazaire sont défendus par deux avocats appartenant au Parti Socialiste, à savoir respectivement Maître Lambert bâtonnier, ancien maire de Pornichet et aujourd'hui conseiller municipal et Maître Erwann Le Moigne conseiller municipal à la Baule. Dans la salle, on note la présence de Jean-François Artur, David Pelon et Philippe Frêche venus accompagner Jean-Louis Garnier.

Emportement ou comportement violent ?

En préambule, aux réquisitions du procureur et aux plaidoiries des avocats, le président a rappelé les faits. Il est notamment reproché au prévenu d'avoir exercé des violences sur les personnes de Maud Cascino-Durandet et Gaston Charton. Dans la lecture de l'acte d'accusation, il a été fait état du comportement violent de Jean-Louis Garnier suite à l'entrée impromptue du corbeau pornichétin, qui comme chacun sait souhaiterait faire sien le fromage municipal nazairien. De coups de pattes en coups de griffes, l'Ours mal léché a blessé la blanche colombe et le preux chevalier qui tentait de s'interposer. Interrogé sur ses agissements, Jean-Louis Garnier a contesté une partie des faits, maintenant sa version initiale avec moult détails et mettant en cause l'exactitude des témoignages en faveur de Maud Cascino-Durandet. Pour le leader emblématique de l'opposition municipale, il lui aurait été impossible de faire du mal à une mouche, compte tenu d'une opération chirurgicale intervenue en novembre 2009 comme en atteste un certificat médical. Dans sa plaidoirie, Maître Le Moigne a mis en évidence les déclarations du prévenu sur son blog et lui a posé deux questions, dont celle-ci : "Avez-vous fait oui ou non l'objet d'une procédure disciplinaire de la part de l'UMP ?". Et Jean-Louis Garnier de répondre : "J'ai fait l'objet d'une commission d'enquête qui n'a conclu qu'à mon emportement. En échange de mes excuses, Maud Cascino-Durandet devait retirer sa plainte".

De quel bois, je me chauffe…

Dans son réquisitoire, le procureur a mis en évidence l'attitude choquante de Jean-Louis Garnier, dénonçant une défense pitoyable compte tenu des éléments photographiques accablants et des récits des témoins des victimes." Les témoignages sont convergents pour dénoncer votre attitude violente. En déclarant, "il va voir de quel bois je me chauffe", vous vouliez visiblement en découdre"et ce malgré vos explications très techniques et des témoignages brumeux. Il n'y a pas d'indulgence dans le débat politique pour les gestes de violence et je requiers donc 500 euros d'amende". Dans une très longue et très détaillée plaidoirie, Maître Lambert s'est évertué à dénoncer, l'inexactitude des gestes de violence commis par Jean-Louis Garnier s'appuyant sur une démonstration gestuelle avec l'aide de son confrère. Il a appelé le tribunal à réexaminer les photos, ajoutant "Il s'agit d'un règlement de compte. On n'a pas réussi à se débarrasser de Jean-Louis Garnier par la rhétorique, alors on emploie d'autres moyens. La seule chose que l'on puisse reprocher à mon client, c'est d'être politiquement incorrect". À l’issue des débats, le tribunal a mis le jugement en délibéré au 28 janvier 2011, soit quelques semaines avant les élections.

Belliot, roi de la pagaille

Quoi qu'il en soit, personne ne sort grandi de cette affaire. Encore moins, l'UMP qui une nouvelle fois a laissé pourrir le débat, montrant son incapacité chronique à gérer les différentes personnalités de son groupe. Reste que cette affaire "pitoyable" pour reprendre les termes du procureur n'aurait sans doute jamais eu lieu, si Robert Belliot maire de Pornichet n'était pas venu semer la zizanie dans un fief qui n'est pas le sien mais dont il avait envisagé de s'approprier la jouissance lors des prochaines municipales. Grâce à lui, la gauche nazairienne n'a vraiment pas de souci à se faire en vue des prochaines échéances électorales. A vouloir mettre son nez partout, (maintenant aux cantonales à La Baule) l'édile pornichétin joue le jeu de ses adversaires qui n'en demandent pas tant.

Auteur : Y.E. | 26/11/2010 | 2 commentaires
Article précédent : « Une cinquantaine de personnes manifestent pour dire "NON" à LOPPSI 2 »
Article suivant : « 250 retraités devant la sous-préfecture »

Vos commentaires

#1 - Le 27 novembre 2010 à 19h48 par Gilles
L'UMP a bien géré le problème interne à travers la commission Delaroux ; la solution proposée a été acceptée par M. Garnier quoiqu'il lui en coutât, mais refusée par Mme Cascino qui ne pouvait renoncer au statut de victime de Barbe bleu qu'elle s'était construite auprès de certaines femmes engagées en politique.
Maud Cascino se fait défendre par l'un de ses patrons et M. Garnier par une vieille connaissance!
#2 - Le 27 novembre 2010 à 22h03 par Martin Brosse
il est incroyable ce Maire de Pornichet il vient à Saint Nazaire dans une réunion où il n'est pas convié, demain il veut se présenter aux cantonales sur La Baule, sans l'investiture UMP alors qu'il a été élu Maire de Pornichet avec le soutien de l'UMP. Robert Belliot serait il quelqu'un d'indiscipliné?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter