Saint Nazaire Infos

Paroles de commerçants

Rencontres avec des commerçants du marché de Saint-Nazaire au sujet de la nouvelle réglementation. Des avis pour le moins partagés.

Le vendredi, c’est jour de marché à Saint-Nazaire. Raison de plus pour aller y faire un petit tour pour discuter avec les commerçants de la nouvelle réglementation. Mise en place depuis novembre dernier, elle fait des commerçants mécontents et des élus agacés (plus d’infos : http://www.saintnazaire-infos.fr/du-grabuge-chez-les-commercants-du-marche-25-52-1259.html). Les avis des commerçants ne sont peut-être pas aussi unanimes qu’on nous l'aurait dit.

Les pour
Ils existent, sont présents et le disent (plus ou moins fort). « Les camions autour du parvis sont là pour faciliter les choses à ceux qui travaillent », explique un maraîcher. Avec son activité, il fait effectivement parti de ceux qui bénéficient de la présence de son camion à proximité de son étal. La visibilité est aussi un atout majeur de la nouvelle réglementation. Cela plaît beaucoup aux commerçants. « Nous allons avoir plus de travail qu’avant, mais c’est mieux comme ça : c’est plus clair et on se voit mieux entre nous », explique une commerçante qui préfère ne pas faire savoir trop fort son approbation à la réglementation. Positive, elle se base sur l’expérience d’un ami qui a toujours fait un meilleur chiffre d’affaires sans son camion qu’avec : les gens peuvent mieux circuler entre les étals.

Ceux qui veulent attendre et voir
Pas convaincus mais pas opposés, ces commerçants suivent prudemment le mouvement et veulent tester la nouvelle organisation avant de la critiquer ou l’encenser. « Pour l’instant, c’est surtout un grand bazar au niveau des camelots notamment », souligne Claude, « si c’est pour relancer le marché, je ne dis pas non ! » C’est le nœud du problème car si les camions bouchaient la visibilité, leur disparition montre le petit nombre de commerçants et d’acheteurs en ce matin de janvier. Ce qu’ils remarquent et regrettent, ce sont les difficultés d’utilisation du parking Marcel Paul. « Il n’est pas aménagé pour nos véhicules. 50 % des places sont prises et nous ne pouvons pas nous garer. Enfin, certains n’hésitent pas à se garer dans les allées nous empêchant de sortir… », ajoute Claude, visiblement excédé par ce manque de civilité et le non respect de la réglementation.

Les contre
Au lieu des deux ou trois annoncés, ce sont environ une dizaine de commerçants en produits manufacturés qui ne sont pas satisfaits de la réglementation. Le point d’achoppement : la perte de leurs camions. L’un d’entre eux se dit agacé par le défilé de voitures en bas du parvis où il mettait d’habitude son camion. « J’en ai besoin pour que les clients essaient les vêtements, par ce temps, il fait trop froid pour monter la cabine ». Et de se montrer fataliste, « nous n’avons pas le choix et nous ne voulons pas aggraver les choses ; mais sur un marché, il doit y avoir des véhicules professionnels, c’est comme ça ». Et l’un de ses collègues de renchérir, « J’ai besoin de mon véhicule, c’est une question de pénibilité de travail ». Ils pointent du doigt aussi ce qui semble une faille du système : les commerçants doivent stationner sur des places de parking au détriment des clients qui n’ont plus la possibilité de se garer autour du marché. Ils se sentent déçus, « les élus ne nous ont pas écoutés. Il y a ici une mairie socialiste qui ne fait plus de social », concluent-ils.
 

Auteur : AP | 28/01/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « La CFDT cherche à toucher les salariés des PME »
Article suivant : « Du grabuge chez les commerçants du marché »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter