Saint Nazaire Infos

Projet Odin, la colère de la CGT

Dès demain, la CGT va distribuer un tract aux salariés de STX pour faire le point sur la situation, les responsabilités et les solutions envisagées.

Dans un communiqué, la CGT évoque la situation de STX depuis la perte des deux navires du projet Odin (http://www.saintnazaire-infos.fr/pas-de-viking-pour-stx-25-52-1409.html). Pour eux, les salariés vont « faire face à une baisse d’activité sans précédent dans les dernières décennies, la crise dans laquelle nous entrons s’annonce sinistre ». Rien d’étonnant avec du chômage partiel qui commence dès mai… Plusieurs acteurs de cette crise sont définis par la CGT :
- Le client : aujourd’hui les armateurs cherchent à établir les montages industrialo-économiques les plus rentables et les moins risqués pour eux. Malgré des retours sur investissement très rapides dans ce secteur et des navires toujours plus innovants et économes, les armateurs sont tout puissants face à des entreprises de construction navale affamées.
- L’entreprise : avec sa politique du tout paquebot, sans volonté réelle de diversification de la production, les chantiers se retrouvent pieds et poings liés, lorsque les armateurs font des chantages aux commandes. « D’autant plus que nous sommes bien seuls, car ni l’actionnaire principal STX, ni l’actionnaire minoritaire l’État ne semblent s’être intéressés à notre cas », souligne la CGT.
- Les banques : il est évident que les banques et sociétés comme la COFACE ne jouent pas leur rôle. Ces mêmes organismes financiers qui ont largement profité de l’argent public pour se renflouer lors de la crise boursière, refusent aujourd’hui de soutenir les industries, ce que certains appellent l’économie réelle. C’est pourtant bien ces industries qui font vivre (directement ou indirectement) des milliers de familles, des bassins d’emplois complets.
- Les politiques locaux : depuis l’annonce de Viking, quelques élus se sont exprimés sur le sujet, pour soutenir la navale. C’est bien, mais nous pouvons regretter qu’ils ne s’y soient pas mis plus tôt. On peut se demander si la volonté de ré industrialisation annoncée par les différents candidats est réelle ou juste un argument de campagne ? Depuis des années, peu d’élus locaux ont défendu nos emplois !

Des solutions
Pour finir sur une note plus positive, la CGT évoque des perspectives « pour peu qu’on s’en occupe autrement que par le passé ». Des projets de paquebots qui doivent se concrétiser (le projet Vista par exemple) mais aussi le réinvestissement dans des domaines abandonnés comme le gaz, l’offshore, les navires spéciaux, les ferries… « Le marché intérieur peut nous permettre de remettre le pied à l’étrier si une volonté politique existe à tous niveaux ».
Pour les emplois, la CGT veut obtenir des solutions à courts termes : des redéploiements, des plans de formation, des aides au maintien des entreprises les plus fragiles et des garanties très rapides pour l’emploi sur la région nazairienne. « La CGT met en réflexion auprès des salariés et de leurs différentes organisations syndicales, l’idée d’une grande manifestation de tous les acteurs de la construction navale nazairienne avec la population du bassin de l’emploi ».
 

L’État, responsable majeur

Pour la CGT, c’est clair et net, le gouvernement ne joue pas son rôle. Dans notre société, l’État a deux casquettes : celle d’actionnaire minoritaire, mais aussi celle du gouvernement politique qui prétend défendre son industrie. « Malheureusement, l’un comme l’autre semblent être aux abonnés absents. Alors que M. Sarkozy et son gouvernement nous avaient fait de belles promesses, quelle est leur intervention dans ce dossier ? Quelle vision d’ensemble de la filière maritime depuis les ports jusqu'à la construction navale défendent-ils ? »
Et de s’interroger : Quelle est leur intervention dans cette Europe où au lieu de s’unir les industriels se combattent ! Qu’imposent-ils aux grands acteurs de l’énergie comme Total ou GDF pour faire appel à l’industrie française pour la satisfaction de leurs besoins en terme de construction navale et offshore ? Quelle réponse en terme de besoins nationaux avec les ferries, notamment pour la Corse où la notion de service public chargé d’assurer la continuité territoriale est sacrifiée au profit d’une compagnie low cost italienne ? Quelle action en direction des banques s’il est vrai qu’elles sont à l’origine d’une commande essentielle de l’industrie française ?

Des solutions

Pour finir sur une note plus positive, la CGT évoque des perspectives « pour peu qu’on s’en occupe autrement que par le passé ». Des projets de paquebots qui doivent se concrétiser (le projet Vista par exemple) mais aussi le réinvestissement dans des domaines abandonnés comme le gaz, l’offshore, les navires spéciaux, les ferries… « Le marché intérieur peut nous permettre de remettre le pied à l’étrier si une volonté politique existe à tous niveaux ».
Pour les emplois, la CGT veut obtenir des solutions à court terme : des redéploiements, des plans de formation, des aides au maintien des entreprises les plus fragiles et des garanties très rapides pour l’emploi sur la région nazairienne. « La CGT met en réflexion auprès des salariés et de leurs différentes organisations syndicales, l’idée d’une grande manifestation de tous les acteurs de la construction navale nazairienne avec la population du bassin de l’emploi ».

Auteur : AP | 11/04/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Les salariés de Contaldo non payés depuis plusieurs mois »
Article suivant : « Accord cadre avec les personnels administratifs à l'hôpital »

Vos commentaires

#1 - Le 12 avril 2012 à 12h09 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
yessssss !!! j'avais raison ...
je vous l'avais dit que ca allait être la faute de Sarko ... ahhh ils sont tellement intelligents ces syndicalistes qu'on en prévoit meme les conneries qu'ils vont annoncer ...

mais je suis déçu par une phrase de l'article qui commence par """La CGT met en réflexion auprès des salariés et de leurs différentes organisations syndicales, l’idée ...""".
nous aurions pu penser que c'était l'idée de chercher des solutions, d'être force de proposition, pour eux mêmes et l'entreprise. et bien non, la suite c'est """l’idée d’une grande manifestation de tous les acteurs de la construction navale nazairienne avec la population du bassin de l’emploi""".
donc non seulement ils sont prévisibles ces syndicalistes, mais en plus ils sont bornés.

je reprendrais à mon compte et adapterais une phrase de Coluche : "d'aucun dirait que la CGT est à la crise ce que le mercurocrhome est à la jambe de bois", c'est à dire totalement inadapté.

bon, une fois de plus, ce sont les autres qui vont donner des idées pour que ces syndicalistes soient bien au chaud auprès de leur brazero.
IDEE N°1 : on manque de place dans les prisons et ca va etre de pire en pire. dans le temps, il existait les bateaux prisons. soit on construit de nouveaux bateaux sur ce nouveau marché, soit on réhabilite des anciens bateaux
IDEE N°2 : recentrer sur le marché intérieur, mettre en valeur la construction navale francaise avec le fameux nouveau France. pas besoin qu'il soit grand, mais en faire une vitrine de nos chantiers navales. donner une superbe image au monde et aux chantiers low cost. y a qu'a demander à Hollande, il va bien trouver les sous.

mais bon, c'est pas aujourd'hui que les syndicalistes vont remonter dans mon estime.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter