Saint Nazaire Infos

Premier bilan pour le SAS du VIP

Le dispositif d’accompagnement SAS mené par le VIP et l’association Musique et danse en Loire-Atlantique fête ses trois ans, le moment pour une petite piqûre de rappel.

Après trois ans de mise en place, c’est le moment du bilan pour le dispositif d’accompagnement Suivi Accompagnement Scène ou Studio (SAS). « Quand nous sommes arrivés dans ces locaux en 2007, nous nous sommes dit qu’il manquait un dispositif d’accompagnement. C’est comme ça qu’est né le SAS », commence Stéphane Heuvelin, responsable des musiques actuelles aux Escales. La première année, 2008, a été une expérimentation.
En 2010, un partenariat a été engagé avec l’association Musique et danse en Loire-Atlantique. Créé à l’initiative du Conseil Général et du ministère de la culture a une triple responsabilité : artistique, territoriale, sociale et agit pour le développement artistique et culturel, par la mise en réseau des partenaires et un dialogue permanent avec les acteurs du territoire. L’association permet ainsi aux professionnels de se former en aidant à l’accompagnement de groupes en partenariat avec trois lieux : le VIP à Saint-Nazaire pour les musiques actuelles ; le festival Soleils bleus à Saint-Herblain pour le jazz ; et le Nouveau Pavillon à Bouguenais pour les musiques traditionnelles.
 

25 dossiers par an

Deux groupes départementaux (ayant déjà une expérience de la scène mais sans être professionnels) par an sont choisis, afin de permettre une meilleure prise en charge. Mais, en moyenne, ils reçoivent 25 dossiers par an. « Chacun étudie les dossiers puis on en discute ensemble. Nous faisons très attention au degré de maturité des groupes : certains ont un niveau au-delà de ce que nous proposons », ajoute Manu Legrand, chargé du centre de ressources. Ils cherchent un projet artistique qui « en vaut le coup ».
Une fois que les groupes sont sélectionnés, ils passent sur scène, ce qui permet aux accompagnants de cibler leurs besoins (en montage financier, en arrangements ou encore mise en scène). Des intervenants viennent alors pour les aider. L’accompagnement se déroule sur une année, avec des séances de trois fois deux jours, plus deux jours. L’objectif est aussi de détecter les faiblesses comme un musicien ayant un peu moins de technique ou qui n’est pas sur la même longueur d’onde que les autres. « Pour percer, il faut un projet artistique et de la stratégie », précise Manu Legrand.

Pour l’année 2013, dossiers à télécharger ici : http://www.musiqueetdanse44.asso.fr/index.php/component/content/article/23 À rendre avant le 21 décembre 2012



 

01/11/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Un centre nautique en 2017 avec cinq bassins et un espace détente »
Article suivant : « Les opposants à Notre-Dame-des-Landes interpellent le conseil municipal »

Vos commentaires

#1 - Le 04 novembre 2012 à 13h41 par Jean-Louis Garnier
Est-ce le rôle des contribuables à travers les subventions d'une collectivité locale d'intervenir de la sorte ?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter