Saint Nazaire Infos

Pas de Viking pour STX

La rumeur courait depuis quelques jours : Viking River Cruises a retiré sa commande de deux navires aux chantiers STX à Saint-Nazaire.

Coup dur à STX : Viking River Cruises vient de se retirer des discussions concernant le projet Odin. Annoncée en décembre dernier www.saintnazaire-infos.fr/deux-nouveaux-navires-pour-stx-25-52-1200.html, la commande concernait deux navires de 230 m de long (avec un troisième en option). Les deux Vikings représentaient quatre millions d'heures de travail à STX France.
Dans son communiqué, STX annonce donc le choix de Viking River Cruises de « poursuivre les discussions pour son projet de construction de deux paquebots de 40 000 UMS avec un de nos concurrents ». Aucun nom donc de cité même si, selon Mer et Marine, les dirigeants de Viking River Cruises ont été reçus chez l'Allemand Meyer Werft et l'Italien Fincantieri.

Financement en berne

Le bouclage du financement, évoqué il y a quelques semaines, s’avérait difficile même si STX se voulait rassurant sur le sujet. Pour Marc Ménager de la CFDT, cet « échec est d’autant moins compréhensible qu’il résulte de l’absence dans les délais d’une proposition de financement acceptable par le client ! » Une incapacité qui pour la CFDT est significative de manque de soutien de la France à son industrie.
Un avis partagé par Joël Batteux, mais de Saint-Nazaire, qui dans un communiqué précise que c’est bien « le système français de financement qui n’est pas performant : les conditions de taux et de garanties sont excessives, la réactivité de nos institutions est insuffisante en raison de la démultiplication des niveaux de décisions entre les banques et l’administration française ».

Dans l’attente d’autres commandes

« Il faudra plusieurs mois pour tenter de combler ce trou de charge immédiat »

Déjà que l’année 2012 ne s’annonçait pas rose www.saintnazaire-infos.fr/chomage-des-mai-a-stx-25-52-1353.html avec du chômage partiel dès mai. Avec deux navires en moins la situation devient très inquiétante. « Il faudra plusieurs mois pour tenter de combler ce trou de charge immédiat », ajoute STX dans son communiqué. Ce dernier conclut que « la Direction de STX France reste confiante dans l’issue positive de discussions avancées qui se poursuivent avec d’autres clients ».
Tous veulent y croire même si ce n’est pas évident. Toujours est-il que, ramassant les pots cassés, la CFDT veut avant tout limiter l’impact de l’activité partielle. « Sous réserve d’un avis positif du CE, une nouvelle convention relative à l’activité partielle (APLD) va se mettre en place pour trois mois », souligne Marc Ménager.
 

Auteur : AP | 05/04/2012 | 5 commentaires
Article précédent : « Alstom et EDF remportent l'appel d'offres pour les éoliennes »
Article suivant : « Débrayage d'une heure chez OCEA ! »

Vos commentaires

#1 - Le 06 avril 2012 à 07h42 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
coup dur pour STX effectivement, mais aussi les sous-traitants
on oublie trop souvent de parler d'eux

maintenant ils vont essayé de se cacher derrière des excuses
- comme "le système français de financement qui n’est pas performant : les conditions de taux et de garanties sont excessives, la réactivité de nos institutions est insuffisante ..." décrit par notre maire
- ou comme "poursuivre les discussions pour son projet de construction de deux paquebots de 40 000 UMS avec un de nos concurrents" décrit par le communiqué STX

moi je relève plusieurs choses :
- si le financement n'a pas été bouclé pour STX, il ne peut l'être pour un concurrent. n'est-ce pas la une facon détournée de porter l'attention ailleurs ?.
- on parle de système de financement francais pas performant. mais Viking River Cruises n'est pas français. s'il y a défaillance, c'est dans son propre pays ou au sein de l'europe. dans deux jours, ils vont dire que c'est la faute à Sarko, vous allez voir.
- les grèves et sabotages chez STX n'ont elles pas pesées dans la balance ? et il est politiquement correct de ne pas en parler.

quoi qu'il en soit, c'est un coup dur c'est vrai
pas seulement pour STX, mais pour toute une population

je pense que les services commerciaux de STX vont vite se remettre en route dans un contexte économique qui continue de s'enfoncer.
#2 - Le 06 avril 2012 à 21h04 par Gilles
PAS DE CLIENT? PAS DE TRAVAIL!

Depuis que la nouvelle de l'annulation de la commande 'Viking' est tombée, la recherche de boucs émissaires bât son plein ; nos hommes et femmes politiques tout comme les blogueurs ne sont pas en peine d'en trouver à la veille de ce grand Weekend de Pâques : Pour les uns c'est la faute aux banquiers, d'autres mettent en cause les gréves, etc...
Non messieurs dames, ni les ouvriers, ni leurs syndicats, ni les banquiers ne sont responsables de l'absence de clients.
Le départ de Carnival ne date pas d'hier, NCL est parti chez Meyer dont les ouvriers semblent mieux payés et plus syndiqués que les nôtres.
Lorsqu'une entreprise ne trouve plus ou perd des clients, c'est que son offre ne satisfait pas le marché qu'elle vise! Son offre est le résultat cumulé des décisions petites et grandes de ses directions successives. Et ce résultat est apprécié par les clients potentiels comme non satisfaisant.
Peut-on retourner cette situation ?
Peut-on refaire des chantiers navals de Saint-Nazaire une entreprise à laquelle les armateurs voudront confier la construction de leurs bateaux ? La direction des chantiers a-t-elle un projet d'action efficace de nature à recréer la confiance tant à l'intérieur de l'entreprise que chez ses clients ?
(Une commande publique, pétroliers ravitailleurs par exemple, n'est pas une réponse ; tout juste un délai de grâce.)
#3 - Le 07 avril 2012 à 08h57 par Jean-Louis garnier
Le commentaire de Gilles était de votre serviteur. Erreur de ma part probablement !?
En voici la fin tel que vous pouvez la trouver sur mon blog http://jeanlouisgarnier.fr :
"* La difficulté actuelle de financement par les banques des besoins des entreprises, des collectivités et des particuliers est un grave problème, qui concerne autant les Chantiers que d'autres qui doivent assurer un crédit fournisseur conditionnant leurs ventes.
Certaines collectivités comme certaines entreprises franchissent mieux que d'autres ce barrage en fonction de l'opinion que le milieu se fait de leur avenir à partir de leur résultat."
#4 - Le 07 avril 2012 à 09h35 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
je suis bien d'accord avec Gilles

on va se chercher des excuses

je pense également que les chantiers se satisfont de la perfusion gouvernementale mise en plus depuis un certain temps pour conserver le dernier grand chantier navale
mais c'est vrai, c'est pas la solution

bon on s'en fout, Docteur HOLLANDE va arriver au chevet du malade, avec sa cour de jeunes internes
un bon traitement venteux et ca ira bien comme ca

pour revenir à STX, faut que tout le monde (patron, bureaux, ouvriers, chats, etc) se sortent le doigt du cul pour avancer un peu mieux malgré la crise.
c'est ce que font les autres entreprises, il n'y a pas de raison non plus
#5 - Le 13 avril 2012 à 13h23 par GUILLARD France, Saint-nazaire-ouest
Quand nous crérons Français, consommerons que Français, avec des prix abordable par les classes les plus basses, la FRANCE se relèvera, avec des douleurs, mais ça ont connait encore plus depuis l'intrônisation de SARKOZY.
Fair le tri dans ce que les autres déclarent, les belles promesses ne peuvent être tenues, nous voulons du concrêt, les richesses partagées entre TOUS, surtout avec les petits retaités actuels qui ont travaillés plus tôt et plus dur que ceux qui partirons dans 2 ou 3 ans.
Nous n'avions pas les outils d'aujourd'hui, c'était à la sueur du front, pas le temps de pleurer sur ces " petits bobos", pas de crédits comme aujoud'hui, donc chaque sous était compté, pas de compte bancaires ou de carte de crédits et autres,pas d'actionnaires !!!!! c'était du direct, nous n'étions pas riche, mais nous étions TELLEMENT HEUREUX !!!!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter