Saint Nazaire Infos

Polyhedre s’amuse avec les arts de la table

L’Atelier composé de deux jeunes céramistes, Vincent Jousseaume et Baptiste Ymonet exposent leur vision décalée des objets du quotidien. Étonnant.

Plasticiens, artisans et designers, Vincent Jousseaume et Baptiste Ymonet sont un peu les trois, leur art, la céramique, jouant sur les trois tableaux. Constitué en 2004 l’Atelier Polyhedre, développe une approche transversale de la céramique. Il faut dire que la céramique a fait office de vilain petit canard pendant plusieurs années. Vincent Jousseaume se souvient qu’au début de l’Atelier, c’était considéré comme « ringard, on nous appelait quasiment potiers ». Les choses ont bien changé, les deux artistes sont sollicités par des particuliers, des professionnels, des galeries ou encore des écoles d’arts plastiques pour exposer leurs œuvres. Ils signent des pièces destinées à la vente et d’autres à êtres exposés ; ces derniers modèles sont plus expérimentaux. Leur production se scinde en deux groupes : les pièces uniques et les séries limitées. « Nous ne sommes que deux, nous ne pouvons pas produire beaucoup. Au maximum, 50 à 100 pièces provenant du même moule peuvent être produites, mais toutes seront légèrement différentes », précise Vincent Jousseaume.

Plusieurs niveaux de lecture

Les deux artistes, basés à Nantes, n’ont jamais été exposés à Saint-Nazaire mais sont quand même familiers de la ville. Les dix-neuf pièces exposées à l’Ecole Municipale d’Art Plastique (EMAP) sont pour l’essentiel des objets pour la table, un des grands thèmes de l’Atelier. « Nous nous amusons avec les arts de la table. Les pièces sont disposées sur une longue table ; c’est démesuré. Nous distillons de l’humour dans nos modèles », ajoute Vincent Jousseaume. Récapitulatif de leur travail depuis 200 : quasiment chaque pièce semble provenir d’un univers différent. Parfois baroque, parfois géométrique, chaque pièce a plusieurs sens de lecture. En regardant attentivement, on peut découvrir des formes cachées. Comme la Skintasse qui, au premier regard est une tasse avec une anse un peu élaborée. En changeant de point de vue, le visiteur remarque alors la forme qui a été donnée à l’anse : un crâne. « C’est la réunion d’un symbole du quotidien, la tasse, avec un symbole mythique, le crâne, reflet de la vanité », explique Baptiste Ymonet.
 

Des professionnels aux amateurs

À l’EMAP, les cours de céramique existent depuis 25 ans, la création de l’école, même s’ils sont beaucoup moins connus que les cours de dessin. Chantal Bernard, directrice de l’EMAP, veut « mettre en avant la céramique qui commence à être reconnue au niveau national. C’est un domaine dont on ne parle jamais ». La preuve étant que la dernière exposition de céramique à Saint-Nazaire date de plus de 20 ans ! Tabularasa exposition se déroule en parallèle de travaux sur la céramique réalisés par les élèves de l’EMAP depuis septembre. Ils étudient la thématique du service de table. Une exposition avec les œuvres des élèves aura lieu fin avril, début mai. Un autre projet inverse la vapeur : « Tous à table » qui après le thème du contenant, aborde celui du contenu. Il aura lieu en juin, peu avant la Grande Marée.


Exposition Tabularasa
Jusqu'au 18 février à l’Ecole municipale d’arts plastiques (EMAP) de Saint-Nazaire,
Ouverture de 10h à 12h et de 13h30 à 17h.
 

Auteur : AP | 28/01/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Les univers colorés de trois peintres à découvrir »
Article suivant : « Marie-José Le Paih et Laurence Rouvier-Schmitter exposent au Fort de Villes Martin »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter