Saint Nazaire Infos

Paquebot libyen : STX attend un nouvel acompte

STX assure que le contrat « fondamental » passé avec la compagnie libyenne GNMTC est toujours valable et attend désormais le paiement d'un deuxième acompte, avant une trentaine de jours. Faute de quoi les chantiers navals devront chercher un nouveau client pour le paquebot.
Jacques Hardelay.
Jacques Hardelay.

Les chantiers navals ont connu des jours meilleurs. Après une période difficile en 2010, les inquiétudes s'accumulent ces dernières semaines. D'abord sur la construction des deux BPC russes, pour laquelle la France a du mal à finaliser un accord avec Moscou. Par ailleurs sur la commande de la compagnie GNMTC, dirigée par Hannibal Kadhafi, l'un des fils du chef d'Etat libyen. Le directeur général de STX France, Jacques Hardelay, assure que le contrat « est toujours valide ».

En construction à Saint-Nazaire depuis le mois de décembre, le paquebot libyen avance. 15% de la coque a d'ores et déjà été réalisé pour une livraison prévue le 15 décembre 2012. Au quotidien, 6 à 700 personnes travaillent sur le navire. La production monte en puissance. « Ca va aller très, très vite, indique Jacques Hardelay. Nous avons posé le premier bloc qui déclenche le processus de paiement. »

25% du montant de la commande attendu

Désormais, la compagnie nationale libyenne a une trentaine de jours pour payer un deuxième acompte représentant 25% du montant total de la commande. « Il faut absolument que nous soyons payés pour continuer », affirme Jacques Hardelay, dont le dernier contact avec son client remonte à la semaine dernière. « J'ai un professionnel en face de moi qui m'assure qu'il mettra tout en oeuvre pour nous payer. » Sauf que l'Onu et Bruxelles ont gelé les avoirs libyens. « Il y a beaucoup de barrages et d'obstacles à passer. Aujourd'hui, il faut que quelqu'un autorise le déblocage des fonds. »

Après une période de chômage difficile l'année dernière, Jacques Hardelay veut à tout prix sauver le contrat. « Je ferai tout pour qu'on ne s'arrête pas », assure-t-il. Si le contrat ne pouvait être honoré, l'Etat « couvrira les frais engagés » et STX cherchera alors un nouveau client. Le navire en construction, de type Fantasia, « pourrait intéresser d'autres armateurs ». MSC en tête, « client idéal ». Jacques Hardelay n'a pas encore exploré une autre piste : « Je n'y travaille pas mais j'y pense très fort. Je ne peux pas commencer à faire quoi que ce soit tant que le contrat est en vigueur. »

Auteur : CC | 15/04/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « La fermeture de Forum confirmée »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter