Saint Nazaire Infos

Pont de St-Nazaire : des progrès mais peut mieux faire.

Fin août 2010 les voies de circulation devenaient modulables sur le pont de St-Nazaire. En fonction de la densité du trafic, 2 voies sont ouvertes dans un sens, 1 seule voie dans l’autre grâce à un système de panneaux d’affichage et de plots lumineux au sol. Une première en France censée régler les difficultés de circulation pour franchir la Loire, y compris aux heures de pointe. Quel bilan un an après ?

Dithyrambique ! Yves Daniel, le Vice-président du conseil général délégué aux mobilités ne tarit pas d’éloges. « Le système des voies modulables est plus que positif. Avant il fallait en moyenne entre 10 et 15 minutes, parfois 20 pour passer le pont, aujourd’hui il n’en faut plus que 5 ».
Il est indéniable en effet qu’en règle générale on roule beaucoup mieux sur le pont de St Nazaire. Les sempiternels bouchons matinaux du sud vers le nord à l’heure de l’embauche, et du nord vers le sud le soir pour la débauche ne sont plus qu’un mauvais souvenir.
Mais tout n’est pas si simple. En moyenne, en période scolaire, environ 30 000 véhicules empruntent le pont chaque jour. Un chiffre qui gonfle de 50 %, autour de 45 000 en période estivale. Et forcément il arrive que ça coince des 2 côtes. Yves Daniel reconnaît « une vingtaine de jours pendant lesquels la situation a été délicate cet été. Mais on s’est adapté aux variations de circulation en changeant jusqu’à 8 fois en une seule journée le sens de la double voie ». Mais pour basculer en 2 voies d’un sens à l’autre, ça ne se fait pas d’un claquement de doigt car il faut passer par une étape intermédiaire pendant laquelle la voie centrale est interdite des 2 côtés. Alors ça dure longtemps… Trop longtemps ? « On a progressé » répond le délégué aux mobilités. « Au début du système il fallait 30 minutes. Désormais il en faut 25. Ce sera difficile de faire mieux ».

Des plots lumineux fantômes

Parmi les talons d’Achille du dispositif, le marquage au sol qui indique sur quelle(s) voie(s) rouler. Très vite, dès l’automne dernier, une centaine de plots lumineux n’a plus fonctionné. Au mois de novembre, le conseil général avait fixé un ultimatum à la société SPIE qui en assure le fonctionnement. Tout devait être réglé au mois de janvier. Mais voilà, 8 mois après, on en est toujours au même point.
Le problème vient de l’épaisseur du bitume, trop fine, ce qui provoque une surchauffe des « leds » qui grillent en série.
Du coup les 1547 lampes ainsi que leur câblage vont être changés, mais avant il faut un diagnostic précis pour que le même problème ne se répète pas. Le conseiller départemental se refuse à avancer une date pour les travaux, « mais ça ne prendra pas des années ». Nous voilà rassurés ! Cependant, les plots défectueux ne nuisent pas au trafic ni à la sécurité selon Yves Daniel. « Le mode de guidage est très efficace. Le dispositif en lui-même n’a provoqué aucun accident. Les automobilistes peuvent se repérer aux croix rouges et aux flèches vertes. Le balisage au sol est juste un élément de repérage supplémentaire. » Avec 37 collisions recensées depuis un an, le chiffre est similaire aux années précédentes, avec l’ancien système de circulation.
Nous avons contacté la société SPIE pour poser des questions d’ordre technique sur les plots lumineux défectueux. On nous a alors répondu que le conseil général devait donner son aval pour une interview de la personne en charge du dossier au sein de l‘entreprise. 15 jours après notre requête nous attendons toujours…
Un nouveau pont ? Circuler y’a rien à voir !
Quand on évoque le vieux débat sur l’éventuelle construction d’un nouveau pont entre ceux de St Nazaire et de Cheviré à Nantes, Yves Daniel est catégorique : « C’est non ! Nous réfléchissons d’une manière globale aux franchissements de la Loire entre St Nazaire et Ancenis à l’est du département. Nous raisonnons globalement dans le nécessaire équilibre des territoires et c’est une erreur de penser qu’on peut régler les problèmes avec un nouveau pont sur l’estuaire. Notre mobilité dépend du réseau routier, oui, mais pas uniquement ». Le conseiller général veut aussi mettre en avant les alternatives comme l’utilisation des transports en commun, ou le covoiturage. « Une partie des réponses se trouve dans les choix que nous faisons chacun à notre niveau, tous les jours. »
Donc pas de nouveau pont à l’horizon mais un nouveau système radar. 2 radars-tronçon seront installés de part et d’autre de l’ouvrage d’ici fin 2011. Ils calculeront combien de temps vous mettrez pour parcourir la distance entre les 2, et si votre vitesse moyenne est supérieure à 70 km/h, alors vous serez verbalisés.

Auteur : GG | 07/09/2011 | 3 commentaires
Article précédent : « Plusieurs dizaines de foyers privés d'eau pendant une journée »
Article suivant : « Occupations illégales d'habitations à Notre-Dame des landes : Le tribunal rendra son verdict le 20 septembre »

Vos commentaires

#1 - Le 08 septembre 2011 à 16h48 par PAUL, Saint Nazaire
Monsieur Yves Daniel est un gros menteur. Maintenant c'est 45 minutes qu'il faut. J'ai passé le pont plusieurs fois cet été et à chaque fois ça a durée des plombes. En plus les bouchons sont deux fois plus grand depuis que les limitation de vitesse ont baissé. Mais je constate une fois de plus que nos dirigeants préfère persister dans l'erreur plutôt que chercher une sortie responsable puisqu'il ont encore élargie la zone escargot.
Plus ça va et plus il temps de quitter cette ville sinistré par les socialistes.
#2 - Le 08 septembre 2011 à 16h56 par PAUL, Saint Nazaire
Et la cerise sur le gâteau l'impôt routier en plus. Mais il y a déjà un radar dans une zone où il n'y jamais eu d'accident. Enfin la solution c'est les transports en commun. Avec aussi des logement commun et des toquets de rationnement commun. Comme ça enfin le grand rêve fascisant de coco land sera accompli. Non les transport en communs sont une plaie pour la société. Il faut la comprendre, ce ne sont pas une solution pour les gens qui travail. Les transport en commun servent à des personne qui peuvent consacrer 4 à 5 heures par jour à ce promener. Mais pas à des parant actif qui ne trouvent pas malgré leur charges d'impôt locaux de quoi garder leurs enfants. Parce qu'ici ont est social mais pas avec les truque utiles. Ici on gaspille l'argent publique Et c'est tout.
#3 - Le 09 septembre 2011 à 09h10 par Restart
Bonjour ,
la critique est facile pour ceux qui ne font rien .
Peut-être auriez vous pu commencer , cher Paul , par apprendre à écrire sans faire de fautes d'orthographe ...
Sur le fond et sur la forme , vous n'êtes pas compréhensible !

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter