Saint Nazaire Infos

Pont de Saint-Nazaire : du mieux malgré quelques couacs

Depuis cinq mois, le dispositif de gestion modulable des voies du pont de Saint-Nazaire a permis de fluidifier le trafic. Quelques dysfonctionnements viennent cependant ternir le bilan.
La voie centrale est parfois fermée en dehors des heures de pointe le temps d'interventions sur les plots défaillants.
La voie centrale est parfois fermée en dehors des heures de pointe le temps d'interventions sur les plots défaillants.

Cinq minutes. C’est désormais le temps moyen nécessaire pour franchir la Loire aux heures de pointe, contre dix à quinze, parfois vingt lorsque le trafic était dense, jusqu’au 25 août dernier. Depuis cette date, un dispositif unique en France permet de modifier le sens de circulation de la voie centrale du pont de Saint-Nazaire selon les besoins du trafic.
Pour Bernard Deniaud, vice-président du Département délégué à l’environnement et aux voies de communication, la réussite du système ne fait aucun doute : « L’objectif de fluidification du trafic est atteint. »
Du lundi au vendredi, de 6 h 30 à 12 heures, deux voies sont attribuées au sens Saint-Brévin-Saint-Nazaire. À partir de 12 h 30, le sens bascule. À tout moment, quatre agents du PC Routes de Nantes – qui surveillent le trafic grâce à une vingtaine de caméras – sont susceptibles d’intervenir pour modifier le sens de circulation sur la voie centrale. Il faut alors 23 minutes précisément pour que les 22 portiques de signalisation indiquent les bons signaux d’affectation de voies.

150 plots lumineux défaillants

Si le dispositif satisfait le Département, les 1 547 plots lumineux qui jalonnent le pont lui donnent toutefois du fil à retordre. Environ 150 sont régulièrement défaillants. Quand un problème d’étanchéité ne crée pas un court-circuit, c’est parfois un mauvais réglage du seuil d’intensité des cartes électroniques de commande qui empêche plusieurs « grappes » de plots de fonctionner normalement. La circulation entraîne également le sectionnement de câbles enterrés dans des saignées de 2,5 cm de profondeur.
Pour remédier à ces dysfonctionnements, la voie centrale est souvent fermée pour de courtes durées. Les plots – des prototypes utilisés uniquement à Saint-Nazaire – sont en phase expérimentale sur le pont jusqu’à la date anniversaire du dispositif. Le Conseil général assure que le problème devrait être résolu fin février.
Le dispositif a coûté dix millions d'euros, une somme à laquelle s'ajoutent 400 000 à 500 000 euros de frais de fonctionnement tous les deux ans.

Auteur : CC | 20/01/2011 | 2 commentaires
Article précédent : « Sarkozy lance l’éolien offshore »
Article suivant : « La tension monte d’un cran aux urgences »

Vos commentaires

#1 - Le 20 janvier 2011 à 19h29 par JJ, Saint-nazaire
C'est vrai qu'on gagne du temps avec ce système. Quelques minutes précieuses qui s'accumulent chaque jour !
#2 - Le 30 décembre 2013 à 13h51 par broucke, Tharon
qui payent le disfonctionnement??????

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter