Saint Nazaire Infos

Pour les salariés de STX, ''c’est la merde ''!

Un peu moins de 300 personnes se sont mobilisées à l’appel de la CGT et de Force Ouvrière. Ils demandent à l’État de prendre ses responsabilités et la création d’une banque publique pour l’industrie.

Ils étaient entre 250 et 300 devant la Porte 4 ce matin entre 10 h 00 et 11 h 00. Salariés ou ex-salariés de STX ou d’un de ses sous-traitants. ils ont répondu à l'appel de la CGT et de Force ouvrière (FO). Le 5 avril dernier, la direction de STX annonçait la perte du projet Odin, deux navires de croisière (http://www.saintnazaire-infos.fr/pas-de-viking-pour-stx-25-52-1409.html). Pour les salariés, ça signifie avant tout plus de chômage partiel : 11 773 jours de chômage partiel, soit 2 571 jours de plus qu’initialement prévu. Les salariés des ateliers de la coque métallique et des bureaux d’études sont déjà en en chômage partiel ; et ce n’est qu’un début. Les revendications des deux syndicats sont :
Que l’État prenne toutes ses responsabilités et s’engage, y compris en devenant l’actionnaire majoritaire !
La création d’une banque publique d’État pour le financement de l’industrie.
Une véritable politique industrielle.
Le maintien de tous les emplois au Chantier Naval (STX, ses filiales et ses sous-traitants).
Que le site de Saint-Nazaire soit pérennisé.

Vers plus de mobilisation

Puisque le contrat a été annulé faute d’avoir un montage financier dans les temps, Nathalie Durand-Prinborgne de FO s’insurge contre les banques privées. « Bien qu’ayant reçu des centaines de milliards d’euros de la part des États et des banques centrales depuis le début de la crise en 2008, préfèrent spéculer sur les dettes souveraines plutôt que de financer l’économie réelle et en particulier notre industrie ! » Les pouvoirs publics (des élus locaux au gouvernement) et STX en ont aussi pris pour leur grade. « Crétins sont-ils, auraient-ils un degré de conscience vis-à-vis des travailleurs, j’en doute ! », peste Joël Cadoret de la CGT. Il souligne que la seule solution envisageable est la diversification. Mais qu’il faut faire attention « aux arbres qui peuvent cacher la misère car ce n’est pas avec les éoliennes, ni même le militaire que l’avenir de notre chantier sera assuré, contrairement à certaines solutions qui sont avancées ».
Les syndicats en appellent à la mobilisation future de tous. « Il faudra se battre tous ensemble pour exiger que le prochain gouvernement prenne enfin toutes ses responsabilités, prenne des mesures d’urgence répondant à notre plateforme revendicative commune », ajoute Nathalie Durand-Prinborgne. La mobilisation de toutes les organisations syndicales est aussi demandée, puisque seules deux étaient présentes ce matin. Joël Cadoret s’insurge contre ce refus de mobilisation des syndicats, sous prétexte de période électorale.
 

Et pour les salariés

« C’est la merde !», lâche un salarié. Ses collègues s’esclaffent à côté, mais sont bien d’accord. « Nous sommes là car tout va mal ». À STX, à Saint-Nazaire, en France et dans le Monde. Le sentiment général est que nous sommes tous dans la galère. Récemment licenciés de chez SMCN et STX, deux frères sont présents souhaitent voir les choses changer, que « la main-d’œuvre locale soit privilégiée. On nous demande de chercher des emplois, mais ils n’ont rien à nous proposer ». Les plus positifs espèrent que la mobilisation de ce mercredi va faire bouger les pouvoirs publics et faire se bouger la direction de STX pour trouver des commandes et des contrats. Les plus pessimistes sont là parce qu’ils veulent se battre, mais ils ne se font que peu d’illusions : « nous voulons nous faire entendre, mais nous ne pensons pas que ça va changer quelque chose. Ce n’est pas demain, quand il n’y aura plus rien qu’il faudra se battre ! »

Auteur : AP | 18/04/2012 | 4 commentaires
Article précédent : « Un Atelier de coiffure pour une prestation de qualité à petit prix »
Article suivant : « Les exécutifs locaux croient en l’avenir de l’industrie navale »

Vos commentaires

#1 - Le 19 avril 2012 à 07h50 par shogun, St Nazaire
« Que la main-d’œuvre locale soit privilégiée." Il y a longtemps que le Front national propose la priorité locale , puis nationale dans l'emploi . Sans aucune haine pour les travailleurs étrangers . Vivre et travailler au Pays ne doit pas rester qu'un slogan .Mettre des salariés Français au chômage et privilégier la main d'oeuvre étrangère reste un des buts du grand patronat pour faire baisser les salaires , et de certains partis politiques en quête d'internationalisme au détriment des nôtres.
#2 - Le 19 avril 2012 à 08h46 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
divers réactions à chaud :

l'état n'est qu'actionnaire, pas le dirigeant
qu'il prenne ses responsabilités en devenant l'actionnaire majoritaire, oui peut etre. mais ca ne donnera ni clients ni bateau à construire
que cherche les syndicats ? à mettre encore plus sous perfusion les chantiers

sur ce coup, Nathalie Durand-Prinborgne a raison : les banques ont reçu des aides de l'état en 2008 2009 mais n'ont pas joué le jeu en faisant confiance aux entreprises qui leurs en demandaient. c'est pas moi qui le dit mais les banquiers eux-mêmes. maintenant dans le cas présent est ce reellement les banques francaises qui ont merdé ? j'aimerais bien voir le montage financier moi

"... que la main-d’œuvre locale soit privilégiée.". ouille ouille ouille, le MRAP va pas être content

les salariés et syndicats sont bien conscients que l'éolien (s'il est choisit) ne fera pas tout. bien belle prise de conscience. au contraire, on devrait miser sur les hydroliennes, un marché qui va être porteur dans les années a venir car on se rend deja compte des problèmes liés au éoliennes

bon en tout cas c'est pas réjouissant tout ca.
mais faut aussi penser à tous ceux qui sont au chomage et qui ne sont pas aux chantiers.
faut aussi penser aux entreprises qui dans le coin essaient de sortir la tete de l'eau ; car celles-la on en parle pas.
#3 - Le 19 avril 2012 à 10h05 par Martin
Avec Hollande ou Mélenchons les "riches" n'iront plus en croisière; ils iront dépenser et employer ailleurs.
#4 - Le 20 avril 2012 à 08h03 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
Shogun,

oui j'ai relevé ca aussi : « la main-d’œuvre locale soit privilégiée. On nous demande de chercher des emplois, mais ils n’ont rien à nous proposer »

s'agirait il d'une dissidence au sein d'un syndicat ? un discours officieux et opposé au discours officiel ?

parce que dans l'article sur Contaldo (http://www.saintnazaire-infos.fr/les-salaries-de-contaldo-non-payes-depuis-plusieurs-mois-25-52-1419.html#commentaire_auteur_bloc), on ne lit pas vraiment la même chose

ou alors c'est une stratégie syndicale pour diversifier l'activité des chantiers et pour faire désormais des girouettes

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter